Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entrée frauduleuse des matraques électriques au Maroc




Entrée frauduleuse des matraques électriques au Maroc
De plus en plus de Marocains tentent d’importer des torches et des matraques à impulsions électriques, comme le démontrent les dernières saisies effectuées par les agents de la douane et de la police. En effet,  près de 2.000 torches équipées de charges électriques et de 200 matraques électriques dissimulées et importées frauduleusement ont été saisies dernièrement  au port de Casablanca.  Une situation qui risque d’évoluer  surtout que cette nouvelle génération d’armes échappe aux contrôles habituels de production ou d’exportation et qu’elle est facilement transportable. Ceci d’autant plus que le registre des armes conventionnelles de l’Organisation des Nations unies (ONU)  ne les inclue pas. Il en est de même pour de nombreuses législations nationales, dont celle du Maroc.
Mais est-ce que ces gadgets représentent un vrai danger ? « Absolument », tranchent plusieurs experts.  Et pour cause, la source d’importation de ces armes n’est pas fiable. En effet, la mauvaise qualité de ces produits en provenance de Chine risque de provoquer une altération  au niveau opérationnel et l’arme peut provoquer des décharges électriques aléatoires. Ce qui représente un réel danger pour l’utilisateur aussi.
Les experts redoutent également l'utilisation de ce type d'engins dans le cadre des vols avec violence d’autant qu’ils sont  petits, discrets et que la décharge fait très mal et ne laisse aucune trace.
 Destinée à neutraliser des «agresseurs», la matraque électrique est une arme de défense de 6ème  catégorie, qui délivre une forte décharge électrique permettant ainsi de paralyser un attaquant en cas de légitime défense. Normalement utilisée, elle ne laisse pas de traces et ses effets disparaissent au bout de quelques minutes.  Toutefois,  une utilisation de l'électrochoc près de la tête, de la gorge et au cœur, pourrait avoir des effets fâcheux. De même pour les personnes souffrant de problèmes cardiovasculaires ou les toxicomanes qui  seraient, selon les médecins, particulièrement vulnérables comme les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées ou les malades.

Hassan Bentaleb
Samedi 26 Janvier 2013

Lu 1827 fois

Nouveau commentaire :

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Invité | Expresso | En toute Libé | L'info | Spécial Eté









Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma