Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec l’acteur Abdelkbir Rgagna, désormais réalisateur et producteur : «Vivement des ressources appropriées pour une production compétitive»




Entretien avec l’acteur Abdelkbir Rgagna, désormais réalisateur et producteur : «Vivement des ressources appropriées pour une production compétitive»
Il vient de réaliser
et de produire son premier court-métrage «Plastic». Dans cette interview, il fait le point sur
ce changement de cap.

Libé : Après une longue carrière au théâtre, aujourd'hui vous produisez et réalisez votre 1er court-métrage. Peut-on parler d'un changement de carrière ?

Abdelkbir Rgagna : Pas du tout, mais plutôt d’une sorte d'évolution. Vous savez, pendant longtemps, mon métier d'acteur au théâtre ou au cinéma, m'a obligé à être « un simple exécutant » des consignes de metteurs en scène ou de réalisateurs. Mais aujourd'hui, je crois qu'il est temps de sortir de cette  «étiquette» et de tenter une nouvelle aventure.  Un acteur a une sensibilité, des idées, une vision différente de la société. C'est le temps de se mettre au bain pour traiter et débattre des sujets qui ont une certaine priorité à caractère social, économique ou politique.

Comment avez-vous opéré ce changement?

Je ne vous cache pas que l'expérience a été difficile, notamment au niveau de la production qui a demandé certaines connaissances et un savoir-faire. J'ai dû faire une formation dans le domaine tout en m’appuyant sur le soutien et l'aide précieuse de mes collègues qui m'on appris beaucoup de choses sur le secteur. Avant moi, il y avait beaucoup d’artistes marocains qui ont entamé ce challenge. Il y a ceux qui ont échoué et d’autres qui ont réussi, mais je pense qu'il faut encourager l'acteur marocain à entrer dans ce monde, car lui aussi a son mot à dire et sa vision des choses. L'acteur ne doit pas être cantonné dans son rôle de comédien, il doit chercher d'autres horizons et expérimenter d'autres pratiques.

Quelles sont vos activités aujourd’hui ?

Je joue un rôle dans une production de la SNRT, intitulée « Naouras », réalisée par Hakim El Bidaoui et écrite par  Said Lamrini. Je suis également en train de réaliser mon premier court-métrage, appelé « Plastic » qui traite la thématique de la violence au sein des familles. C’est un film de 20 minutes joué par Rachid El Wali et Latifa Ahrar. D’après ma propre idée, Abdellah Benddar en a écrit un scénario.  
J'aimerais saisir l'occasion pour remercier mes partenaires qui ont cru en moi et accepté de se lancer dans cette aventure. J'aimerais aussi lancer un appel aux investisseurs privés et  institutionnels à investir davantage dans la production cinématographique nationale.   Il faut redoubler d’efforts. Le Centre cinématographique marocain ne peut pas à lui seul financer tous les projets. Notre production a besoin de toutes les ressources pour qu'on puisse créer et produire dans un contexte régional et international très compétitif.

Propos recueillis par Hassan Bentaleb
Lundi 31 Mai 2010

Lu 1475 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs