Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entretien avec BalufuBakupa-Kanyinda, réalisateur congolais




“Le cinéma africain est honorable, il est cousu à la main, c’est de la haute couture”

Entretien avec BalufuBakupa-Kanyinda, réalisateur congolais
Membre du jury de la 14ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga, BalufuBakupa-Kanyinda est aussi scénariste,
producteur et poète.

Libé : Veillez vous présenter au près de nos lecteurs

BalufuBakupa-Kanyinda : Je suis BalufuBakupa-kanyinda, réalisateur congolais. Je travaille à Kinshasa et à Bruxelles, quelques fois aux Etats-Unis. Je suis cinéaste et je produis des films.

Est-ce la première fois que vous venez au Festival  de Khouribga ?

C’est la première fois que je viens à Khouribga et j’ai découvert que l’endroit est merveilleux. Je suis assez triste, ça fait quatre fois qu’on m’invite, mais je n’ai jamais été libre. Moi, j’ai une grande amitié avec Nour-Eddine Sail que je connais depuis  plusieurs années et avec qui j’ai tissé   un lien fort d’amitié et de fraternité. Chaque fois qu’on m’invitait, je n’étais pas  libre, j’avais des engagements ailleurs. Cette année, je me suis libéré pour être ici. Je suis très fier et très honoré de découvrir Khouribga. Je connais le Maroc, je me sens très proche de cette terre marocaine en tant que Congolais. Je suis très content d’être au Festival de Khouribga.

Vous êtes membre du jury de la 14ème édition du FCAK. N’est-ce pas une grande responsabilité?

C’est une très grande responsabilité professionnelle parce que c’est une délégation de pouvoir du milieu professionnel qui doit sélectionner  un certain nombre de personnes  pour leur donner un palmarès. Vous savez qu’un palmarès est subjectif, rien n’est donc parfait sur terre ; mais c’est une lourde responsabilité parce que les camarades, les collègues qui ont  des films en compétition attendent de nous quelque chose. Les cinéphiles   s’attendent également à un palmarès  qui correspond à leurs émotions. Quelquefois aussi entre les membres du jury et le public, il n’y a pas de convergence d’idées. J’espère que les palmarès seront pleins de créativité et de talent.

Comment trouvez-vous le cinéma africain?

Les cinématographies africaines ont encore du chemin à faire. Dans plusieurs pays du continent, il n’y a pas encore d’institutions fortes qui pourront porter l’imaginaire africain sur les écrans. En tout cas, le cinéma africain est un cinéma honorable, c’est un cinéma qui est  presque cousu à la main, c’est de la haute couture, c’est un cinéma rare. Donc, Il faut beaucoup de respect et de reconnaissance parce que nous faisons un travail difficile, dans un environnement  économique et politique difficile où souvent nos politiques ne comprennent pas  la représentation de nos imaginaires. Un pays qui n’a pas de cinéma est comme un ordinateur qui n’a pas de mémoire. Je pense que les cinéastes africains méritent les honneurs et le respect  dans la mesure où  ils font brillamment un travail difficile dans des conditions difficiles.

Etes-vous d’accord avec ceux qui disent que les festivals font survivre le cinéma  africain ?

Non, Je ne suis pas d’accord parce que tous les festivals du monde sont  les héritiers des ciné-clubs et sans ciné-club il n’y a pas de cinéphilie. Donc, les festivals font partie du circuit.
Il n’y a pas  que l’affaire commerciale parce que la relation du cinéaste avec le public lors d’un festival, est une relation privilégiée et on ne peut pas parler de survie. Le  cinéma a besoin d’un public cinéphile et  non d’un public qui est en relation avec  la billetterie. Un public qui vient à la rencontre d’une culture.

Qu’est- ce pour vous un bon film ?

Un bon film, c’est  un film qui me rend heureux.
Un bon film doit traiter  des sujets qui parlent du quotidien  africain ?
Le cinéma, ce n’est pas de la réalité. Le cinéma, c’est une intermédiation entre  la réalité et l’imaginaire. Son rôle est de cultiver la beauté et le bonheur. Il faut que le peuple s’élève au-dessus du quotidien pour être heureux, pour rêver ; il ne faut pas rêver d’être pauvre, rêver d’être heureux, c’est ça le rôle du cinéma.

Les gouvernements doivent s’investir dans le cinéma ou les bidonvilles ?

On doit d’abord investir dans l’être humain, le construire et c’est le vrai investissement.

Etes –vous content des films que vous avez produits ?

On ne peut pas produire des choses si on n’est pas heureux, mais il faut faire des choses sans chercher la perfection car si on la cherche, on s’achemine vers la mort.
Nous sommes sur le chemin de la perfection, donc nous allons vers la mort.

Avez-vous des ambitions, des projets ?

J’ai beaucoup de projets et beaucoup d’ambition. Je suis en train de me battre pour acquérir quatre salles de cinéma à  Kinshasa qui compte dix millions d’habitants et  où il n’y a aucune salle de cinéma. Je cherche des partenaires, des subventions  pour acquérir ces salles.  Dans tout le grand Congo, il n’y a aucun écran. On doit suivre l’exemple du Maroc en termes d’investissement et de production; là on doit rendre hommage à Nour- Eddine Sail. Aujourd’hui,  le Maroc  est un exemple pour l’Afrique et dont nous devons nous inspirer. Quand  vous dites qu’on doit investir dans les bidonvilles ou le cinéma, le gouvernement  marocain a prouvé qu’il peut s’investir dans le cinéma et les bidonvilles, mais le grand investissement c’est la construction de l’être humain.

Propos recueillis par Chouaib Sahnoun
Jeudi 21 Juillet 2011

Lu 1236 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs