Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre accusations d’opacité et souci d’efficacité : Polémique autour d’une commission initiée par le ministre de la Culture




La commission chargée de l'élaboration du projet de loi organique relative au Conseil national des langues et de la culture marocaine entame ses travaux sous les feux des critiques. Plusieurs voix se sont élevées pour mettre en cause l’opacité et le secret qui ont entouré sa création et sa composition. A titre d’illustration, elles rappellent qu’aucun communiqué officiel n’a été publié sur l’identité des membres de cette commission et les critères qui ont présidé à leur sélection. 
Certaines associations amazighes ont également reproché au ministère de la Culture, chargé de superviser l'élaboration dudit projet de loi organique, d’avoir adopté une méthodologie d’exclusion. «C’est la première fois  au Maroc où la création d’une commission ne donne pas lieu à la publication d’informations relatives à sa composition et  aux critères de sélection de ses membres alors qu’il s’agit d’une commission importante et stratégique », a souligné Rachid El Hahi, secrétaire général de la Coordination nationale amazighe.
Des critiques qui ont été acceptées comme élément de débat par Driss Khrouz, directeur de la Bibliothèque nationale du Royaume et président de cette commission. « Cette dernière  vient d’être instituée et d’entamer à peine ses travaux. Elle est sur le point de mettre en place sa méthodologie de travail. Il s’agit d’une commission restreinte dont la mission est limitée dans le temps et qui consiste à préparer  le projet de loi  organique. Il est vrai qu’elle n’englobe pas toutes les potentialités de la société marocaine, mais elle respecte bel et bien au niveau de sa composition l’ensemble des représentations associatives et institutionnelles œuvrant  dans le domaine des langues et de la culture nationales», nous a-t-il précisé. Et de poursuivre : « Les membres de la commission ont été sélectionnés en se basant sur des critères objectifs et transparents, sans exclure aucune partie. La commission  regroupe désormais des potentialités linguistiques arabophones, amazighophones, francophones, anglophones ainsi que des associations linguistiques et des institutions telles que  l’IRCAM, l’Institut de l’arabisation,   le CNDH, le Conseil supérieur de l’enseignement, la Rabita Mohammadia des oulémas et nombre d’experts en linguistique et en droit constitutionnel ainsi que des experts dans les domaines de la culture et des médias. L’esprit qui anime la commission va au-delà des conflits éventuels entre les langues ou des prises de position. En réalité, c’est un comité de travail chargé de présenter des propositions sur la loi organique relative au Conseil des langues et de la culture marocaine ».  
Mais, pourquoi aucun communiqué n’a été diffusé à propos de la composition de cette commission ? Driss Khrouz affirme  qu’il y a bel et bien eu un communiqué du département de la Culture qui n’a toutefois pas cité les noms des membres qui la composent. « La commission préfère travailler dans la discrétion et la responsabilité pour plus d’efficacité.  Cela ne signifie aucunement qu’on est face à une commission secrète ou occulte. Notre travail se fait dans la transparence la plus totale. Et chaque fois qu’on aura du nouveau, on le communiquera sans hésitation », précise-t-il. 
Pour rassurer les esprits sceptiques et mettre fin aux différentes  critiques, le président de ladite commission a indiqué que les personnes non représentées au sein de celle-ci, auront l’occasion de donner leurs avis lors des débats du dialogue national. « Tout le monde pourra proposer, débattre et discuter nos propositions de loi organique. Mieux, le texte en question  sera soumis, au cours de son  élaboration,  aux différentes  associations et acteurs pour de larges discussions». Et d’affirmer : « Notre tâche consiste à préparer des propositions pour tous ceux qu’on ne peut réunir en même temps et au même lieu».
Il estime, en outre, que cette commission est régie par le contenu et l’esprit de la Constitution notamment son article V et le dernier discours Royal  prononcé lors de  l’ouverture de la nouvelle législature. A ce sujet, il a réitéré le fait que le Conseil s’emploiera  à participer au développement et à l’épanouissement  des langues officielles, des expressions linguistiques et de la culture marocaine   dans l’harmonie et la complémentarité, sans tomber dans la discrimination ou l’opposition : « Comme tous les citoyens marocains, les membres de la commission sont porteurs de l’exigence de développement et de l’éclosion,  à la fois de la langue arabe, de la langue amazighe et des autres expressions linguistiques marocaines », a conclu le président de la commission.
A noter que le Conseil national des langues sera, conformément aux dispositions de l'article V de la Constitution, « chargé notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe, et des diverses expressions culturelles marocaines, qui constituent un patrimoine authentique et une source d'inspiration. Il regroupe l'ensemble des institutions concernées par ces domaines. Une loi organique en détermine les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement ».

Hassan Bentaleb
Vendredi 20 Novembre 2015

Lu 942 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs