Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Enrichissement d’uranium dans le nouveau site de Fordo : Pour l’Iran, les réactions occidentales ont des motifs politiques




Enrichissement d’uranium dans le nouveau site de Fordo : Pour l’Iran, les réactions occidentales ont des motifs politiques
L’Iran a rejeté mardi les critiques des Etats-Unis et de pays européens ayant qualifié de provocation l’annonce de l’enrichissement d’uranium dans le nouveau site de Fordo, estimant que leurs motivations étaient politiques. «Toutes les activités nucléaires de l’Iran, notamment l’enrichissement d’uranium à Natanz et Fordo, sont sous la surveillance des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et les caméras de l’Agence surveillent 24 heures sur 24 ces activités», a déclaré Ali Asghar Soltanieh, représentant de l’Iran auprès de l’AIEA, cité mardi par l’agence Isna. «Les réactions (des Occidentaux, ndlr) sont exagérées et ont des motivations politiques», a-t-il ajouté affirmant que ces activités étaient purement pacifiques.
L’AIEA a confirmé lundi que l’Iran avait commencé la production d’uranium enrichi à 20% sur son site de Fordo, situé à 150 km au sud-ouest de Téhéran, non loin de la ville religieuse de Qom. Il est enfoui sous une montagne et difficile à attaquer militairement. L’Agence internationale a précisé que «tout le matériel nucléaire dans l’installation reste sous la surveillance de l’agence», selon un bref communiqué. Le Site de Fordo peut contenir jusqu’à 3.000 centrifugeuses. L’Iran possède déjà 8.000 centrifugeuses sur le site de Natanz, situé dans le centre du pays.
Les Etats-Unis ont dénoncé lundi «une nouvelle escalade dans la violation des obligations en matière de nucléaire» de l’Iran. Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle a parlé d’un «pas supplémentaire dans l’escalade». De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague s’est dit «extrêmement déçu» par la décision de Téhéran, alors que la France a évoqué «une violation supplémentaire et particulièrement grave par l’Iran du droit international».
L’existence «des installations d’enrichissement de Fordo a été annoncée il y a deux ans à l’AIEA qui a surveillé depuis toutes les étapes notamment l’installation de centrifugeuses» dans le site, a déclaré M. Soltanieh. Il a ajouté que «l’uranium enrichi à 20% est destiné à la production du combustible pour le réacteur de Téhéran qui sert à produire des radio-isotopes». «Par conséquent, les activités du réacteur de Téhéran et la fourniture du combustible pour ce réacteur ont un objectif pacifique et humanitaire», a-t-il précisé. Le réacteur de 5 mégawatts de Téhéran produit des radio-isotopes utilisés contre le cancer.
Après l’échec des négociations avec les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) sur la fourniture du combustible pour ce réacteur, l’Iran s’est lancé dans un programme pour enrichir l’uranium à 20% et produire lui-même ce combustible. L’uranium enrichi à moins de 20% est utilisé uniquement à des fins civiles mais si l’enrichissement est poussé à plus de 90%, il peut servir à fabriquer l’arme atomique.
L’enrichissement d’uranium est au coeur du conflit opposant depuis plusieurs années l’Iran à la communauté internationale, qui craint que le programme nucléaire iranien n’ait des objectifs militaires en dépit des dénégations répétées de Téhéran. Le Conseil de sécurité de l’ONU a déjà voté six résolutions, dont quatre assorties de sanctions, pour contraindre les Iraniens à suspendre l’enrichissement. Contrairement aux pays occidentaux, la Russie et la Chine s’opposent à de nouvelles sanctions et pressions contre Téhéran.
Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a affirmé dimanche que l’Iran n’était pas en train de «développer une arme atomique». L’Iran s’est déclaré prêt à reprendre les négociations nucléaires avec les puissances du groupe 5+1. Mais la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, a déclaré qu’elle attendait toujours une lettre écrite de la République islamique.

Libé
Mercredi 11 Janvier 2012

Lu 675 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs