Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec Réda Allali, leader du groupe Hoba Hoba Spirit : “Nous ne faisons pas de la musique pour plaire”




Ce fut la première fois que la troupe Hoba Hoba Spirit a donné un spectacle dans une localité amazighe. Non  sans succès. Des milliers de   fans tafraoutis se sont rués à la place Tifawine pour acclamer les artistes du groupe.


Libé : Que Hoba Hoba Spirit se produise dans une ville comme Tafraout, qu’est-ce que cela vous fait?

Réda Allali : Nous nous produisons  souvent dans les grandes villes. Mais qu’on puisse donner un spectacle ici, c’est une fête pour nous! Notre musique, de par son genre, est, disons-le, née dans les cités urbaines, dans des circonstances et un contexte particulier.  Du coup, nous n’avons jamais pensé qu’un jour nous serons appelés à  chanter ici. Toutefois, la symbiose qui s’est installée entre nous et les spectateurs tafraoutis est extraordinaire. Ça  nous a étonnés de voir des jeunes filles et garçons reprendre   simultanément avec nous en chœur les tubes interprétés. En plus on a passé deux jours dans la famille de notre manager qui est d’Amanouz. Cela nous a permis de découvrir cette belle région qu’on ne connaissait pas auparavant.

Mais, comment expliquer que vous ayez accepté de chanter dans une région amazighophone, alors que  votre musique est plutôt arabophone?

Personnellement, je pense que le fait qu’on vous catalogue ou étiquette musique des jeunes, de la ville, des Aroubia (le rural arabophone), c’est la presse et les journalistes qui s’évertuent à le faire  à tort.  Alors que la réalité est tout autre. A voir de près dans notre quotidienneté,  on s’aperçoit facilement  que le Marocain est d’une culture hétéroclite et hybride qui fait de son identité un élément composé, le prédestinant  à s’imprégner et goûter aux deux « sauces ». Du coup, ses goûts musicaux sont éclectiques ; il peut être arabophone et entendre le chant amazigh comme beaucoup d’amzighophones apprécient les chansons arabes. Cela montre, évidemment, la puissance de la musique comme expression qui transcende toutes les barrières traditionnelles, linguistiques, géographiques… pour s’imposer comme un langage  intercommunautaire et interculturel.
Pensez-vous que vos chansons véhiculent aussi les préoccupations des jeunes amazighs ruraux?
Vous savez que  nos œuvres ne concernent pas particulièrement les jeunes. Quand je joue de la musique, c’est ce  qui me hante   personnellement que je transforme en paroles chantées. Peut-être, les autres s’y reconnaissent ! Mais ce n’est pas un but en soi. Nous ne faisons nullement dans la propagande politique. Nous produisons de la musique pour créer la bonne ambiance, détendre les gens et leur donner l’occasion d’exprimer leur joie pour se dégager le temps d’une soirée, des humeurs stressantes.

Comment définissez-vous votre musique?

Notre devise musicale, c’est l’énergie.  Nous adoptons des rythmes marocains (reggae, Gnaoua). Et d’autres «volés» à l’Occident. Nous nous inspirons beaucoup du reggae. Mais, c’est  surtout l’énergie rock que nous imprimons à nos chansons. D’ailleurs, nous ne nous efforçons pas de faire de la belle musique  qui plait! A travers nos œuvres, nous aspirons à faire dans l’insolite ; nous ruons dans les brancards du  « système » établi . Autrement dit, c’est comme si nous étions  embarqués à bord d’un  bateau ou d’un train qui emprunte son trajet normal et du coup on le fait dérailler. C’est l’image que renvoie  notre « ligne musicale »! .

Ne projetez-vous pas d’organiser une tournée dans les contrées rurales?

Nous n’avons aucun empêchement à le faire. Sauf que les responsables, avec cette prolifération bénéfique des festivals que connaît  notre pays, n’ont jamais  pensé  à la création  de salles de musique et de répétition si l’on veut vraiment voir émerger de nouvelles troupes sur la scène musicale nationale.  Le monde rural, grâce aux moyens de communication disponibles actuellement,  n’est plus à la traîne par rapport à nos centres urbains. Les chansons de la ville y sont écoutées et  appréciées…Et la musique rurale s’exporte bien vers les cités urbaines. C’est un champ riche en patrimoine musical qu’il faut  investir. Pourquoi donc ne pas  l’associer à cette dynamique musicale que connaît notre pays? Je trouve qu’il est injuste que nos espaces urbains trustent  des activités artistiques à travers tant de concerts, festivals qui s’y organisent … Et, au passage, je voudrais souligner qu’il est tout autant  navrant, que ces derniers soient regroupés tous en période estivale. A laquelle succède  un vide sidéral le reste de l’année ! ... Non! il est  temps de penser à l’organisation des activités culturelles pendant l’hiver.

Si on vous demandait les titres  de vos  chansons qui enflamment  le plus le public, que répondrez-vous ?

Je peux vous dire Hoba s back, Trabando, Fhamator, Blad Skizo… De toute façon, Hoba Hoba Spirit est un  grand buffet où l’on trouve de tout. Des produits que nos auditeurs  aiment,  d’autres qu’ils n’apprécient pas … Je pense que c’est cette mixture baroque de bon et de mauvais qui fait la force de nos produits. Toutefois, l’audience de notre musique gagne du terrain aussi bien au Maroc qu’ailleurs. Le succès de nos  tournées organisées en Europe, Afrique, Amérique… en témoigne. 

ENTRETIEN REALISE PAR IDRISS OUCHAGOUR
Lundi 30 Août 2010

Lu 635 fois


1.Posté par bakanzize mohamed le 31/08/2010 22:24
Comme tout le monde connait Tafraout est une localité aimée par ses ressortissants c'est pour ça quels viennent passer l'ete avec leus familles .Tout ça pour vous dire que le public qui assistent aux différentes activités du festival suivent bien toute les troupes de prés dans lerus villes de résidence.
Hba-Hoba Spirit est un groupe connu par leurs tubes qui les marquent.
Puisque que le public parlent différentes langues cela facilite la symbiose du groupe avec lui.
La bonne musique est sans frontières.
A mon avis certaines régions ne peuvent pas organiser des festivals ou autres activités a part pendant l'ete car car il y a régréssion des vacanciers et visiteurs.
Musique moderne et de jeunes par excéllence qui a son public et ses fans.
Bonne continuation!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs