Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre offuscation légitime et démenti responsable, il faut savoir raison garder

Les relations maroco-françaises à l’épreuve d’une petite tension




Entre offuscation légitime et démenti responsable, il faut savoir raison garder
La visite au Maroc, prévue lundi et mardi, de “l’envoyé spécial du président français pour la planète”, a été reportée sine die. Nicolas Hulot devait tenir, lundi après-midi à Rabat, une conférence à l’Université internationale de Rabat (UIR), sur le thème “La protection de la planète : un enjeu universel”. De source officielle, ce report intervient à la demande de Rabat. Pour sa part et selon l’UIR, Nicolas Hulot qui devait également rencontrer plusieurs responsables marocains, aurait évoqué des questions “d’agenda” pour justifier cette annulation. Faut-il y voir là quelque rapport de cause à effet, suite aux derniers incidents ayant quelque peu entachées les relations franco-marocaines ?
Cet autre rebondissement qui intervient dans un contexte de tension diplomatique entre les deux pays, n’est, en fait, que la juste continuité d’une situation tendue qui a pris forme jeudi dernier et qui depuis s’en est allée de concert en un crescendo des plus absurdes.
Crispées par l’affaire grave et provocatrice de jeudi, quand la police française s’est emmêlé les menottes entre diplomatie et judiciaire puis, atténuées quelque peu, le temps d’un week-end, quand le Quai d’Orsay la rattrapa à demi-mot en la qualifiant « d’incident regrettable», voilà que les relations diplomatiques franco-marocaines en prennent une fois de plus un sérieux coup, suite à un nouvel épisode pour le moins singulier. 
En effet, cette fois-ci ce n’est pas Mbarka Bouaida, ministre déléguée aux Affaires étrangères et à la Coopération qui est montée au créneau, criant haro sur des « procédures peu cavalières et contraires aux usages diplomatiques utilisés», mais bel et bien le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi qui a pris les devants. Le représentant de l’Exécutif dénonce, un peu dépassé par le temps, mais haut et fort tout de même, les propos que l'acteur espagnol, Javier Bardem, a prêtés jeudi à l'ambassadeur français aux Etats-Unis dans l’émission du « Grand Journal » d’Antoine De Caunes sur Canal Plus. François Delattre, le diplomate français désigné par Bardem un fervent pro-Polisario comme auteur de propos pour le moins injurieux et blessants, qui auraient qualifié le Maroc d'une "maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre". Mustapha El Khalfi qualifie ces propos " de mots blessants" et "d’expressions humiliantes" et d'autant plus "scandaleux et inadmissibles" que le Maroc "ne cesse d'œuvrer pour le renforcement des relations bilatérales". Le Quai d'Orsay a aussitôt catégoriquement démenti mais le porte-parole du gouvernement marocain a avancé que le Maroc "demeure persuadé que la France saura réparer le mal causé ", que les propos "aient été fallacieusement attribués" au diplomate "ou effectivement prononcés" et que François Delattre n’a encore, ni démentis ni confirmés. 

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 25 Février 2014

Lu 1573 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs