Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En raison des travaux qui traînent depuis plusieurs mois : L’aménagement du centre de Tafraout inquiète les habitants




En raison des travaux qui traînent depuis plusieurs mois : L’aménagement du centre de Tafraout inquiète les habitants
Un paysage  en  désordre offrant le goût de l’inachevé. Amonc-ellements de sable, amas de cailloutis et de déblais abandonnés  en pleine rue, asphalte   complètement excavé, engins mal garés, telle est l’image qu’offre aujourd’hui le centre ville de Tafraout.
Depuis la place Moulay Rachid  jusqu’au camping touristique situé à la sortie de la ville en direction de Tiznit,  le chantier des travaux de goudronnage de l’Avenue des FAR dans le cadre du projet de réaménagement pour la mise à niveau urbaine de la ville,  est à l’arrêt depuis près de deux mois. Exactement depuis le remblaiement  de la plateforme de la rue,  les travaux n’avancent plus. Donnant ainsi du fil à retordre aux usagers et autres riverains d’une rue qui connaît le plus gros  du  trafic  transitant quotidiennement  par la ville : camions de transport de marchandises, voitures individuelles, bus collectifs, entre autres.
Quiconque y passe aux  heures de pointe, se rendra compte des encombrements infligés à la fluidité de la circulation à cause de ce chantier gênant.  « C’est un martyre que nous endurons pour traverser ce bout de tronçon. A cause de l’étroitesse de la chaussée obstruée par des engins de la société qui mène les travaux. Les embouteillages surgissent à chaque instant.  En plus,  cela met à rude épreuve les véhicules des usagers en raison de la  plate-forme de la rue devenue dangereusement cahoteuse et  jonchée de  grosses pierres  », se plaint A.O, chauffeur d’un car qui fait Casa –Tafraout. Les commerces riverains sur cet axe, pour la plupart : cafés, boucheries, marchands de légumes …n’échappent pas  non plus  aux méfaits  de proximité  de ce chantier. Les flux de voitures qui empruntent chaque jour cet axe soulèvent des tonnes de poussières rouges qui couvrent les magasins attenants. Il n’est plus possible de déguster tranquillement sa tasse au café de la place  sans gâcher ce plaisir par des nuages de poussières qui vous assaillent de partout. Idem pour  les boucheries d’à côté  où la viande est vendue « enrobée » de couches de  particules de terres rouges. C’est invivable   ! Et,  à quelques jours seulement  de la saison des grandes affluences que connaît la ville en période estivale, le risque de situation s’aggrave surtout que les flots de véhicules s’intensifient.
Les premiers estivants  arrivés en ville,  appréhendent la réédition du calvaire de l’année dernière lorsque des travaux d’assainissement restés inachevés pendant plusieurs mois, ont fait de la ville un chantier à ciel ouvert, avec tous les désagréments infligés aux usagers. Pourtant, il existe bel et bien une réglementation  relative à l’octroi et la réalisation des marchés de l’Etat  pour éviter toute dérive en la matière. Sauf que, cet état de fait incongru,  met encore  une fois sur la sellette le manque de  rigueur quant à  l’application des cahiers des charges afférents aux travaux à accomplir et  dans les délais requis.
Sinon, comment explique-t-on qu’un projet comme celui-ci puisse s’éterniser à quelques semaines du délai imparti à sa finalisation (quatre mois), sans que l’entreprise adjudicatrice ne soit le moindre du monde inquiétée par des sanctions consécutives ? N’est-t-il pas  évident que celle-ci s’est assuré l’indulgence  du  maître de l’ouvrage?
Cela permet  aussi de s’interroger  sur  les critères retenus pour l’attribution du marché en question à cette entreprise. Eu égard aux retards accusés notamment à cause d’un  manque de matériel  et d’engins de travail  très fréquemment en panne. La société dispose-t-elle de références requises pour s’adjuger un tel projet ?
Il n’en demeure pas moins  vrai qu’il y a anguille sous roche. Car si l’application des lois régissant globalement  la réglementation  de ce marché  étaient  respectées, les travaux auraient pris une autre allure. Et toutes ces vicissitudes seraient épargnées aux habitants  et  autres usagers.  

IDRISS OUCHAGOUR
Mercredi 1 Juillet 2009

Lu 327 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs