Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec Boubker Benbada, nouveau directeur en chef de l’arbitrage africain : “Former bon nombre de juges pour encadrer un maximum de compétitions’’




Entretien avec Boubker Benbada, nouveau directeur en chef de l’arbitrage africain : “Former bon nombre de juges pour encadrer un maximum de compétitions’’
Lors de son dernier congrès
tenu le mardi 3 avril 2012 à Agadir,en marge des 33èmes Championnats africains de judo seniors, l’Union africaine de judo a porté, à l’unanimité, le Marocain Boubker Benbada à la tête de l’arbitrage
africain en remplacement
de l’Egyptien Nagi Meleka.
Le nouveau patron de
l’arbitrage africain est un grand expert dans ce domaine et une référence technique en matière de judo puisqu’il a été d’abord champion du Maroc
de judo dans la catégorie
des -60kg en 1977-78
et ancien membre de l’équipe nationale de judo. Puis
président de la commission nationale d’arbitrage
à la Fédération Royale
marocaine de judo
et d’arts martiaux associés
et président de la Ligue
de l’Oriental de judo, Boubker Benbada est arbitre
international de judo en 1989,
et à ce titre, il officie aux Jeux
olympiques de Barcelone en 1992,puis aux championnats du monde en 1995. Il a
d’ailleurs continué à arbitrer aux championnats du monde jusqu’en 2009.  Benbada est également président de
la Commission
d’arbitrage de l’Union arabe
de judo depuis 1999.
Nous avons donc saisi cette
occasion pour avoir cet
entretien avec le nouveau patron de l’arbitrage africain de judo.

Libé :Tout d’abord,nous vous présentons nos félicitations pour la confiance placée en vous par l’Union africaine de judo,ce qui honore le judo marocain et partant le Maroc.Quel est votre sentiment à la suite de ce choix unanime du congrès de l’UAJ ?

Boubker Benbada : Je vous remercie beaucoup. Je suis très touché par la confiance des membres de l’Union  africaine de judo. J’ai eu ce poste à l’unanimité vu mon expérience au niveau africain. J’étais directeur de l’arbitrage, et il y avait un chef,mon frère Nagi Meleka.  C’est un homme correct, sérieux. Il a passé huit ans à la tête de l’arbitrage africain. Aujourd’hui, je le remplace bien sûr,mais on travaille ensemble.Je suis donc maintenant le premier responsable de l’arbitrage africain. J’ai servi l’Afrique et mon pays pendant plusieurs années ; on  a formé plusieurs arbitres marocains et africains.

Alors, justement, comment trouvez-vous l’arbitrage marocain ?

L’arbitrage marocain est l’un des meilleurs au niveau africain et arabe. Il est  toujours présent lors des compétitions internationales au plus haut niveau.

Et au niveau africain,qu’elle évaluation faites-vous de l’arbitrage dans le continent ?

Il y a des pays qui ont des arbitres expérimentés et une longue expérience, et en particulier, les pays qui ont une longue tradition de judo. Par ailleurs, il y a des pays émergents auxquels il faut apporter un soutien. Je pense que dans une dizaine d’années, l’arbitrage africain sera vraiment au top niveau parce qu’il y a, aujourd’hui, un travail de fond qui se fait dans tous les pays. Et puis, il ne faut pas oublier que l’Union africaine de judo a promis de les aider et de les convoquer lors des compétitions. Je pense qu’avec un bon plan de formation,on pourra faire évoluer l’arbitrage africain.Et vu les moyens limités des pays africains,je crois que l’UAJ va faire un grand effort pour aider les arbitres du continent afin qu’ils puissent acquérir de l’expérience et avoir un niveau acceptable pour les compétitions internationales.

Que comptez-vous faire dans ce domaine ?

J’ai un programme ambitieux. On va diviser l’Afrique en zones.J’ai trois arbitres chevronnés à mes côtés : j’ai l’Egyptien Rachwane qui est un grand champion de judo; un Gabonais qui est un très bon technicien, et un bon expert en arbitrage.  Et puis, j’ai aussi un Camerounais. C’est un jeune mais il est bien en arbitrage.On va donc faire un  travail d’équipe pour former de nouveaux arbitres et  recycler nos anciens arbitres pour ne pas avoir de problèmes d’arbitrage lors des compétitions africaines. Comme vous le savez, en sport, et surtout en judo,si l’arbitrage ne va pas, le sport stagne et ne marche pas et il y aura beaucoup d’erreurs, et de réclamations….Donc, on forme bien les arbitres pour que la compétition se déroule dans de très bonnes conditions.

Où situez-vous l’arbitrage africain au niveau mondial?

Au niveau mondial, il y a des arbitres africains expérimentés qui sont connus, qui ont un bon niveau. Ils voyagent partout dans le monde.Ils font les Championnats du monde, les Jeux olympiques, et les grands tournois en Asie, en Europe, et en Amérique latine. Donc, nous n’avons pas de complexes de ce côté-là, mais on veut former bon nombre d’arbitres pour encadrer un maximum de compétitions.
Aujourd’hui, l’arbitrage est plus facile qu’avant. Il y a d’abord le kimono bleu et blanc pour différencier  les combattants, et puis, il y a la vidéo. C’est-à-dire que s’il y a une erreur d’arbitrage, on  peut revoir la séquence vidéo et réparer l’erreur sur le champ. Ici, à Agadir, nous avons parmi nous des experts de la Fédération internationale de judo qui viennent nous soutenir. Et comme vous avez certainement pu le constater, il y a un système qui fonctionne très bien.Tout est bien rodé.

Les Championnats ont débuté  mercredi 4 avril 2012. Comment ça se passe au niveau de l’arbitrage?

Les compétitions ont bien débuté. Il n’y a pas eu de contestation des décisions. Et il n’y a eu aucune réclamation comme vous avez pu le voir. Et j’espère que pour les trois journées qui restent, l’arbitrage sera à la hauteur et qu’on n’aura pas de réclamation.

Le Maroc vient de remporter sa première médaille d’or dans la catégorie des + 100 kg grâce à El Mehdi Malki. Quelle est votre appréciation à ce sujet ?

Nous avons remporté là une grande médaille. Et on est donc très content. Mais je suis quand même un peu déçu de Asmaa Niang (-70kg). J’espérais qu’elle allait avoir sa médaille d’or parce qu’elle a déjà battu la Tunisienne aux Jeux panarabes où elle a remporté la médaille d’or. Malheureusement, ça n’a pas été le cas ici. Peut-être que ce n’était pas son jour. Mais, demain et après demain, il y aura encore des médailles.Je souhaite enfin plein succès à notre équipe nationale et beaucoup de médailles.

PROPOS RECUEILLIS par M’BARK CHBANI
Vendredi 6 Avril 2012

Lu 1053 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs