Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Encourager la coopération avec les prestataires étrangers des services éducatifs

Pour un enseignement supérieur de qualité




Encourager la coopération avec les prestataires étrangers des services éducatifs
Désireux d'améliorer l'employabilité des jeunes diplômés tout en développant l'accès à un enseignement supérieur de qualité, le Maroc encourage une coopération accrue avec les prestataires étrangers de services éducatifs. C’est dans ce cadre que  la création d'un certain nombre d'écoles internationales est déjà en projet, indique le cabinet international d'intelligence économique Oxford Business Group (OBG).
Grâce aux accords signés récemment notamment avec la France, de nouvelles universités devraient voir le jour au Maroc, note le cabinet dans une analyse parvenue à la MAP, citant l'exemple de l'Ecole centrale de Casablanca, qui devrait ouvrir ses portes d'ici septembre 2014 et qui sera créée sur le modèle de l'une des grandes écoles d'ingénieurs françaises, l'Ecole centrale de Paris.
Le Maroc prévoit également d'établir un Institut méditerranéen de logistique et de transports à Tanger, en collaboration avec l'Ecole nationale des ponts et chaussées et une école d'architecture devrait être intégrée à l'Université internationale de Rabat (UIR), poursuit le think-tank.
Afin de mobiliser des financements et attirer des investisseurs, un certain nombre d'établissements sont développés dans le cadre de partenariats public-privé, indique OBG, notant que l'UIR, fruit d'un partenariat entre un groupe de professeurs marocains et la Caisse de dépôt et de gestion, organisme public, accueille aujourd'hui 1000 étudiants et espère en attirer 5000 d'ici 2017.
De même, l'Université internationale de Casablanca (UIC) a annoncé fin mai la signature d'un partenariat avec l'Institut national des postes et des télécommunications et l'Université Chouaib Doukkali d'El Jadida pour accroître la collaboration dans des matières liées aux télécommunications grâce à des programmes d'échanges d'étudiants et de professeurs, indique OBG, ajoutant qu'en plus de ces universités, il existe plus de 200 établissements d'enseignement supérieur privés qui proposent des cours et des certificats, beaucoup d'entre eux offrant la possibilité d'obtenir des doubles diplômes en partenariat avec des écoles étrangères.
Ces établissements reçoivent de plus en plus de soutien sous forme de financements et d'aide au développement, indique encore OBG, relevant que l'International Finance Corporation, filiale de la Banque Mondiale chargée du secteur privé, va injecter la somme de 7 millions de dollars dans l'Institut des Hautes études de management (HEM), une école de commerce marocaine privée.
Ces fonds devront servir à financer le projet de HEM d'étendre sa présence au-delà de Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès et Tanger, à construire de nouveaux campus à Fès et à Oujda et à moderniser le campus de Rabat.

Libé
Samedi 6 Juillet 2013

Lu 339 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs