Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre festivals et manifestations




Lors de la Journée du cinéma national, le ministre de la Communication a mis l’accent sur l’importance des manifestations cinématographiques dans la politique générale du ministère qui prône la confortation  des grands festivals et l’encouragement  des moyens et  petits festivals dispersés à travers le territoire national. Une mission qui s’avère plus que jamais nécessaire devant la disparition des salles de cinéma, même dans  d’importantes villes moyennes, réputées pour leur public  cinéphile. Les festivals sont devenus, pour une large population, l’unique lien avec le spectacle cinématographique, dans le sens plein du terme. Le directeur du CCM a renchéri sur le sujet et émis des remarques pertinentes. Notamment sur le bien-fondé  du classement de certains festivals, par les organisateurs de ceux-ci eux-mêmes, dans la hiérarchie des catégories.
Il est vrai qu’il existe des paradoxes auxquels on doit mettre fin. Il y a de  grands  festivals, gérés par des cinéphiles avertis,  avec des  créneaux originaux, une  organisation et une programmation  répondant aux normes internationales, un  impact et un  rayonnement remarquables,  dus à une communication de haut niveau et à la présence de personnalités de premier plan et avec un public qui fait salle comble pendant les  projections et les  débats et conférences. Ces festivals   reçoivent une subvention modeste, cinq ou six fois moins que  des manifestations carnavalesques, reposant sur des lauriers du passé, organisés et gérés,  dans la gabegie, et qui en dehors des spectacles d’ouverture ou de clôture,  arrivent difficilement à respecter  les promesses et les cahiers des charges et à attirer le public.   Certains vont s’écrier : mais quel est le rôle de la commission de soutien?  La situation est plus complexe qu’il n’y parait, puisque le travail de la commission est régi par un texte de loi, et qu’il faut du temps pour procéder à une révision de celui-ci. Il aurait fallu que la commission soit à même d’évaluer les festivals sur le terrain et en pleine connaissance de cause, ce qui n’est pas simble puisqu’il n’y a pas de ligne de crédit qui lui assure le déplacement. C’est comme si on demandait à un examinateur  d’évaluer le travail d’un candidat  sur des rapports de tiers, des impressions et  des rumeurs. Ce qui n’est pas le meilleur moyen  de prendre des décisions, «en âme et conscience». Plus gênante encore est la position des membres qui sont hébergés et nourris  aux frais des festivals qu’ils sont censés évaluer!
En fait, cet aspect  n’est qu’un exemple  qui montre l’inadéquation du texte avec le contexte et les objectifs. Ainsi,  la clause instituant les prix par catégorie a été à l’origine de bien des crises. Des festivals ont bénéficié  d’augmentations de subventions qui ont été de véritables punitions puisqu’elles ont entraîné l’obligation de donner des prix qui ont occasionné des déficits difficilement récupérables. Certains festivals ont, par contre,  octroyé en prix  des sommes faramineuses pouvant couvrir plusieurs festivals moyens. Faut-il vraiment donner de l’argent, beaucoup d’argent  en prix pour être un grand festival? Est-ce le meilleur moyen de se faire un nom? Les plus grands festivals du monde ne donnent que des trophées.   Bien des articles  du texte organisant le travail de la commission devraient être revus, pour adapter celui-ci au contexte et aux objectifs assignés au soutien. Certains devraient être ajoutés pour permettre à la commission de réguler et rationaliser le secteur.
Elle devrait pouvoir avoir son mot à dire sur la carte des festivals, souvent pléthoriques dans certaines régions au détriment d’autres,  sur le calendrier général comme c’est le cas en Egypte avec le service des festivals et même intervenir sur les contenus, qui se chevauchent inutilement, certains festivals voulant tout faire à la fois.
Ne faut-il pas enfin  lever cette ambigüité qui donne lieu à bien des joutes linguistiques inutiles : celle de la  non pertinence de la distinction entre «festival» et «manifestation cinématographique», qui fonde l’octroi de la subvention. Un festival n’est-il pas une manifestation cinématographique? Peut-on refuser à une manifestation cinématographique de se considérer comme un festival? C’est un déni  à l’étymologie du terme qui vient de «fête» et qui qualifie toute rencontre festive! De grands festivals, anciens et prestigieux s’appellent comme ils veulent, même «journées», comme celui de Carthage!

Par Ahmed Fertat
Samedi 31 Octobre 2015

Lu 458 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs