Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec Frédéric Beigbeder auteur d’ “Un roman français” : “La France change mais pas forcément en bien”




Samedi 13 février, Frédéric Beigbeder s’est entretenu avec Ghita El Khayat autour de son dernier ouvrage « Un roman français » qui a obtenu le Prix Renaudot 2009. Fidèle à lui-même, l’auteur s’est livré au jeu des questions-réponses avec l’humour et le cynisme dont lui seul détient le secret. A la question, « Cela vous a fait quoi de recevoir le Prix Renaudot ? »  Beigbeder répond  « Finalement c’est drôle car Renaudot est l’inventeur de la presse mais aussi de la publicité. Quand on connaît mon passé dans le milieu de la pub, c’est assez amusant. Et plus sérieusement, c’est très agréable de recevoir une telle récompense. »
Le dernier né de l’œuvre de Beigbeder est probablement l’un de ses livres les plus autobiographiques. L’auteur y argue le droit de « se plaindre et de souffrir même quand on est né dans un milieu bourgeois ». Avec un réalisme surprenant, Beigbeder explique : « Jeune, je n’avais pas de succès : j’avais des bagues aux dents, les oreilles décollées, j’étais très maigre et je n’avais pas la peau nette », entraînant ainsi une salve de rires dans la foule présente pour l’écouter.
Cependant, l’ironie et le cynisme avec lesquels Beigbeder revient sur ses souvenirs d’enfance, n’est pas le seul aspect d’ « Un roman français ».
En effet, l’auteur revient également de façon plus grave sur l’expérience de la garde à vue qu’il a vécue récemment. « Quand je vois comment j’ai été traité alors que j’ai une certaine notoriété et que je viens d’un milieu bourgeois, je me pose automatiquement la question : Qu’en est-il pour ceux qui ne sont pas de la même classe sociale que moi, et pire encore, qui ont une couleur de peau différente ? » Ghita El Khayat, quant à elle, n’hésite pas à rajouter : « Et dans un pays où les libertés sont beaucoup moins importantes ? » laissant ainsi la question en suspens.
Beigbeder n’a pas peur des mots  et affirme : « La France change mais pas forcément en bien. La génération de mes parents était celle de la liberté sexuelle et de la liberté de mœurs. Aujourd’hui, il y a une tendance en France qui pousse à protéger les gens contre eux-mêmes. Par conséquent, nous sommes de moins en moins libres, et nous voyons chaque jour notre liberté s’amenuiser. Les jeunes sont de plus en plus coincés par exemple… ».  La dimension autobiographique d’ « Un roman français » permet ainsi à Beigbeder de dénoncer également le terrain glissant (voire miné) sur lequel il voit son pays s’engager.
 Le public casablancais, lui, semble ravi de voir que l’auteur est fidèle à l’image qui émerge de chacun de ses romans, et nombreux ont été ceux à se faire signer des ouvrages de l’auteur français.

S.A
Mardi 16 Février 2010

Lu 238 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs