Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre gestion centralisée des ressources énergétiques d’Essaouira et attentes locales

Les prospections pétrolières au niveau de la commune rurale de Mejji relancent le débat




Entre gestion centralisée des ressources énergétiques d’Essaouira et attentes locales
Les prospections pétrolières  entreprises par une firme internationale spécialisée au niveau de la commune rurale de Mejji dans les chiadma a relancé le débat sur l’avenir  de la région. Les habitants et le conseil élu espèrent tirer profit des gisements de gaz naturel dont regorge leur commune.
La commune de Mejji gérée par l’USFP s’étend sur 120 km et compte 7026 habitants. Ses modestes activités économiques se limitent à l’agriculture et quelques commerces. Les aspirations des citoyens deviennent légitimes et justifiées, car elles reflètent un attachement et une  appropriation du territoire  dans sa représentation géographique, sociale, culturelle et économique.
Malheureusement, ces attentes butent contre la gestion centralisée des ressources énergétiques du Royaume, et une étroite interprétation du concept de «  l’intérêt public ». Sans oublier le malheureux exemple de la commune rurale de Meskala qui n’a tiré aucun profit de ses gisements de gaz exploités depuis quelques décennies.
Au contraire, l’Etat a exproprié les  paysans en leur accordant des compensations dérisoires avant d’entamer des travaux de forage et d’exploitation. «Nous n’avons tiré aucun profit des ressources énergétiques de notre commune. Ce fut une grande déception pour nos parents dont bon nombre d’entre eux ont perdu leurs terrains contre des indemnités on ne peut plus misérables. Les infrastructures et services de base n’ont connu aucune amélioration et la situation économique et sociale des habitants n’a cessé de se dégrader», a déclaré à «Libé » un citoyen originaire de Douar Agdal. 
Le dossier du parc éolien installé dans la région de Cap Sim remet en question ce genre de projets déclinant des stratégies nationales sans pour autant inclure les spécificités, les attentes et les problèmes du contexte local. Certes ce projet est d’une importance vitale pour l’avenir énergétique du Royaume qui a misé sur les énergies propres et renouvelables, mais il avait des effets écologiques, économiques et sociaux négatifs sans omettre les nuisances sonores, scientifiquement confirmées, des aérogénérateurs.    "Rien ne va plus… depuis la mise en place des éoliennes. Le prix des lots est passé de 300 à 20 DH le mètre carré, personne ne veut plus acheter des terrains dans la région devenue désertique après  la destruction massive du couvert végétal à l'issue des travaux d'aménagement du site. Les investisseurs et acquéreurs  étranges ont boudé 
l'offre en terrains de notre région à cause des effets néfastes du bruit et infrasons produits par les éoliennes", avait déclaré un habitant de Sidi Ouassen lors d’un reportage réalisé en 2009. 
La situation de Sidi Ouassen est malheureuse et paradoxale : la région abrite un projet d’une grande importance économique tout en continuant à traîner les effets d’enclavement et d’exclusion! La zone a été abusivement affectée à la municipalité d’Essaouira à l’issue d’un découpage électoral sur la base de calculs politiques et sécuritaires, mais  ce village avoisinant le littoral  manque presque de tout. 
« Il n’est plus tolérable de sacrifier un territoire recelant une histoire, une culture, une vie sociale et un écosystème à cause d’une interprétation étriquée du concept de «  l’intérêt public ». Certes, la politique énergétique est vitale pour l’ensemble du Royaume, mais il faut penser localement et prioriser les attentes des habitants dont les doléances se résument au droit à une vie digne», commente un acteur associatif à Essaouira.

Abdelali Khallad
Lundi 23 Décembre 2013

Lu 945 fois


1.Posté par bedji le 23/12/2013 18:17
c'est une question de bonne intelligence de toutes les parties en commençant par la partie qui a le pouvoir, c'est à dire l'Etat marocain. Il est clair qu'il faut justement arbitrer dans un tel cas entre l'intérêt national car c'est une ressource nationale à partager et l'intérêt local qui doit profiter aux populations locales.
Il serait profondément injuste de voir une population locale vivre la misère alors que son territoire apporterait une certaine richesse au Maroc;

2.Posté par Job le 24/12/2013 10:01 (depuis mobile)
En attendant l energie la. Nuit derniere panne generales d electrocute pendant 3 heures!!!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs