Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec l'artiste Mohamed Griba : "Mes travaux portent les empreintes du patrimoine national"




Entretien avec l'artiste Mohamed Griba : "Mes travaux portent les empreintes du patrimoine national"
La salle des conférences de la ville d'Ifrane accueille plus d'une quinzaine d'artistes peintres regroupés dans une exposition collective de plus de 150 chefs-œuvre représentant différentes écoles artistiques et ce, du 21 juillet au 15 août 2011. Entre autres artistes peintres participant à cette exposition collective, figure le nom de Mohamed Griba, cet artiste peintre autodidacte né en 1959 à Azrou où il exerce en tant que professeur des sciences physiques. Ce jeune talent du Moyen Atlas expose depuis le
 milieu des années 90, des œuvres qu’on pourrait qualifier  d’atlassiennes. Un travail riche en genre et en recherches (figuratif,  cubisme, impressionnisme) et des thèmes toujours ancrés dans le Moyen  Atlas. Il a participé à plusieurs expositions collectives au Maroc et
 à l’étranger et a réalisé de nombreuses expositions individuelles.
Pour mieux connaître l'artiste Mohamed Griba, nous l'avons invité à notre petit jeu de question/réponse auquel il s'est donné à cœur ouvert. Entretien.

Libé: Comment l'artiste Mohamed Griba explique-t-il le fait  qu'il soit très loin de la photographie et tout près de l'expression ?

Mohamed Griba : Au début de ma vie artistique, j'ai opté pour l'imitation afin d'exprimer mes objectifs créatifs. Ainsi, j'ai réalisé une série de tableaux dans un style plus expressif que photographique. Je m’intéressais beaucoup au patrimoine et je suis lié à mon environnement local et le creuset du patrimoine inspirait ma thématique.
Aussi, je m'introduisis dans mes tableaux avec préméditation. C'est pour cela que tous mes travaux portent les empreintes du  patrimoine dans toutes leurs dimensions et plus particulièrement ceux  de mon environnement.
 Ce n'est pas étrange si mes œuvres ont un écho immense et typique et qui incarnent avec sincérité toutes les données du milieu de l’Atlas. C'est grâce à son envoûtement et à la magie des couleurs que  je me sens engagé au point de tomber amoureux de ce milieu.
Pour cela, mes tableaux reflètent les lumières des ruelles, les  ombres des rues et les activités rayonnantes des souks. J'y traduis  l'animation permanente de ces espaces avec leurs rythmes chaque  fois qu'il s'agit des fêtes populaires ou d'autres occasions.
 Ce sont celles-là qui sont les traits de mon entourage dans leur  cadre général et comme je suis un produit de cet environnement et par  désir de reconnaissance, j’ai décidé de m'y engager. Ainsi, je me faufilai dans le silence des ruelles de ma charmante ville, en quête de l’histoire.
 Ainsi, grâce à des coups de pinceau, je revis des moments  affectifs que le temps tente d'effacer ou d’oublier. Pour lutter et résister à ce facteur  destructeur, je laissai ma mémoire en état d'alerte permanente et mon  pinceau en état de position continue. Je surveille les transformations et les détails. Ai-je atteint mon but ? C'est ce que je  prétends -dans une certaine mesure - avec de bonnes intentions. Le  reste viendra de moi ou d’ailleurs. C'est ce que je souhaite. Tout au long de mon parcours artistique, la dualité "clair-obscur" était l'essentiel de mon art comme c’était le cas pour Rembrandt, Delatour qui ont combiné la pensée critique et esthétique, les sources de l'histoire et le principe de l'art noble.

Pourquoi ce voyage à travers la matière et la couleur sur les ailes de l’impressionnisme comme vous le dites?

Selon les classiques et leur théorie sur l'imitation, la relation entre l'art et la nature, basée sur "l’uni-vision" ou vision unique est dépassée. De nos jours, l'art s'est ouvert sur de nouveaux horizons où l'artiste jouit d'une grande liberté, loin de l'imitation. Pour cela, j’ai opté pour l'impressionnisme comme style, sachant que c'est l’origine de l'art abstrait du fait que le contenu cognitif d’un tableau impressionniste, porte en lui-même une gamme émotionnelle qui naît de sa propre forme.

Comment vous vous êtes trouvé alors dans ce style moderniste et néo-futuriste?

L'apparition et la diffusion du courant appelé "Mondialisation de l'art" ont remis en question les procédés traditionnels et classiques. Cette influence s’est répercutée également au niveau de l’art national plastique. Ainsi, beaucoup d'artistes se sont enthousiasmés pour l'art  abstrait, pour la liberté  qu'il leur donne et la possibilité d’entrer de plain-pied dans la modernité. Il se trouve ainsi lié à des facteurs  complexes qui le laissent jouer essentiellement ce rôle.
L’être humain est une énergie contre les circonstances, il est  influé et influant. Il est capable de comprendre, d'observer, de percevoir  et s'abstenir selon les circonstances. Il n'est pas seulement un  être influençable qui reçoit des impressions mais qui produit aussi des
 idées.
Pour ces raisons, j'ai pensé à œuvrer dans le cubisme. C'est le néo-futurisme qui fait que le tableau  cubiste ne peint pas des choses figées dans une réalité concrète, mais désire exprimer l’approche de les percevoir.
Ainsi, il se base sur l'interaction dynamique entre les données  visuelles et l'esprit abstrait. Les éléments figés dans le tableau vont en s'ordonnant selon  un principe général discret, tacite et latent mais en perpétuel  mouvement. A partir de là, nous assistons à un affrontement entre "l'imitation" et "l'abstraction".
 En observant l'un de ces tableaux cubistes, nous relevons des fils qui se tissent, s’entremêlent. De cette  interaction naît le fruit artistique et appelle le spectateur à ce
 qu'il participe à cette opération en mobilisant sa culture, sa  capacité d'observer et de créer des relations avec tous les constituants du tableau.  Il est clair donc que ce mode créatif se base sur une nouvelle  sensibilité dans la créativité consciente et la réception dynamique et  non un simple jeu de formes et de couleurs et selon quelques illusionnistes, ouvert sur l’expérience et l'abstraction.

Mohamed Drihem
Mercredi 3 Août 2011

Lu 875 fois


1.Posté par echadily le 20/11/2011 22:08
c'est un de meilleurs professeurs qui m'ont étudié, très réactif et plein de chose à donner!
Il présente un peu de son incroyable talent en expliquant par des schéma ou des dessins.
ses tableaux que j'ai admiré beaucoup présente le patrimoine marocain et principalement le moyen Atlas! Oui,Oui vraiment un très bon artiste.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs