Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En ministre de la Communication bis, Benkirane déjà en pleine campagne


Les valeurs morales et religieuses en otages



En ministre de la Communication bis, Benkirane déjà en pleine campagne
Abdelilah Benkirane et ses ouailles sont en campagne. A trois mois des élections communales et régionales, les islamistes au pouvoir ont choisi de se positionner sur le front de la morale et de la religion pour engranger les voix des électeurs. Et c’est précisément sur le volet de l’art et la culture que le parti du chef du gouvernement s’offre une nouvelle visibilité, à défaut de virginité. « La morale et la religion sont deux thématiques qui peuvent sembler porteuses quand on n’a pas de bilan à défendre ni de chiffres à présenter. Le PJD est à la reconquête d’un électorat perdu. Alors, il se fait gardien de la vertu et surtout veut mettre la société marocaine sous sa tutelle. Il est évident que l’approche des élections exacerbe cette  posture d’autant que le parti majoritaire connaît ses défaillances en termes de bilan », fait valoir ce ténor de l’Union socialiste des forces populaires.
On le sait, deux événements ont « servi » la cause du PJD. D’abord le film de Nabil Ayouch, « Much loved », qui a permis à la machine islamiste de sortir de l’ombre et de se déployer. Interdit par le ministre de la Communication himself sans que la commission de visionnage du Centre cinématographique marocaine ne l’ait vu, le long métrage en question a fait office de révélateur en  se transformant en enjeu idéologique.   Les islamistes au pouvoir se sont emparés de « Much loved » pour remobiliser leurs troupes, surfant sur la vague de la morale, des bonnes mœurs et de la religion. La polémique sur l’interdiction de ce film –qui en temps normal n’aurait probablement pas rempli les salles ni suscité des critiques de soutien– ne s’est pas encore tue, qu’une autre allait être de nouveau provoquée par Mostafa El Khalfi. Encore lui. Le concert de la star Jennifer Lopez donné en ouverture de Mawazine est diffusé en différé par 2M. Le PJD, ses figures et ses prolongements crient au scandale, les yeux braqués sur les jambes de la star mondiale. 

A qui s’adresse le chef 
du gouvernement ?

Le chef du gouvernement s’en mêle et demande des sanctions contre les responsables de 2M qui, dit-il,  n’ont pas arrêté la diffusion d’un concert qui décidément préoccupe et occupe les plus hautes sphères gouvernementales. Il prend alors sa plume pour saisir, le 4 juin courant, Amina Lemrini, la présidente de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle. La diffusion du concert de Jennifer Lopez est, estime-t-il, une infraction grave et une violation flagrante de la Constitution et de la loi audiovisuelle.  Abdelilah Benkirane se fait sans la moindre hésitation le porte-voix des Marocains qui auraient été, selon lui, choqués par «les allusions sexuelles» de Jennifer Lopez, pointant un doigt accusateur sur  les «passages et les allusions sexuelles portant atteinte à la pudeur et provoquant les valeurs religieuse et morale de la société marocaine ».
La lettre du chef du gouvernement à la présidente de la HACA soulève bien des questions. Et dans les rangs de l’opposition, on ne manque pas de se les poser. «C’est le chef de l’Exécutif qui a saisi l’autorité de régulation. Le ministre de la Communication passe au deuxième plan. Il est même placé sous la tutelle de la Primature. El Khalfi a beau jeu de publier la lettre de saisine du chef du gouvernement, il n’a plus la main », fait valoir ce député du Parti authenticité et modernité. « Benkirane serait-il le ministre de la Communication bis ? El Kahlfi serait-il sur le départ après avoir multiplié les polémiques toujours sur la thématique du bout de genou qui dépasse et de la mèche de cheveu au vent des femmes pas suffisamment habillées aux yeux du PJD? » , s’interroge avec perfidie notre interlocuteur.

Un gouvernement 
qui ne voit que les jambes 
de J. Lopez !

Dès mardi 2 juin, Driss Lachguar, le premier secrétaire du parti de la Rose,  a dit sa façon de penser. Invité d’une émission de débat d’Al Oula, il a fustigé la posture d’un gouvernement incapable de gérer la crise sociale et économique et qui perd son temps à s’inquiéter des tenues de scène de Jennifer Lopez. « Il est bien triste de voir qu’un festival qui regroupe 5 scènes à travers la ville, réunit tout à la fois des stars mondiales, arabes et marocaines, donne la liberté de choisir son spectacle  à des milliers de familles sortant tard le soir en toute sécurité, soit résumé par certains aux jambes de Jennifer Lopez ».  
La polémique « Much loved » conjuguée à celle de Mawazine n’est que la partie visible de l’iceberg. A l’approche du scrutin, le PJD aiguise ses armes et menace par des voies détournées. En écrivant à la présidente de la HACA, le chef du gouvernement et patron du parti des islamistes s’adresse-t-il vraiment à la présidente de l’institution de régulation ou passe-t-il un message à quelques autres éventuels destinataires ; les organisateurs de Mawazine   en l’occurrence ?
 

Narjis Rerhaye
Lundi 8 Juin 2015

Lu 1414 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs