Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec l’artiste photographe marocaine Farida Bouâchraoui : “La photographie est un bonheur d'émotions...”




Entretien avec l’artiste photographe marocaine Farida Bouâchraoui :  “La photographie est un bonheur d'émotions...”
« Plus je rentre en communication avec mon espace et plus l'émotion devient
palpable et prend
la forme d'un mot. Quel plaisir de voir les émotions qui deviennent à leur
tour des mots, des notes de musique qui font danser mon âme en errance!»


Professeur universitaire à la Faculté des lettres et des sciences humaines à l’Université Ibn Zohr d'Agadir, Farida Bouâchraoui est aussi artiste photographe. Ses travaux photographiques ont été sélectionnés à deux concours mondiaux, ce qui lui a valu le titre de l'unique participation marocaine au 6ème Salon mondial d'art photographique de Limours en France. Elle a publié un catalogue photos intitulé «Emotions amazighes: Regards sur la femme de l’Anti-Atlas » en 2008.  Nous l’interrogeons à propos de sa conception de la photographie comme pratique poétique et ontologique. 

Libé: Comment êtes-vous venue à la photographie ?

Farida Bouâchraoui: J'ai commencé la photo à l'âge de 15 ans.  La photographie est devenue une passion pour moi, par la suite. Une fois partie en France pour préparer une thèse de doctorat en science du langage à l'Université de Toulouse le Mirail, j'ai mené, en parallèle, des recherches personnelles sur l'art photographique, en fréquentant les départements d'anthropologie visuelle, en multipliant les visites d'expositions photos, en quête d'une éducation visuelle. A aucun moment, je n'ai pensé que je deviendrai un jour "artiste photographe". De retour au Maroc, en 1998, l'artiste photographe Said Aoubraim a exposé ses oeuvres à la Faculté des lettres et des sciences humaines Ibn Zohr, où j'enseigne actuellement. Là c’était le déclic pour moi. Said Aoubraim m'a parlé de son désir de fonder un club photos à Agadir, ce qui m'a conduit par la suite à être membre fondateur du club photos d'Agadir jusqu'en 2009. 

Roland Barthes écrit dans “La chambre claire” que «les photographes sont les agents de la mort ». Qu’en pensez-vous ?

Pour moi, le photographe rend vivant et actuel un événement passé, et ce à tout moment d'une vie. L'image n'est pas morte au moment où elle est prise, elle continue à vivre. La photographie se présente comme le modèle parfait de la description de ce qui est unique et jamais ne se répète. Elle a le pouvoir d'arrêter le temps, elle cherche à attester les écarts entre les époques. Pour moi, les photographes sont surtout les capteurs de vie mais pas des agents de la mort. Ils font un travail pour la mémoire.  

La photographie est un exercice existentiel dans la mesure où le photographe cherche à pérenniser l’éphémère. Que représente la photographie pour vous ?

La photographie est la concrétisation d'une émotion. je ne saisis pas uniquement des formes; je ne retiens pas non plus des situations ou des rencontres, mais je prends en image les différentes sensations rencontrées. La photographie est tout simplement ma sensibilité, mon intuition, ce qui représente le sensationnel pour moi. « Si l'acte photographique est un acte de donner à voir, il est aussi une manière de voir et de penser la réalité», selon le mot de Luiz Eduardo Robinson Achutti.

Comment vous est-elle venue l’idée du catalogue « Emotions amazighes. Regards sur la femme de l’Anti-Atlas. » ?

La décision de publication du catalogue photos "Emotions Amazighes : Regards sur la Femme de l'Anti-Atlas" a mûri avec le temps; après une pratique photographique d’une dizaine d'années, j'ai découvert ce que le langage photographique veut dire. Cette pratique a su me communiquer le sentiment d'entrer en contact avec la langue de la photographie en train de se faire ou de se mettre en place. Plus mon travail photographique évoluait, plus un langage visuel se constituait intérieurement et m'imposait une narration. Il fallait organiser les photographies en texte visuel et recomposer les éléments mis en scène pour construire un récit photoethnographique.  

Les textes accompagnant les photos de votre catalogue sont particulièrement poétiques. Le photographe est-il d’abord poète ?
 
C'est grâce à la photo que j'ai découvert le plaisir d'écrire. Quand on est sensible aux images, on l'est aussi aux mot. Chaque fois que je suis sur le terrain, je notes mes sensations sur un carnet de bord et une fois de retour chez moi, elles deviennent des textes; ce qui d'ailleurs m'étonne, je ne comprends pas cette envie de mettre mes émotions ou mon texte sur papier. Un flux d'émotions qui donnent l'ordre à l'écriture.   

La photographie définit aussi la relation à l’autre puisque ce sont les autres que nous photographions. Comment voyez-vous ce rapport photographie/altérité ?

Prendre des images de l'Autre, c'est découvrir celui-ci et se découvrir, pénétrer le langage de l'autre, même muet, en fonction des images qui se présentent, c'est se construire un langage..

Quels sont vos projets?

Je prépare un autre catalogue photos sur «Le patrimoine religieux. » Je ne peux dire plus du titre du catalogue, je laisse le soin aux lecteurs et aux amateurs de photos de le découvrir, je compte le publier en 2011.   

Un dernier mot ?

Je prends souvent mon appareil photos pour une aventure photographique mue par une sensation et une envie de découverte, pour un voyage visuel, un voyage émotionnel. Je pars nourrir mon errance au rythme d'un temps, et essayer de percevoir mon espace fait d'échos de résonances. Plus je rentre en communication avec mon espace, et plus l'émotion devient palpable et prend la forme d'un mot. Quel plaisir de voir les émotions qui deviennent à leur tour des mots, des notes de musique qui font danser mon âme en errance...!
La photographie est un bonheur d'émotions...Un bonheur de voir l'image faire lien avec le mot....

Propos recueillis par Atmane Bissani
Mardi 8 Juin 2010

Lu 1671 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs