Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En raison de la hausse des importations de produits laitiers : La balance alimentaire affiche un déficit de 694 millions DH




En raison de la hausse des importations de produits laitiers : La balance alimentaire affiche un déficit de 694 millions DH
Au terme du premier trimestre 2010, la balance alimentaire marocaine affiche un déficit de -694 millions DH, alors qu’elle était quasiment équilibrée il y a un an, indique la Direction des Etudes et des Prévisions financières -DEPF-(relevant du ministère de l’Economie et des finances). Dans sa dernière note sur les « tendances du marché des produits de base », la DEPF signale qu’à fin mars 2010, la facture énergétique nationale a augmenté de 53% en glissement annuel, suite à la hausse des cours internationaux. De même, les importations alimentaires ont rebondi de 3,7% sur la même période, suite à la hausse des achats de maïs, d’huiles végétales brutes et de produits laitiers. Par ailleurs, les exportations de phosphates et dérivés ont rebondi de 58% pour s’établir à 6,4 milliards DH sur la période précitée.
En effet, les importations énergétiques ont augmenté de 53%, en glissement annuel, pour s’établir à 15,7 milliards DH, représentant 23% des importations totales de marchandises (contre 17% en 2009), suite à la hausse des cours mondiaux. Ainsi, la facture pétrolière s’est accrue de 55% pour s'établir à près de 5,5 milliards DH, suite au rebond de 68% du cours moyen de la tonne importée, malgré un repli du volume importé de 8%. De même, les importations en gasoil et fuel ont remonté de 61% pour s'établir à 3,9 milliards DH, sous l'effet d'une hausse du cours moyen de 25% et du volume importé de 29%.
Pour sa part, la facture alimentaire a augmenté de 3,7%, à 6,8 milliards DH, suite notamment à la hausse des importations de maïs (+24%), d’huiles végétales brutes (+18%) et de produits laitiers (+29%), en particulier le beurre (+43%). En revanche, les achats de sucre ont reculé de 55% sous l’effet d’une baisse du volume importé de 42% et d’une hausse du prix moyen de la tonne de 6%. En parallèle, les importations de blé ont diminué de 16%, suite à une baisse du prix moyen de 23% et une hausse du volume importé de 8%. Pour rappel, la production céréalière de l’actuelle campagne agricole devrait atteindre 80 millions de quintaux, après une récolte record de 102 millions de quintaux en 2008-2009.
Du côté des exportations, les ventes des phosphates et dérivés ont atteint 6,4 milliards DH à fin mars 2010, en hausse de 58% par rapport à 2009 et de 37% par rapport à 2007, suite à une forte augmentation du volume exporté. Leur part dans les exportations totales de marchandises s'est ainsi établie à près de 22% contre 15% en 2009.  
Les exportations de l'acide phosphorique ont rebondi de 65%, pour atteindre 2,8 milliards DH à fin mars 2010, suite à  une forte hausse des quantités exportées de 126% alors que le cours moyen de la tonne a diminué de 27%. Les ventes à l'étranger des engrais naturels et chimiques ont rebondi de 169% à 2,2 milliard DH, en raison d’un triplement des volumes exportés. Quant aux exportations de phosphate brut, elles ont diminué de 5%, sous l’effet combiné du repli du prix moyen de la tonne (-62%) et de la hausse du volume exporté (148%).
Par ailleurs, les exportations des produits  alimentaires ont reculé de 7%, suite notamment au repli des ventes de tomates fraîches (-24%), d’agrumes (-12%) et de crustacés, mollusques et coquillages (-7%), alors que les exportations d’huile d’olive ont enregistré une forte hausse pour atteindre 256 millions de dirhams contre 11 millions DH en 2009. 

Le blé à 200 dollars la tonne

Les cours du blé ont fluctué récemment aux alentours de 200 $/t, après une baisse de 10% sur le premier trimestre 2010. La production mondiale de blé en 2010 est estimée à 658 millions de tonnes, 17 millions de moins que l’année précédente, en raison notamment d'une diminution des superficies ensemencées, selon un rapport du Conseil international des céréales (CIC), publié le 22 avril. Toutefois, les stocks mondiaux du blé de fin de saison devraient augmenter de 3 Mt à 199 Mt, leur plus haut niveau en neuf ans, représentant 30% de la consommation mondiale, ratio supérieur aux niveaux habituels.

Le maïs à 167 dollars la tonne

Les prix du maïs se sont raffermis de 8%, après un repli de 12% au premier trimestre,  pour s’établir à 167 $/t début mai, suite à une reprise des achats chinois, pour la première fois depuis trois ans. Selon le CIC, les estimations de la production mondiale de maïs ont été révisées à la hausse de 3 Mt à un record de 803 Mt, soit 9 Mt de plus que la campagne 2009, suite notamment aux conditions météorologiques favorables pour les récoltes en Amérique du Sud. Pour la nouvelle saison, le CIC table sur une récolte en hausse de 6 Mt à un record de 809 Mt, suite à une augmentation des superficies ensemencées, notamment aux Etats-Unis (+3%), où le maïs est actuellement plus rentable que le blé.

Achir Karim
Vendredi 21 Mai 2010

Lu 284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs