Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entame en fanfare de Di Maria




Un contrôle, deux contrôles, une frappe en lucarne: il n'a fallu que quatre minutes à Angel Di Maria pour éclabousser le Parc des Princes de sa classe balle au pied, mardi contre Malmö, et accessoirement offrir au Paris SG ses premiers points (2-0).
Recruté pour permettre à Paris de progresser en Ligue des champions, l'Argentin arrivé cet été de Manchester United en France - moyennant 63 millions d'euros - n'a pas eu besoin de round d'observations pour peser sur le jeu parisien.
Buteur, donc, il a aussi beaucoup proposé sur son côté droit, dézoné dans l'axe ou à gauche, délivré corners, passes ajustées et même quelques ballons de buts pour Ibrahimovic (20), David Luiz (67) ou Cavani (46). Celui-ci n'était alors pas sur son bon pied, mais a eu l'occasion de se rattraper un quart d'heure plus tard, de la tête (61, 2-0).
Di Maria aurait aussi pu doubler la mise de loin (33, 80) ou d'un tir enroulé du pied gauche (52), sur un ballon gratté par 'Ibra'.
Il faut dire que l'Argentin a eu l'espace pour s'exprimer. Il a profité sur son côté des espaces laissés par le Péruvien Yoshimar Yotún, davantage mobilisé sur les tâches offensives et pas très prompt au replacement défensif.
Malmö s'était présenté au Parc avec une défense à trois, avec Rasmus Bengtsson chargé de suivre comme son ombre son compatriote Zlatan Ibrahimovic. Mais ce traitement personnalisé a eu l'inconvénient de libérer des espaces, sur le côté droit comme devant la défense. Et Di Maria a exploité les deux.
Joueur de classe mondiale   
Il n'a mis qu'une vingtaine de secondes après le coup d'envoi pour partir dans le dos de la défense suédoise, mais son centre de l'extérieur du pied gauche fut contré. De bon augure, quatre jours après une première titularisation entachée de pas mal de déchets (33 ballons perdus notamment), en Ligue 1 contre Bordeaux (2-2).
Et, lancé par Verratti trois minutes plus tard, Di Maria se montrait à la hauteur de son statut de joueur de classe mondiale: deux contrôles de l'extérieur du pied, une frappe enroulée de l'intérieur, et un but lucarne opposée pour le premier but de la saison de Ligue des champions, et son premier sous les couleurs parisiennes.
Deuxième recrue la plus onéreuse de l'histoire du Paris SG, derrière l'Uruguayen Edinson Cavani, Di Maria, remplacé à la 83e minute par son compatriote et ami Ezequiel Lavezzi, n'a sans doute pas encore démontré s'il valait les sommes investies sur lui cet été par le PSG.
Il lui faudra encore quelques entraînements et quelques matches pour retrouver le rythme et se fondre dans le collectif parisien. Et quelques actions décisives dans les matches couperets, face à des oppositions plus relevées que Malmö, pour confirmer que sa saison ratée à Manchester United n'était qu'un accident. Mais quelles promesses entrevues mardi!

Jeudi 17 Septembre 2015

Lu 141 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs