Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Enlèvements en série dans la zone sahélo-saharienne : La sécurité régionale mise en danger




L'enlèvement de trois ressortissants européens, dimanche à Tindouf, en Algérie, attise à nouveau les craintes face à la montée de la menace sécuritaire dans la zone sahélo-saharienne où s'activent des bandes composées notamment de membres du Polisario en liaison avec la nébuleuse Al-Qaïda.
Le dernier acte d'ampleur date du début de ce mois d'octobre. Il a été mis au grand jour par les services de douane maliens qui ont mis la main sur un groupe armé du Polisario en liaison avec Aqmi, s'activant dans la bande sahélo-saharienne où, depuis des bases dans le nord du Mali, il commet des enlèvements, des attentats et divers trafics.
Selon un responsable de la douane malienne, une dernière filière du Polisario composée de Maliens, de Nigériens et d'Algériens est actuellement en pleine réorganisation. Elle est en train de se spécialiser dans la location de véhicules de transport, l'acheminement et surtout le dédouanement privé des convois de drogue.
Cette filière diversifie également ses activités en se livrant au trafic de cigarettes de contrebande et au transport de candidats fortunés à l'émigration clandestine en Europe, a-t-il ajouté, mettant en garde contre le risque pour le Sahel de ne plus appartenir aux Etats, «mais aux trafiquants et à Al-Qaïda».
Ces bandes armées comptent également à leur actif le kidnapping, au début de l'année, d'une touriste italienne dans le sud algérien, et de deux Français, à Niamey, actes qui ont été revendiqués par AQMI.
Ce groupe terroriste avait déjà revendiqué, ces dernières années, le rapt de dizaines de personnes de différentes nationalités au Mali, au Niger et dans le sud algérien. Les victimes sont le plus souvent des touristes, des acteurs humanitaires ou des journalistes.
Par l'enlèvement dimanche des deux ressortissants espagnols et d'une italienne, les mercenaires du Polisario alourdissent leur dossier à charge, fait de séquestrations, de tortures, de déportation d'enfants à Cuba, de détournement d'aides humanitaires et de violations des droits de l'Homme.
Le journal «El Pais» relève que cet enlèvement commis «dans la zone la plus militarisée de l'Algérie» requiert «de grandes complicités locales», estimant qu'il est probable que «la majorité des membres du groupe qui a commis l'enlèvement soient des Sahraouis devenus des extrémistes islamistes qui ne se sont pas fait remarquer».
De l'avis des observateurs, les pays riverains de la bande sahélo-saharienne se voient de plus en plus courir le risque de servir de base-arrière pour le jihadisme transfrontalier de tout acabit, alors que d'autres, comme le Mali et la Mauritanie se trouvent quasiment impuissants face à la menace terroriste.
Dans ce contexte, des voix s'élèvent pour préconiser le règlement du différend artificiel autour du Sahara, dont la persistance laisse le champ libre à la prolifération des activités terroristes dans la vaste zone désertique du Sahel.
Le règlement de ce conflit régional, vieux de plus de 30 ans, favorisera assurément «l'action commune de lutte contre la menace terroriste et un environnement propice à la coopération sécuritaire et économique», a souligné le Centre international des études sur le terrorisme, basé à Washington.
Dans un rapport sur «la menace grandissante du terrorisme en Afrique du Nord et dans la région du Sahel», le centre, qui relève de l'Institut de recherche américain Potomac, estime nécessaire de promouvoir la stabilité et la coopération économique dans la région, afin de désamorcer une situation propice à la prolifération des activités terroristes.

MAP
Mardi 25 Octobre 2011

Lu 626 fois


1.Posté par louisa le 25/10/2011 19:30
L'enlèvement de deux ressortissants espagnoles et d'une italienne en plein Tindouf à de quoi surprendre les novices comme les spécialistes de l'Algérie qui n'ignorent pas qu'il s'agit de la partie du territoire la plus surveillée de ce pays eu égard au conflit larvée sur la question du Sahara Occidentale.
L'enlèvement a été rapidement attribué par la milice du Polisario aux terroristes d'al quaeda qui auraient fait plus de 700km à partir du Mali voisin et qui serait aussitôt repartis à bord de 4X4.

Le seul souci dans cette obscure affaire et que l’enlèvement s'est produit au beau milieu des camps de réfugiés gérés par la milice marxiste du Polisario, une milice sur-équipée et sur-entrainée par l'armée algérienne qui s'est laissée déconfire par une bande pillards faiblement armés. Au fond, c'est comme si l'enlèvement c'était produit, toute proportion gardée, devant le Quai d'Orsay à Paris.

Autre incongruité, cet enlèvement c'est produit à Tindouf en Algérie en plein milieu d'une zone ultra-sensible à proximité de la frontière marocaine ou l'armée algérienne a massé ce qu'elle a de meilleur en matériel militaire et d'élitiste sur le plan des troupes. Un peu comme si des narcos mexicains venaient kidnapper des ressortissants étranger à côté de la base aérienne du Névada.

Alors 3 hypothèses sont à envisager:

-Soit, le Polisario à des connexions avec des membres d'al quaida et s'est moqué de l'Algérie ce qui serait un revers terrible pour Alger qui à toujours soutenu la milice.

-soit cet enlèvement et le rapt de trop pour les services barbouzards algérien (le funeste DRS) qui visent à mettre en avant le risque d'al quaida au Sahel pour mieux apparaître comme étant indispensable au bon fonctionnement des intérêts des occidentaux dans cette partie du monde.

Dans ce cas, les services spéciaux algériens sont derrière les fantômes d'al quaida au Maghreb et de leurs méfaits.

-Soit ce triste évènement met en relief le fait que la fameuse armée nationale populaire est un tigre en papier et dans cette hypothèse Alger serait disqualifié à gérer seul le terrorisme et devra admettre une bonne fois pour toute que le maroc et/ou les occidentaux doivent être intéressés à la lutte.

La révolution Libyenne et l'intervention de l'OTAN met déjà les occidentaux au coeur de la question sans compter les aides officieuses apportées par américains, français et britanniques au Mali, Niger et Mauritanie dans la lutte contre al quaida.

On comprendra alors aisément qu'Alger n'est pas encore officiellement pris position dans cette affaire car dans un cas comme dans l'autre, l'Algérie serait ou clouée au pilori et ou ridiculisée.

De son côté, le Royaume Chérifien n'a pas manqué de mettre en avant le fait que l’Algérie est responsable e ce qui ce passe sur son territoire.

Les jours à venir risquent d'être tendus entre l'Algérie et Le Polisario, Alger est furieuse des déclarations fracassantes à la presse sans avoir au préalable demandé les éléments de language qui sieds à ce genre de situation.

L'algérie s'est investie corps et âme pour la milice sarahoui et n'acceptera pas que celle-ci devienne autre chose que sa créature, à suivre donc...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs