Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre compromis et fuite en avant : Bachar al-Assad s’appuie sur une jeune garde jusqu’au-boutiste




Entre compromis et fuite en avant : Bachar al-Assad s’appuie sur une jeune garde jusqu’au-boutiste
Les récentes critiques du vice-président syrien Farouk al-Chareh contre l’approche du chef de l’Etat face à la rébellion ont révélé les dissensions au sommet entre les partisans d’un compromis et la «jeune garde» de Bachar al-Assad partisane d’une guerre sans concession.
«Le pouvoir est de plus en plus concentré entre les mains d’une poignée de personnes du clan Assad, un clan de plus en plus autiste et qui semble avoir choisi la fuite en avant», a expliqué à l’AFP Karim Bitar, directeur de recherches à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris.
Selon un analyste ayant souhaité ne pas être identifié, ce clan compte des alaouites (minorité à laquelle appartient le président Assad), mais aussi des sunnites et des druzes.
Il relève ainsi le rôle du colonel Maher al-Assad (44 ans), frère du président et chef de la 4ème division du 1er corps d’armée en charge de Damas, de l’épouse du président Asma, de ses oncle et cousins Mohammad Makhlouf (80 ans) et Rami Makhlouf (43 ans) —deux hommes d’affaires à la réputation sulfureuse— et Hafez Makhlouf (41 ans), un chef de la sécurité à Damas. Tous sont alaouites, sauf Asma, de confession sunnite.
Deux druzes font également partie de ce cercle, Mansour Azzam (52 ans), ministre des Affaires présidentielles, et Louna al-Chibl, ancienne journaliste d’Al-Jazeera.
Il faut aussi inclure le général Houssam Soukkar (alaouite), conseiller présidentiel pour la sécurité, ainsi que deux vétérans sunnites des renseignements, le général Ali Mamlouk (66 ans), directeur de la Sécurité nationale, et le général Rustom Ghazalé (59 ans), chef de la sécurité politique.
«C’est ce groupe qui prend les décisions et Bachar, le maître-d’oeuvre, n’écoute que ces personnes qui lui doivent, pour la plupart et en grande partie, leur ascension», affirme le même spécialiste.
Pour M. Bitar, «de l’autre côté, on trouve les hauts fonctionnaires, l’appareil d’Etat, une partie de l’état-major militaire, et ils se rendent compte, comme l’a dit M. Chareh, que ni les rebelles ni le régime ne pourront totalement l’emporter. Ils souhaitent donc une solution négociée, qui leur évitera d’être tous balayés en cas de chute d’Assad». Dans un entretien accordé il y a dix jours à Damas au quotidien libanais pro-syrien Al-Akhbar, le vice-président Chareh, un sunnite qui fut ministre des Affaires étrangères pendant 22 ans, affirme que M. Assad «ne cache pas sa volonté» de parvenir à la victoire par les moyens militaires.
«Assad détient tous les pouvoirs», souligne M. Chareh faisant état cependant de l’existence «d’opinions différentes au sein du commandement».
Selon les experts, dans le camp de Farouk al-Chareh figurent notamment la conseillère du président Bouthaïna Chaabane (59 ans, alaouite), ex-ministre qui fut très proche de l’ex-président et père de Bachar, Hafez al-Assad, et Najah al-Attar (79 ans, sunnite), ex-ministre et vice-présidente.
«Il semble que ce groupe soit totalement écarté de la prise de décision car il estime que la guerre doit se terminer sans vainqueur ni vaincu. Les autres les traitent de timorés», a confié à l’AFP un ancien ministre qui a rompu avec le régime au début de la révolte en mars 2011.
«M. Chareh n’est pas dans le cercle décisionnel et communique de temps à autre avec le président», confirme le journaliste d’Al-Akhbar qui a mené l’entretien.
Le ministre de l’Information, Omrane al-Zohbi, a minimisé dimanche les propos de M. Chareh, estimant qu’il s’agissait «d’une opinion parmi les 23 millions d’opinions en Syrie».
Même parmi les alaouites, les divergences se font jour alors que des jeunes de cette communauté tombent quotidiennement au front.
Ainsi, le général Ali Haïdar —fondateur et chef des Forces spéciales écarté en 1994 pour avoir critiqué la succession dynastique voulue par Hafez al-Assad—, s’interroge dans un texte circulant sur internet: «S’il y avait un but précis (à la guerre) je n’aurais pas fait ces commentaires, mais pourquoi voulez-vous que nos jeunes hommes meurent?».

AFP
Jeudi 27 Décembre 2012

Lu 432 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs