Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec Chakib Lahssaini, co-animateur de Studio 2M : Mohssine, Lamia, Amal et Tarek, lauréats de la 7ème édition




Entretien avec Chakib Lahssaini, co-animateur de Studio 2M : Mohssine, Lamia, Amal et Tarek, lauréats de la 7ème édition
La 7ème édition de l’émission Studio 2M a élu ses lauréats dans l'ambiance euphorique habituelle du public
qui accompagne souvent cette aventure artistique.
Une édition qui consacre cette année quatre candidats au lieu de trois lors des éditions
précédentes. Mohssine de Casablanca et Lamia de Tanger se distinguent dans la catégorie orientale et Amal de Paris dans la catégorie occidentale. Le prix du public est revenu à Tarek.
L'occasion de s'intéresser à l'un des animateurs de ce grand concours musical, Chakib Lahssaini, qui évoque
la difficulté de sa tâche et le bonheur de faire partie de cette boite à «fabriquer» des stars. Entretien.

Libé: De toutes les éditions que vous avez animées, y a-t-il une qui vous a marqué ?

Chakib Lahssaini: (Rire) Honnêtement, j'ai toujours l'impression que chaque année est toujours mieux que la précédente. D'abord, parce que je me sens mieux dans le programme; j'ai le sentiment avec Samira qu'on l'incarne en quelque sorte. On est aujourd'hui complètement associés à ce programme et que systématiquement on se remet facilement dans le bain. On a toujours le sentiment de récupérer de la famille avec le jury, la réalisation et toutes les équipes impliquées. C'est quelque chose de particulier qu'on pourrait expliquer par l'exemple d'un enfant qu'on voit grandir et qu'on aime toujours un peu plus. Chaque année, j'ai le sentiment que c'est mieux.

Ce n'est sûrement pas facile d'animer sans influencer le jury. Vous est-il arrivé de vous dire « là, le jury aurait dû préférer tel(le) candidat(e) » ?

Cela peut forcément arriver parce qu'on a des critères de sélection qui ne sont pas ceux des professionnels qui composent le jury. Ce qui fait qu'on va accorder l'attention à d'autres aspérités que peuvent avoir les candidats. Si on trouve un candidat doué et avec  beaucoup de charisme cela va peut-être plus nous marquer vu qu'on a moins une oreille musicale que le jury qui, lui, est composé de professionnels. C'est à mon sens le seul élément qui peut un peu changer par rapport au reste.

A propos des lauréats, lequel, à votre avis, recueille les faveurs du jury ?

Je ne sais pas. Honnêtement, je ne suis pas capable de vous le dire. J'ai toujours l'impression en fait que le choix est toujours assez juste par rapport à cela. C'est une longue aventure qui dure pendant six semaines, vous imaginez bien qu'on les voit progresser. Et quand il y a quelqu'un qui se dégage du lot, en général il fait l'unanimité et jamais on est surpris de le voir gagner. Donc jusqu'à maintenant, ce cas de figure ne s'est jamais présenté et cela m'étonnerait qu'il se présente parce que il y a toujours un candidat qui se détache du lot et qui finit par conquérir le jury, le public et les animateurs.

Vous vous sentiez prêt à animer cette année Studio 2M ?

On peut dire que c'est une affaire qui roule pour Samira comme pour moi. C'est ma quatrième édition. On connaît assez bien la mécanique de cette émission qui existe depuis 7 ans. Donc systématiquement, on essaie de l'améliorer avec des ajouts, en la rendant peut-être homogène, en intégrant des nouveautés. On doit s’entrainer davantage pour coller à l'actualité, à la modernité de la musique. De ce point de vue, je dirai qu'on a toujours été prêts.

Quel est le défi d'un animateur dans ce genre d'émission ? A quelles difficultés peut-on être confronté ?

Le plus important, c'est d'abord de connaître le programme. Il faut savoir être à la hauteur de ce que propose l'émission en termes de musique, réalisation, lumière, etc. On peut vraiment dire qu'on a un show digne des plus grands produits internationaux. Et de ce fait, on va se greffer à cela, à cette mécanique plutôt bien huilée et essayer de la servir. Et être au service d'un appareil aussi joli et toujours un peu compliqué. Cela demande beaucoup de travail sur les textes. On doit adopter une attitude pour qu'on puisse justement être le relais de toutes les informations.

A force de côtoyer les stars de demain, ne seriez-vous pas un jour tenté de vous lancer dans la musique ?

(Rire) J'aurais bien voulu chanter. Mais, croyez-moi, je vous rends service en m’abstenant de chanter.

Propos recueillis par Alain BOUITHY
Mardi 18 Mai 2010

Lu 3473 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs