Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec l'ex-agent du DRS, Karim Moulai, déballe tout à Libération : Révélations sur de multiples assassinats et sur l'attentat de l'hôtel Atlas Asni (2)




Entretien avec l'ex-agent du DRS, Karim Moulai, déballe tout à Libération : Révélations sur de multiples assassinats et sur l'attentat de l'hôtel Atlas Asni (2)
Poursuivant ses révélations, Karim Moulai fait part à Libé  des accointances entre le DRS et l'AQMI, de ses missions à l'étranger et des préparatifs qui ont précédé l'attentat de l'hôtel Atlas Asni de Marrakech.

Libé : Nombre de voix ne cessent de répéter que les organisations islamistes armées, notamment l'AIS, le GIA, le GSPC et l'AQMI sont largement infiltrées par le DRS. Qu'en est-il exactement et pourquoi cette infiltration ?  

Karim Moulai : Avant de répondre à votre question, et pour lever toute équivoque, je tiens à préciser que le terrorisme islamiste en Algérie n'est pas une vue de l'esprit. Et à l'origine ce n'était pas une création du DRS.  
Maintenant pour ce qui est des accointances du DRS avec les organisations que vous avez citées, je vous confirme en effet que le DRS les a largement infiltrées, depuis l'AIS jusqu'à l'AQMI. C'est ainsi que beaucoup d'opérations planifiées, exécutées et revendiquées par ces organisations ont été commanditées en sous main par le DRS.
Je citerai juste pour l'exemple, mais aussi parce que j'étais présent lors de cette opération, l'assassinat de 7 innocents civils sur le bord de l'autoroute qui mène de Zeralda vers Alger en mars 1997. Cette nuit-là et alors que nous revenions mon officier traitant Abdelkader (Abbas), 5 autres agents et moi-même d'une soirée bien arrosée, Abdelkader décida de s'arrêter sur le bord de la route. Lui et les cinq autres agents se mirent en Kamiss (habit traditionnellement porté par les terroristes), sortirent leurs armes, puis arrêtèrent deux voitures occupées par 7 civils. Ces derniers furent froidement abattus sans avoir eu le temps de comprendre ce qui se passait.

Vous semblez vouloir nous dire que vous n'aviez pas pris part à cette exécution ?  

Oui je n'y ai pas participé, comme je n'ai participé durant mes treize années passées au DRS à aucune exécution, tout simplement parce que je n'étais pas un exécuteur. J'étais un agent qui s'occupait essentiellement de logistique.

Pourquoi cette horrible exécution de civils innocents? Etait-ce une bavure…une erreur sur les personnes?  

Non, ce n'était ni une bavure ni une erreur sur les personnes. Encore moins une idée qui était venue à Abdelkader au comptoir d'un bar.  C'était une opération préméditée qui rentrait dans le cadre d'une stratégie visant, comme l'avait expliqué mon officier traitant, à entretenir le climat de psychose qui prévalait  en Algérie parmi la population. Cet assassinat a été évidemment officiellement imputé aux groupes islamistes armés.
Aussi, certaines opérations terroristes ciblant des civils ont été menées par des groupes islamistes armés pour le compte du DRS qui au préalable les avait largement infiltrés.
L'infiltration de ces groupes armés permettait aussi au DRS d'en utiliser certains membres dans des opérations extra-territoriales, comme cela a été le cas pour l'attentat de l'hôtel Atlas Asni de Marrakech.
Pourquoi dans ce cas le DRS aurait-il infiltré ou créé comme vous dites la branche armée d'Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) dont le théâtre des opérations est au Sahel?  

Dans le cas de l'AQMI les considérations sont autres. Je confirme d'abord que cette organisation terroriste a été créée par le DRS qui avait réussi à infiltrer largement son ancêtre le GSPC (Groupement salafiste pour la prédication et le combat). Souvenez-vous de cet  attentat qui avait visé un cortège du président Bouteflika lors de sa visite à Batna, de ces deux autres qui avaient fait une centaine de morts en ciblant le Conseil constitutionnel et le siège algérien du HCR et enfin ces deux autres attentats suicide qui, en avril 2007, avaient fait trente morts et plus de deux cents blessés. Tous sont l'œuvre du GSPC mais tous ont été commandités par le DRS. En commentant les deux derniers attentats-suicide, l'ex-ministre de l'Intérieur Yazid Zerhouni avait notamment déclaré qu'il y avait des intérêts d'un autre type que politico-religieux, allusion faite bien évidemment aux éléments du DRS hostiles à la politique du président Bouteflika.    
A l'annonce de la naissance d'AQMI, j'étais évidemment hors d'Algérie, néanmoins je suis resté collé à ce qui s'y passait via des personnes qui y vivent toujours.

Via des amis au sein du DRS?  

Vous comprendrez facilement que je ne pourrais m'étaler là-dessus. L'essentiel est que mes sources sont très fiables et sont au fait de ce qui se trame au sein du DRS.
Au Sahel les intérêts en jeu sont énormes. Il est des intérêts liés à la guerre déclarée au terrorisme à l'échelle planétaire par les Etats-Unis et c'est là un volet qui n'a pas encore livré tous ses secrets. Mais il est également des intérêts financiers très importants en rapport avec les trafics en tout genre qui s'opèrent dans cette région, trafics d'armes, de drogues, de cigarettes…Et derrière lesquels on trouve les factions formant l'AQMI. Il était évident que les pontes politico-mafieux du DRS ne pouvaient laisser leur échapper une manne qui se chiffre à des centaines de millions, voire à des milliards de dollars.
Aussi pour se convaincre de la forte accointance entre le DRS et l'AQMI, il suffit de se demander où est Amari Saïfi, alias Abderrazak El Para, l'ex-émir du GSPC qui, je le rappelle, est un ancien officier des forces spéciales de l'Armée algérienne, capturé au Sahel par le mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT, organisation armée d'opposition au pouvoir tchadien) et remis aux autorités libyennes qui à leur tour l'ont livré aux autorités algériennes.
El Para a été plusieurs fois jugé par différents tribunaux algériens par contumace. Le motif invoqué a été que l'ex-émir n'était dans aucune prison algérienne. Où est-il alors ? La réponse coule de source : quelque part dans une résidence mise à sa disposition par le DRS. Probablement pas loin de Ben Aknoun.

Avez-vous effectué ou participé à des missions en dehors d'Algérie. Si oui dans quels pays ?

Oui, j'en ai effectué même plusieurs. Notamment en Indonésie, Malaisie, Türkiye, Mauritanie, Tunisie, Syrie, Sénégal…Et j'ai travaillé également pour le compte des services de renseignements libyens.
Ces missions consistaient essentiellement à enquêter sur les membres de la communauté algérienne résidant dans ces pays proches des milieux islamistes et à infiltrer éventuellement leurs réseaux. Mes capacités à l'infiltration m'ont beaucoup aidé pour la réussite de ces missions. Sinon j'allais dans le cadre des visites officielles effectuées par le chef de l'Etat. Comme c'était le cas notamment lors de la participation de Liamine Zeroual au Sommet du G15 tenu à Kuala Lumpur en Malaisie et à un autre sommet en Syrie.   


L B
Vendredi 3 Septembre 2010

Lu 3675 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs