Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En dépit de la forte volatilité des cours des oléagineux : Lesieur Cristal préserve sa rentabilité




Malgré un  recul de son chiffre d’affaires de 7% par  rapport à 2008, en  raison de  la baisse des prix de vente de  l’huile de  table,  Lesieur Cristal a  réalisé des performances très satisfaisantes sur  l’exercice 2009. Le résultat d’exploitation ressort à 308 millions DH en hausse de 62% grâce aux efforts de restructuration industrielle menés depuis plusieurs années au sein de l’entreprise afin de renforcer sa compétitivité et sa capacité de résistance aux crises.
Il  est  désormais  entendu que le secteur des corps gras marocain opère sous des  contraintes multiples d’un environnement fluctuant. Au  plan  des  achats  de matières  premières,  les  cours des  oléagineux  connaissent depuis 2007 une alternance de tendances contrastées. Les cours de l’huile brute ont ainsi oscillé entre 700 $/T et 930 $/T pour l’année 2009.
Le démantèlement tarifaire en phase d’achèvement sur les tourteaux de soja change la donne du marché. Associé à  l’effondrement  des  prix à  l’international, il renforce  la  concurrence  à  l’import et limite la part de Lesieur Cristal au profit notamment d’opérateurs issus de pays producteurs de graines. La faiblesse de la campagne nationale de graines de tournesol, affectée par les inondations, a également favorisé l’importation des tourteaux de tournesol.
Dans  ce  contexte, Lesieur Cristal consolide ses positions en recentrant ses atouts et  ses métiers de base : trituration, raffinage, savonnerie, conditionnement des huiles de table et commercialisation.
L’entreprise poursuit ses efforts d’optimisation des coûts industriels en agissant, d’une part, sur la réduction des consommations énergétiques et, d’autre part, sur la  rationalisation de ses  lignes de production. L’activité trituration a été redimensionnée en vue de l’amélioration de sa rentabilité. Une nouvelle ligne de raffinage de 600 T/j a été, par ailleurs, lancée sur le site de Aïn Harrouda, étape importante dans un objectif de centralisation de l’activité industrielle.
Ces  importants investissements incluent le volet développement durable. Déjà  précurseur  en  termes de traitement des rejets  industriels, le site de Aïn Harrouda bénéficie également d’un programme d’optimisation des ratios énergétiques. L’exploitation des sous-produits de  trituration et des boues de la station d’épuration comme combustible commencent à porter leurs fruits.

Libé
Vendredi 7 Mai 2010

Lu 771 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs