Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec le chanteur Youness, la nouvelle voix du Maroc : “L'album Safar est une traduction de mon parcours”




Entretien avec le chanteur Youness, la nouvelle voix du Maroc : “L'album Safar est une traduction de mon parcours”
Le chanteur Youness vient de mettre sur
le marché son tout premier album
intitulé «Safar».
Le lancement
mondial de cet opus a eu lieu le 26 avril dernier. La jeune
star marocaine de la pop rai s'est prêtée
à nos questions.

Libé: Le lancement mondial de votre premier opus, «Safar», a eu lieu récemment.  Que peut-on savoir sur cet album ?

Youness: Cela fait un bon bout de temps que j'ai quitté le Maroc pour la France. Dans cet album, j'ai voulu raconter mon parcours et témoigner de mon expérience en chants et en musique. C'est mon vécu, mes peines, joies et rêves, que j'ai résumés dans cet opus. On y trouve aussi des chansons sur l'amour comme «Pamela», «Latgoulili» (Ne me dis pas), etc.

Justement quel message aimeriez-vous que le public retienne de cet album ?

Je donne des concerts dans beaucoup de pays. Où que j'aille et où que je me produise, je n'oublie jamais mon pays. C'est justement le message que je véhicule à travers « Bledi bledi », un des titres de l'album. C'est-à-dire, la fierté d'être Marocain tout en veillant à représenter dignement la chanson marocaine à l'étranger.

Avez-vous le sentiment de véritablement communiquer avec le public?

Il est vrai que je chante en arabe, mais ma musique s'inscrit dans un registre plus global. Même si les spectateurs ne comprennent pas toutes les paroles, chaque fois que je monte sur scène, je sens qu'il y a une communion entre le public et ma musique. Ceci est vrai en France comme partout ailleurs où j'ai eu la chance de me produire.
Votre voix nous rappelle de grandes figures récentes de la chanson magrébine comme Cheb Mani…
En fait, ma préoccupation première est d'être à la hauteur. Et pour cela, je me suis d'abord inspiré des aînés comme Cheb Khaled, Cheb Mami ou encore Cheb Hasni entre autres. Et, si mon travail a aussi ce parfum occidental, c'est parce que je vie en France et j'estime qu'il est enrichissant de fusionner différents styles.

Votre première scène parisienne live aura lieu le 3 juin prochain au mythique New Morning. Ressentez-vous un peu de trac ?

Pas vraiment, parce que j'emprunte le même chemin par lequel tous les artistes sont passés avant qu'ils soient connus. Il y a toujours un début à toute chose. Certes, on peut ressentir un peu de stress vu que c'est ma première scène, mais cela est normal.

On vous attend aussi au Maroc. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Effectivement, je vais me produire au Festival de Timitar, à Casablanca et Oujda.

Jusqu'à présent, avez-vous l'impression d'avoir frappé aux bonnes portes ?

Il faut beaucoup de patience dans ce métier et ne pas poser ses pieds n'importe où. Vous devez taper à la bonne porte et espérer que la bonne personne viendue l'ouvrir. Une chance que j'ai eue. Dans tous les cas, je respecte chacune des étapes de ma carrière artistique.

Vous avez eu plusieurs collaborations. Avez-vous été marqué par l'une d'elles? Vous a-t-on souvent prodigué des conseils?

En fait, chaque artiste a son empreinte, sa façon d'être. J'ai fait des scènes avec des artistes d'horizons différents, ce qui ne m'a pas empêché de me sentir à chaque fois à l'aise et heureux. A vrai dire,  chacune d'elles m'a procuré un vrai plaisir et beaucoup de bonheur.
Evidemment, j'ai reçu des conseils des ainés qui ne sont pas tous forcément connus. J'apprécie énormément qu'on me conseille, parce que j'en ai besoin pour avancer.

Des hommages ont été rendus à Marrakech lors du  spectacle «Music Orient Express» auquel vous avez participé. Qu'avez-vous envie de dire aux Marrackchis?

J'aimerais leur dire que le Maroc restera ce grand pays généreux, ouvert et épris de liberté. Que ceux qui s'en prennent au Royaume et veulent le déstabiliser n'y parviendront pas, pour la simple raison que nous aimons tant ce pays et nous en sommes tous fiers. Quoi qu'ils fassent cela ne changera jamais ce lien et cet amour ataviques.
Concernant ma participation, je pense avoir donné le maximum de moi-même et avoir contribué à l'ambiance de cette soirée.

Une tournée en vue ?

Je vais me produire en janvier prochain à New-York (USA). Je vais aller voir le public américain et tenter de le dompter. C'est une nouvelle étape.  Car, à chaque fois qu'on va quelque part, il faut recommencer à zéro. Mon album étant à peine sorti sur le marché, il est important que je tourne un peu pour le présenter et surtout le défendre.

Une  scène qui vous fait rêver ?

J'aimerais me produire un jour à Meknès, ville où j'ai grandi. Je brûle d'envie de revoir mes amis d'enfance, mon entourage, auprès de qui j'aimerais écouter mon album.

Propos recueillis ALAIN BOUITHY
Mercredi 18 Mai 2011

Lu 1458 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs