Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec le réalisateur : «Mon film ne passera certainement pas à la télévision marocaine»




Entretien avec le réalisateur : «Mon film ne passera certainement pas à la télévision marocaine»
Libération : Votre film s’intitule  «Un film». Pourquoi avoir choisi ce titre?

Mohamed Achaour : Mon choix participe du fait que mon long métrage raconte le processus de création et de construction d’un film, à partir de l’imaginaire, des rêves et des fantasmes d’un jeune réalisateur. Donc je ne cherchais pas à ce que le titre interpelle, mais je voulais exprimer une logique, par rapport à l’histoire que je relate. Et ça raconte justement celle d’un film. Un film dans la vie. Un film dans la fiction.

Quel message voulez-vous précisément transmettre à travers ce film ?

Un message de clarté, d’honnêteté et de sincérité. Qu’on arrête un peu d’être schizophrène et hypocrite, vis-à-vis de nous-mêmes, de nos manières de réagir et de celles des autres également. Ce film est l’histoire de quelqu’un qui nous dit qui il est, sans autocensure.  

Votre premier long métrage a démarré sur les chapeaux de roue parce qu’il a été primé au Festival de Tanger.

Oui, c’est mon premier long métrage.  Je suis très content qu’il ait été primé. Cela veut dire  que c’est un film touchant, qui a plu aux gens. Nous n’avons ménagé aucun effort pour le réaliser, car nous y croyons.  

Votre film a peut-être dépassé quelques lignes rouges du cinéma marocain. Ne craignez-vous pas la censure ?

Pour l’instant, il n’y a pas eu de problème avec la censure. Mais ce film ne passera certainement pas à la télévision marocaine. Et ça, je peux le comprendre. Il a été projeté au Festival national de Tanger, vu par tout le monde, et il sort dans les salles le 2 novembre. Il a été interdit aux moins de 16 ans. Cela aussi je le comprends parfaitement. Mais il n’y a pas eu de censure.

Vous faites partie d’une nouvelle génération de réalisateurs marocains. Quel regard portez-vous sur le cinéma national?

Je pense qu’il faut d’abord voir ce qui  manque à notre cinéma national. De l’avis de tous, il y a une carence au niveau des scénarios. Mais on devrait bien avouer que la production marocaine s’est multipliée ces dernières années. On arrive à produire une moyenne de 20 films par an. Parmi lesquels, il y a des films novateurs au niveau du style, du langage et  de la liberté du ton. Nous sommes appelés à travailler davantage et à assumer nos responsabilités. Et c’est ainsi qu’on fera évoluer le cinéma marocain.  

Propos recueillis par M.O
Jeudi 3 Novembre 2011

Lu 815 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs