Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec Lina Bennani, joueuse de l’équipe du Maroc de la Fed Cup : «J’aspire à poursuivre mon ascension et à satisfaire les attentes de mes partenaires»




Entretien avec Lina Bennani, joueuse de l’équipe du Maroc de la Fed Cup : «J’aspire à poursuivre mon ascension et à satisfaire les attentes de mes partenaires»
«A 18 ans, je pense qu’il faut trancher. Et moi, j’ai opté pour le tennis de haut niveau qui se joue dans la cour WTA et nulle-part ailleurs».

Libé : Peut-on dire que ce contrat de sponsoring est venu au bon moment ?

Lina Bennani : Il est vrai qu’il était grand temps que ma carrière aborde un nouveau tournant. Et dans le tennis, il n y a pas de secrets. Sans bailleur de fonds, il serait difficile pour tout joueur et joueuse d’aller de l’avant. Ce contrat de sponsoring avec Suzuki Maroc me permettra de voir l’avenir avec une vision beaucoup plus optimiste. Etant soutenue financièrement par une entreprise, tout en étant assistée par l’instance fédérale, le staff technique et ma famille, je crois que j’ai toutes les chances de pouvoir améliorer mon niveau et de viser le devant de la scène.

Quelles sont vos ambitions ?

Je parlerai surtout de challenge que je dois relever. Il y a des images que je suis tenue de défendre dignement, à commencer par mon pays, étant une joueuse de l’équipe de la Fed Cup, de Suzuki Maroc et par là-même la mienne. D’ailleurs, depuis mon jeune âge, j’aspirais à intégrer le cercle des meilleures raquettes et le temps est venu pour que je passe à la vitesse supérieure. Les apports aussi matériel que logistique de mon sponsor me permettront de prendre part à des tournois du circuit international, des participations qui m’aideraient à améliorer mon classement WTA. Certes, la mission ne sera pas tâche aisée, mais ça reste jouable, surtout que j’ai confiance dans mon entourage qui croit pleinement en mes capacités.

Après les distinctions aux niveaux national, régional et continental, là, c’est un nouveau cap que vous vouliez franchir : jouer au plus haut niveau et gagner des points WTA ?

A 18 ans, je pense qu’il faut trancher. Et moi, j’ai opté pour le tennis de haut niveau qui se joue dans la cour WTA et nulle part ailleurs. Je suis tenue donc d’honorer mon nouveau statut qu’est de joueuse parrainée et qui a des obligations envers toutes les personnes et parties qui ont misé sur moi. Ce qui est sûr, c’est que je ne ménagerai aucun effort pour développer mon tennis et mon style de jeu afin d’atteindre le niveau requis pour les compétitions de haut niveau. Je suis prête à faire d’autres sacrifices, comme celui que j’ai fait dès l’âge de 14 ans où j’étais partie à Barcelone pour affûter mes armes.

Qu’est-ce qui manque au tennis national pour se mettre sous les feux de la rampe ?

A la fois peu et beaucoup de choses. La matière première est là et les jeunes raquettes courent les courts. Sauf que la pépinière mérite un intérêt particulier de la part des responsables et dirigeants. Toutes les parties prenantes doivent s’investir sans relâche en vue de mettre les jeunes pratiquants (garçons et filles)  dans de bonnes dispositions. Si l’on parvient un jour à intéresser au plus haut point les entreprises privées et publiques à venir investir en masse dans le sport en général et le tennis en particulier, le gagnant sera le ou la pratiquant(e). Mais il n’y a pas que l’équation argent qu’il faut résoudre, il y a aussi l’aspect formation qui doit se faire sur des bases solides.

Qu’en est-il de l’équipe du Maroc de la Fed Cup ?

Il règne une bonne ambiance au sein du groupe et nous allons tout faire pour que l’équipe du Maroc de la Fed Cup puisse remporter d’autres victoires dans cette compétition.

Un dernier mot ?

J’aspire à poursuivre mon ascension et à satisfaire les attentes de mes partenaires, même si cela nécessite des sacrifices et des efforts considérables. Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont cru et croient en moi. A commencer par mes parents, Ryad Mezzour, le directeur général de Suzuki Maroc, mes coachs Khalifa et Benamar, ainsi que la Fédération Royale marocaine de tennis. 

Propos recueillis par MOHAMED BOUARAB
Mardi 29 Juin 2010

Lu 2153 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs