Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre autres atouts du chef de gouvernement : charisme et compétence




En optant pour un changement de dénomination de Premier ministre à Chef du gouvernement, les auteurs de la nouvelle Constitution ont  voulu marquer  un changement de stature de la fonction. 
Traité par les Constitutions précédentes plutôt comme «le premier des ministres», le futur Chef de gouvernement voit dans la nouvelle Constitution sa légitimité et son rôle renforcés.
Choisi au sein du parti arrivé premier aux élections législatives, il est chargé de nouvelles prérogatives qui devraient  lui permettre  d’appliquer son programme de gouvernement.
Pour être en phase avec le temps présent, le candidat au poste de Chef de gouvernement  sous l’égide de la nouvelle Constitution  doit réunir en sa personne un certain nombre de qualités.
 Commençons par les qualités personnelles.
 En  sus de cette qualité première que constitue la légitimité élective,  trois autres  nous semblent essentielles : le charisme, la vision et la compétence.
Les Marocains, peuple de guerriers et de commerçants, aiment ceux qui ont des aptitudes naturelles à commander et à communiquer, ceux qui ont du charisme.
La vision est devenue  dans un monde global aux mutations rapides une qualité essentielle qui permet d’anticiper pour mieux maintenir le cap et partager le rêve.
La compétence permet de traduire les ambitions en réalités, c’est un alliage entre la science et la politique.
Le candidat  se trouve  aujourd’hui face à  un Maroc  avec  son histoire et ses ambitions.
Le Maroc est une vieille Nation qui a eu ses moments de gloire et réalisé de hauts faits d’armes.
 Une nation qui a eu ses géographes et ses voyageurs, son université et ses commerçants, bref une nation pour paraphraser un célèbre lettré  qui a son « génie ».
 Une nation soucieuse de son indépendance, ayant eu fort à faire avec un voisinage revanchard  au Nord et à l’Est  qui a tout fait, depuis le XVIème siècle,  pour réduire ses  horizons.
Avec  ses 32 millions d’habitants et sa diaspora de 4 millions, le Maroc a beaucoup d’ambitions et quelques atouts. Trop d’ambitions et peu d’atouts, vous diront quelques esprits chagrins. Toujours est-il que le sentiment qui se dégage de la phase actuelle est la présence d’énormes attentes de la part de la société  par rapport aux moyens existants et l’absence de réponses convaincantes de la part de ses hommes politiques.
Il appartient au futur Chef de gouvernement de fournir  ces réponses.
L’erreur à ne pas commettre est de considérer que les attentes se réduisent à une amélioration du niveau de vie uniquement, bien que cela soit très important. Il faut présenter un projet complet sur ce que sera le Maroc de demain, avec ses valeurs, son positionnement international, ses ambitions économiques, sociales et culturelles. La démarche doit transcender les promesses électorales classiques pour présenter  aux Marocains une approche  complète explicitant où sera le Maroc dans les cinq ans à venir et au-delà  et comment il avancera.
L’exemple qui nous vient à l’esprit, avec les précautions d’usage, est celui de Mohamad  Mahathir de Malaisie qui en une décade, a fait passer son pays de l’ère des rizières à celui des semi-conducteurs. Tout en tenant compte des spécificités de chaque société, notamment le niveau de formation et la discipline des Malaisiens, voilà un pays majoritairement  musulman qui, en s’accordant sur certaines valeurs et  une feuille de route, a accompli de belles choses.
Au  Maroc les retards et les dysfonctionnements sont importants et identifiés. Le travail accompli en termes de diagnostic par les diverses instances nationales et internationales suffit largement à un homme politique qui le souhaite pour tracer une feuille de route.
D’aucuns diront, pour accomplir cette mission, pourquoi ne pas faire appel à un gestionnaire en évitant de s’encombrer d’un politique avec ses travers ?
La lecture que nous faisons de la nouvelle Constitution et de la phase historique dans laquelle elle a été adoptée laisse croire que les conditions sont mûres pour la mise en avant de nouveaux profils d’hommes et de femmes politiques qui ont les qualités énumérées ci-dessus en ajoutant la capacité d’emporter l’adhésion sur des valeurs et un projet commun.
Un philosophe allemand disait que les peuples  ne se posent que les questions auxquelles ils ont une réponse. Nous espérons qu’il ne s’est pas trompé.

ADNAN DEBBARH
Mercredi 3 Août 2011

Lu 244 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs