Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En cas de Brexit, l'Espagne propose une souveraineté partagée sur Gibraltar








Cameron face à Farage pour la clôture des listes électorales



Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel García-Margallo, a évoqué mardi la possibilité que le territoire britannique de Gibraltar soit placé sous un régime de souveraineté partagée avec l'Espagne en cas de Brexit, pour qu'il reste dans l'UE.
L'Espagne continue de disputer au Royaume-Uni la souveraineté de ce "rocher" de 6 km2 collé à l'Andalousie (sud).
Si les partisans d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), dite "Brexit", remportaient le referendum du 23 juin, "il est évident que Gibraltar sortirait aussi de l'UE, et n'aurait plus accès au marché" unique européen, a souligné M. García-Margallo dans un entretien à la radio Cadena Ser.
Il faudrait donc "chercher des solutions" pour le territoire, comme "une souveraineté partagée pendant une longue période", a-t-il dit, évoquant une possibilité déjà discutée pendant des négociations entre les gouvernements espagnol et britannique de José María Aznar et de Tony Blair au début des années 2000.
Il faut trouver "une formule qui permette à Gibraltar d'avoir un lien avec l'UE", a-t-il insisté.
En mars, le ministre en chef de Gibraltar, Fabian Picardo, s'était inquiété de précédentes déclarations de M. Margallo qui avait dit en mars: "Dès le lendemain (d'un Brexit), nous parlerons de Gibraltar".
Une bonne part des 33.000 habitants de Gibraltar se montrent préoccupés par l'éventualité d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE, car ils redoutent que cela rende leur modèle économique intenable.
Gibraltar vit du tourisme, de la finance, des jeux en ligne et des services portuaires. Son attrait pour les investisseurs étrangers tient notamment à son régime d'imposition sur les sociétés très faible et à son appartenance à l'UE, qui permet aux entreprises qui y sont basées d'opérer dans tous les Etats membres.
Gibraltar, cédé par l'Espagne en 1713, est régulièrement réclamé par Madrid, qui considère ce territoire comme une "colonie" du Royaume-Uni.
Pour ce qui est du Brexit à un peu plus de deux semaines du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, le débat prend de l'ampleur avec l’affrontement télévisé de mardi soir entre le Premier ministre David Cameron et le chef du parti europhobe Ukip Nigel Farage.
Le Premier ministre, qui avait lui-même exclu de participer à un débat proprement dit face à l'un des champions du camp du Brexit, issus pour la plupart de son propre parti, avait deux missions.
La première : convaincre les réfractaires et retardataires de s'enregistrer sur les listes électorales, alors qu'une faible participation pourrait favoriser le camp du Brexit, plus mobilisé. Les inscriptions, pour la plupart réalisées en ligne, se sont accélérées ces derniers jours, particulièrement chez les jeunes.
Seconde mission pour le Premier ministre, fortement chahuté la semaine dernière lors de sa première émission télévisée en public consacrée au Brexit : convaincre les quelque 10% d'indécis de se prononcer en faveur d'un maintien du Royaume-Uni dans l'UE, alors que les enquêtes d'opinion peinent toujours à désigner quel camp l'emportera le 23 juin.
Lundi, selon une moyenne des six derniers sondages établie par le site WhatUKThinks, le camp du Brexit l'emportait avec 51% des voix, une première en près d'un mois, faisant chuter la livre à son plus bas niveau en trois semaines et demie. Mais mardi, cette même moyenne donnait à nouveau le camp du maintien en tête, à 51% également.
Les mises en garde contre une sortie du Royaume-Uni du bloc des 28, émanant tant de chefs d'Etat que d'institutions économiques internationales, se sont multipliées ces dernières semaines.
De son côté, le camp du Brexit continue d'agiter les peurs liées à l'immigration. Vote Leave, la campagne officielle pro-Brexit, a publié sur son site un "dossier" sur 50 ressortissants européens accusés de crimes au Royaume-Uni et que la justice britannique ne peut expulser du fait du droit communautaire.

Libé
Jeudi 9 Juin 2016

Lu 737 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs