Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec le PDG du groupe minier Managem, Abdelaziz Abarou : “Nous comptons engager d’importants investissements dans la région du Sud-Est”




Entretien avec le PDG du groupe minier Managem, Abdelaziz Abarou : “Nous comptons engager d’importants investissements dans la région du Sud-Est”
Libé : Vous avez entamé récemment un processus d’ouverture sur la société civile. Quelle en est la finalité ?

Abdelaziz Abarou : C’est une première, du moins dans le Sud-est. L’initiative entreprise durant ces deux journées d’étude à Zagora (les 20 et 21 avril 2012) s’avère très importante, dans la mesure où elle arrive à point nommé, c’est-à-dire à un moment où l’on ressent un besoin vital de la part de toutes les parties prenantes d’un dialogue calme, serein et fructueux sur la problématique du développement durable. MANAGEM qui est un important opérateur dans toutes les zones minières de cette région qui nous  tient à cœur et dans laquelle nous voulons engager des investissements importants, entend en faire une tradition, afin d’entamer une nouvelle ère de dialogue et d’ouverture.

On vous accuse d’être un mauvais partenaire social et un pollueur en plus.

Cette accusation n’a pas lieu d’être. Il y a un certain nombre d’actions sociales qui ont vu et voient le jour, mais nous voulons aussi que ces actions se fassent dans un cadre harmonieux et intégré, et surtout approprié pour les parties prenantes. Nous engageons d’importants investissements tant au niveau infrastructurel qui nous prend une partie importante qu’au niveau de l’exploitation. Nous avons déjà réalisé plusieurs actions relatives à la scolarisation des enfants, l’accès à l’eau potable, à l’électricité…

Qu’en est-il de l’environnement ?  

Ce n’est pas vrai, nous ne sommes pas pollueurs. La donne environnementale reste l’un de nos chantiers et de nos préoccupations à MANAGEM. Nous avons, à cet effet, installé un système de gestion d’impact environnemental, conforme aux normes internationales en vigueur. Nous avons également investi plus de 400 millions de DH pour le traitement des déchets.

Les habitants d’Imiter qui sont depuis huit mois en sit-in au mont Alebban, soutiennent que vous avez pollué leur eau. Que leur répondez-vous ?

Je ne veux pas entrer dans la polémique. Mais je dois simplement souligner que le groupe est disposé à faire venir des experts étrangers, pour vérifier du bien-fondé de ces allégations et rétablir la vérité.

Quelques chiffres

Notre politique sociale et de développement s’inscrit dans le cadre des objectifs universels sur lesquels se base le développement durable, dont le respect des droits fondamentaux des employés, l’amélioration de la prestation de l’entreprise en matière de services médicaux et la contribution au développement social et économique dans les zones où le groupe est actif. Au Maroc, le groupe a créé 3.000 postes de travail et dépensé 300 millions de DH pour les salaires des  employés. En plus, 30 à 40 % des bénéfices du groupe sont investis dans des projets de développement dans les zones proches des mines.

Propos recueillis par Mustapha Elouizi
Jeudi 3 Mai 2012

Lu 1566 fois


1.Posté par associatif le 03/05/2012 14:11
Les déchets solides et liquides toxiques résultants des l’activité de l’extraction minérale dans la mine de Bleida constitue un véritable fléau écologique que doit affrouter la région, vue les retombées négatives à moyen et long terme sur la santé des habitants et sur les ressources naturelles et l’éco-systeme...
- Aspect de pollution et de dégradations :

- Ecologique dans la région.

- Déchets toxiques liquides :

Eau usée pollule exploitée dans le traitement du minerai.
420000m3 /an x 14 ans = 7140000m3

- Les déchets solides :

Reliques et résidu du minerai à basé de cuivre et de souffre :
des montagnes estimées à :
280000Tonnes /an x 14ans
= 4000000Tonnes.






-_- Impact sur la région vue l’ampleur de la catastrophe :

Une réunion a été tenu au niveau de la commune rurale de la Bleida, le 31 Mars 1997 et ont assisté à cette réunion :

- Le président du conseil communal de bleida.

- La direction régionale de l’eau à Agadir.
- La direction provinciale des travaux publics à ouarzazate.

- La délégation des Energies et des mines à ouarzazate.

- L.P.E.E.

- Le représentant de la société exploitante.

Conclusion :

* La reconnaissance de l’ampleur de la pollution de l’environnement dû à l’activité minière dans la région, cette pollution a touché :

- La nappe souterraine.

- la qualité de l’air.

- la pollution des sols.

* Les retombées :

- l’apparition de certaines maladies chez les habitants allergie – maladies cutanées – silycose – concer.

- La dégradation du couvert végétal déjà affaiblie par la sécheresse.

- La disparition de certaines espèces végétales.

- La dégradation de la palmeraie.

- L’appauvrissement des ressources économiques dans la commune.

- La régression et la fragilité sociale des habitants.

- L’immigration.


_-_ De quel genre de réparation parle –t-on ?


2.Posté par somifer le 05/05/2012 11:44
SOMIFER, société exploitante de la mine de Bleida, souhaite donner quelques clarifications sur les informations avancées par @associatif et sur les actions mises en œuvre pour garantir le respect de l’environnement.
D’abord sur le plan géologique :
- La mine de Bleida est située dans une zone connue particulièrement par une concentration de métaux lourds d’origine naturelle. C’est cette anomalie géologique datée de plus de 600 millions d’années qui a prévalu à la création de la mine et de celle de Bou-Azzer qui se trouve aussi dans la même région géologique.
Aucun danger pour les populations
- L’extraction du minerai est faite à partir de puits et de carrières. A l’arrêt de la mine en 1997, tous les puits ont été fermés (dalles en béton) et les carrières protégées. La grande majorité du personnel a été réaffectée dans les autres mines du groupe.
- Le traitement du minerai, après concassage, se fait par voie humide. L’eau est une ressource rare dans cette région, elle est pompée à 40 Km de la mine. Aucun rejet d’eau n’a été fait pendant ou après l’exploitation de la mine, l’eau a été toujours recyclée dans le procédé.
- Par ailleurs, un suivi de la qualité des eaux des puits en aval de la mine est effectué chaque semestre. Il montre que les eaux consommées répondent aux normes marocaines et ne présentent aucun danger sanitaire pour les populations. Des activités agricoles qui n’existaient pas avant la création de la mine se sont d’ailleurs développées naturellement.
Toutes ces réalisations rentrent dans le cadre du plan d’action défini en 2000 en partenariat avec les parties prenantes (élus, ONG, services de l’administration et autorité provinciale).
- Le minerai de cuivre produit est un concentré de cuivre qui n’a jamais fait l’objet d’une activité de fusion sur le site.
Une source de développement durable : plus de 120 millions de dirhams d’infrastructures
Les activités minières ont toujours été une source de développement durable et sont souvent dans des régions éloignées. Nous avons, comme pour l’ensemble de nos sites, développé l’électrification de la région, installé des écoles et des dispensaires. Ces infrastructures réalisées en 1980 avaient nécessité un investissement de plus de 120 millions de dirhams (+ 37% du coût du projet). De plus, en partenariat avec la commune rurale de Bleida, nous avons contribué à l’amenée d’eau courante pour que la population de Smara et de Bleida soit raccordée au réseau d’eau potable, en réalisant un forage et en installant une station de pompage.
Notre entreprise a toujours inscrit la sécurité et la santé de son personnel, la préservation de l’environnement et le bien être du citoyen comme axes stratégiques prioritaires et le site de Bleida a été traité, même après sa fermeture, dans le plus grand respect de l’environnement et des populations habitant à proximité.

L'activité de la mine de Bleida reprend aujourd'hui avec un investissement de 160 millions de dh,creation de 200 emplois. la route Aghbar- Bleida de 47 Km sera totalement refaite (42 millions de dh).

Bleida comme toutes les autres mines du groupe entamera le processus de certification de son système de management environnemental selon la norme iso 14001.

3.Posté par associatif le 10/05/2012 22:55
suite a vos clarifications mr SOMIFER; je salue tres fort votre reaction concernant le sujet desssus, et je vous réfère aux liens suivants:

http://www.youtube.com/watch?v=t8PAbqXhD14&feature=player_detailpage

http://aaezag.webs.com/


4.Posté par associatif le 01/06/2012 16:36
je me demmande si vous avez vu le vidéo sur youtube et l'article sur aaezag ou pas encore!!!
vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=t8PAbqXhD14&feature=player_detailpage
article :http://aaezag.webs.com/
!!!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs