Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec le Dr Driss El Boutaybi, médecin chef du centre de santé My Youssef à Khouribga : «L'allaitement de douze mois réduit de 30% le risque de cancer du sein durant la préménopause»




Entretien avec le Dr Driss El Boutaybi, médecin chef du centre de santé My Youssef à Khouribga :  «L'allaitement de douze mois réduit de 30% le risque de cancer du sein durant la préménopause»
La province de Khouribga vit au rythme
de la semaine nationale
de l'allaitement maternel, prévue jusqu'au 17
courant, sous le signe
« Le choix d’allaiter mon  enfant le protège
et me protège».
Organisée par la
délégation du ministère de la Santé de Khouribga, en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour
l'enfance (UNICEF), cette campagne, dont
l'objectif consiste
à promouvoir
l'allaitement maternel, s'inscrit en droite ligne de la stratégie sanitaire
2008-2012 mise en place par le ministère de la Santé. Campagne de
sensibilisation
d'envergure, à travers laquelle le ministère
de la Santé ambitionne de vulgariser l'allaitement maternel et d'attirer
l'attention sur ses bienfaits.

Libé : Pourquoi cette semaine de promotion de l’allaitement maternel ?

Driss El Boutaybi : Des enquêtes effectuées au Maroc ont montré qu’actuellement, les femmes ont tendance à allaiter moins souvent et moins longtemps. C'est d'ailleurs ce qui a été établi lors de plusieurs enquêtes à l'issue desquelles le ministère a conclu à une chute de 32% en 2003-2004 à 15% en 2006 de l'allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois de vie néonatale. Or, un bébé qui ne bénéficie pas de l’allaitement maternel est plus exposé aux maladies diarrhéiques, infectieuses, à la malnutrition et aux allergies. De même qu’une mère qui allaite a besoin d’être sensibilisée et  encouragée par son entourage.

Quelle est la situation de l’allaitement au Maroc ?

L’allaitement maternel jusqu’à ces dernières années n’a pas été considéré comme un problème de santé publique au Maroc.  Cependant, les données résultant des différentes enquêtes aussi bien quantitatives que qualitatives, montrent que contrairement aux recommandations de l’OMS qui préconise que toute femme doit mettre au sein son bébé au cours de la première demi-heure qui suit l’accouchement, et l’allaitement exclusif au sein durant les six premiers mois et la poursuite  de l’allaitement maternel jusqu’à l’âge de deux ans. Il s’est avéré qu’au Maroc la pratique de l’allaitement maternel connaît un recul inquiétant. Ainsi, une femme sur deux met au sein son bébé dans la demi-heure qui suit l’accouchement (52%), une femme sur huit allaite son bébé exclusivement au sein durant les six premiers  mois (15%)  et la durée moyenne de l’allaitement maternel est de 15 mois environ. Par ailleurs, l’analyse des résultats des enquêtes  par milieu de résidence, niveau d’instruction  et niveau socioéconomique  révèle que la femme en milieu urbain d’un niveau culturel et socioéconomique élevé est la moins pratiquante de l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois. En milieu rural, on remarque une diversification alimentaire socialisatrice précoce. Dès que l’enfant atteint deux mois, les parents ruraux apprennent progressivement à leur enfant à manger. Cette pratique n’est pas en continuité  avec l’affirmation des parents que l’allaitement exclusif au sein suffit à lui seul à nourrir le bébé jusqu’à l’âge de six mois, une rupture entre la connaissance et la pratique. L’insuffisance lactée est la seule raison exprimée par les femmes en termes de non pratique de l’allaitement maternel. Certains parents considèrent que l’allaitement au sein est le lot des gens pauvres et démunis et croient que le lait pharmaceutique est meilleur que celui de la mère. D’autres avancent la nocivité du lait de la femme enceinte pour l’enfant qui la tète, d’où une nouvelle grossesse qui est l’occasion de sevrer l’enfant.

Quelle est la population ciblée par cette campagne ?

Le ministère de la Santé a prévu tout un dispositif de formation visant les professionnels de la santé impliqués dans la stratégie de la promotion de l'allaitement maternel, de même que les femmes en âge de procréer, les familles et les professionnels de santé, dont notamment les sages-femmes, les infirmières accoucheuses, les médecins privés et publics, les médias et les ONG.

Y a-t-il d’autres partenaires dans ce programme ?

Les partenaires du ministère de la Santé sont l’UNICEF, les départements ministériels, la direction des autoroutes du Maroc, les oulémas, les universitaires…

Quels sont les avantages de l’allaitement maternel ?

Le lait maternel constitue le premier vaccin pour l'enfant, à même de le prémunir contre les différentes allergies alimentaires et respiratoires.
 Ce dispositif immunologique est doublé d'un dispositif biologique, à savoir que les produits de digestion du lait humain sont caractérisés par un taux élevé de lactose, une concentration protéique faible et une basse teneur en phosphore. Cela explique d'une part la rapidité du transit intestinal et, d'autre part, l'importance des résidus acides dans le colon. Un tel milieu acide a un effet bactériologique sur les germes Gram négatif et favorise la croissance de lactobacilles  de la santé. Le lait humain contient une protéine, l'alpha lactalbumine, qui constituerait un agent anti-tumoral puissant. Les études épidémiologiques mettent en évidence d'autres avantages tant pour la mère que pour l'enfant. Ainsi, pour la mère, il est scientifiquement démontré qu’une durée d'allaitement de douze mois réduit de 30% le risque de cancer du sein durant la préménopause. De même, allaiter pendant au moins deux mois réduit de 25% le risque de souffrir d'un cancer des ovaires.
 Pour l'enfant, l'allaitement protège contre les diarrhées, les infections respiratoires et les otites.
L'allaitement pourrait également jouer un rôle dans la protection contre le diabète, l'obésité, les caries et la sclérose en plaques, notamment.
 L'effet bénéfique de l'allaitement est observé aussi sur l'acuité visuelle des prématurés et renforce les liens affectifs entre mère et enfant.

Quels sont les objectifs de cette Semaine de promotion de l’allaitement maternel?

 Le ministère de la Santé vise, entre autres objectifs spécifiques, la réduction de la mortalité infantile à moins de 15 pour mille d'ici  2012, ainsi que la mise au sein précoce des enfants dans la demi-heure qui suit l'accouchement par 80% des cas et l'allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois des enfants par 50% des femmes.

Propos recueillis par Chouaib Sahnoun
Mercredi 13 Octobre 2010

Lu 969 fois


1.Posté par E / meriem le 13/10/2010 14:01
ce que vous venez d`ecrir est tres interessant mais la plupart des mamans ne lisent alors renforcez tous vos efforts dans la television et le radio

2.Posté par fatima le 14/10/2010 10:06
j'ai allaité mon enfant pendant presque deux ans , il tombe moins malade que sa soeur ainée qui a refusé catégoriquement le sein.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs