Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec le photographe Claude Mollard : “Je trouve dans les choses le reflet des personnes”




Entretien avec le photographe Claude Mollard : “Je trouve dans les choses le reflet des personnes”
L'Institut français de Meknès présente jusqu'au 30 avril
prochain « Les origènes de Meknès », une exposition-événement mettant en lumière d'étranges petits êtres
photographiés en divers endroits de la ville par le photographe Claude Mollard. Et exposés dans des lieux chargés d'histoire de la cité « glorieuse », comme l'hôtel de ville, le bassin de l'Agdal, les greniers de Moulay Ismaïl,
l’ancien Mellah, le quartier de tanneurs ainsi qu'à la Galerie de la célèbre porte Bab Mansour
où sont accrochées 43 photos.

Libé: « Les origènes  de Meknès » est le thème de votre exposition-événement. Comment est né ce projet ?

Claude Mollard : Ce projet est né de la rencontre du désir de Marie-Annick Duhard (directrice de l'Institut français de Meknès) de faire sa programmation sur les traces de la ville et des humains dans la ville et de ma pratique photographique d'origènes. Sachant que je photographie les origènes dans le monde entier pour rechercher l'identité d'un lieu, elle m'a proposé de faire les origènes de Meknès.

Les origènes sont au centre de votre exposition. Pouvez-vous nous les présenter?

Ce sont des esprits de la nature, des images que l'on peut voir dans un tronc d'arbre, une fleur, un nuage ou contre un mur. C'est tout ce qui a une forme humaine ou animale involontaire. C'est-à-dire que dès qu'il y a deux yeux et une bouche, on a un visage.
Par exemple, dans un bidon d'essence, vous avez la barre centrale (la poignée) qui fait le nez, le bouchon fait la bouche et les deux orbites font les yeux. On a un visage. C'est au fond un regard d'enfant.

Quelle est la particularité des origènes de Meknès ? En quoi diffèrent-ils de ceux que vous avez photographiés dans d'autres villes du monde ?

Leur particularité est qu'ils sont cinq branches comme les doigts d'une main. Il y a une branche historique qui plonge ses racines dans les traditions graphiques du travail de la pierre, du bois, de la peinture et dans les lieux historiques; une tradition de métiers comme celui des tanneurs avec le  travail de peau; une branche antique avec Volubilis, une grande ville romaine qui  a eu une grande influence sur l'histoire de Meknès et une quatrième, qui est une tradition végétale avec les arbres et cette rivière qui se trouvent entre la ville nouvelle et la Médina.
Enfin, il y a les murs qui ont la parole, entendent et voient. Lorsqu'on est dans la Médina, on sent le regard de tous ces petits personnages qui sortent de la chaux que l'on badigeonne sur les murs et qui sont autant de petits compagnons.

Vous  avez retenu 250 origènes sur les milliers photographiés à travers la cité. Quel a été le critère de sélection ?

D'abord la belle photo. Ensuite, l'esthétique. Par exemple, vous avez quatre origènes de mur : blanc, jaune, marron et rouge. Je fais donc des gradations de peinture, cherche l'esthétique puis la plus grande expression. C'est-à-dire, ceux qui ont du caractère.
L'origène étant, à mon sens, un esprit qui a du caractère, je me reconnais en lui et il me voit d'une certaine manière. C'est une projection de mon esprit. Nous sommes dans un monde imaginaire, mais en même temps ils ont une réalité parce que je les photographie.

Ces « petits êtres » sont exposés dans des lieux chargés d'histoire de Meknès. Est-ce pour véhiculer d'autres messages que vous les avez choisis?

On a voulu transformer la ville provisoirement en musée. De sorte que chaque quartier de la ville s'approprie son histoire, son patrimoine, son environnement de manière esthétique et poétique.

Ne donniez-vous pas le sentiment d'explorer un univers mystique en jetant votre dévolu sur les origènes?

On m'a dit souvent que je travaille dans un monde où il y a un esprit partout et où les pierres ont une âme. On peut penser dans une perspective romantique que les arbres tout comme les pierres ont une âme, que tout vit et porte à l'esprit. Je pense effectivement qu'à partir du moment où l'homme est présent et modèle ces objets, il leur donne un supplément d'âme. Lamartine ne disait-il pas : «Objet inanimé avez-vous donc une âme? ».

Est-il facile de dénicher des origènes ? La quête des origènes est-elle à portée de tout photographe?
C'est une question d'habitude et de regard mais aussi de chance. Ceci dit, il faut avoir un regard, peut-être mystique mais esthétique aussi.


Pour faire un portrait d'une ville et de ses habitants, souvent on fait celui des gens en chair et en os. Seulement, je suis un peu scrupuleux, je ne veux pas voler les images de gens. En plus, il faut passer beaucoup de temps à décider ensemble, en ce moment ils ne sont pas naturels. Donc pour ne pas voler les images des gens, je prends mes images dans les choses. Et je trouve curieusement dans les choses, le reflet des personnes. C'est ça le sens de ma démarche. 

Qu'espériez-vous que les Meknassis retiennent de votre exposition-événement ? Prévoyez-vous de présenter le petit peuple de Meknès dans d'autres pays ?

Que leur ville est belle et mériterait d'être mise encore mieux en valeur. J'espère avoir apporté ma contribution par mon regard et ma vision à cette mise en valeur de  Meknès qui n'est pas très connue à l'étranger: on parle plus de Fès alors qu'elle est tout aussi belle.
Je le présenterai en France où je fais périodiquement des expositions.

Existe-t-il des origènes dans d'autres villes du Maroc qui aient aussi suscité votre curiosité ? Quels sont vos projets dans ce sens ?

Oui, j'en ai fait beaucoup à Casablanca sur le port de pêche où il y a beaucoup d'origènes de poissons, poulpe et de filets. J'en ai fait aussi à Fès, Marrakech et maintenant à Rabat.
Je prépare un livre sur les origènes du Maroc dans lequel figureront ceux de Casablanca et de Meknès. 

PROPOS RECUEILLIS PAR ALAIN BOUITHY
Mardi 31 Mars 2009

Lu 344 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs