Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En bon chevillard, Louafa puise dans un jargon d’abattoirs

Les prochaines élections, une vraie boucherie pour l’inénarrable ministre




Le mot est fort, choquant et inattendu de la part d’un  responsable gouvernemental. Mohamed Louafa, ministre délégué aux Affaires générales, a tiré la sonnette d’alarme à propos du «massacre électoral» du prochain scrutin législatif. Intervenant lors d’une rencontre tenue à Mehdia par la jeunesse pjdiste, il a indiqué que certaines parties tenteront  de  manipuler  les résultats des prochaines élections afin de mettre en place une carte politique à leur mesure et dominer l’échiquier politique national. « Notre pays passe par une période très critique et nous sommes tous appelés à être vigilants. Notamment, les hommes du département de Mohamed Hassad afin de faire face à toute tentative de fraude électorale », a-t-il lancé.
Qui sont ces parties ? Que signifie «massacre électoral» ? D’où Mohamed Louafa tient-il ses informations ? Silence radio. Contacté par le quotidien arabophone «Assabah», le ministre a refusé tout commentaire. N’assume-t-il plus ses propos ou a-t-il perdu la langue ?
Pourtant, les avis des observateurs politiques concernant ses déclarations sont partagés. Pour certains,   les propos du ministre délégué aux Affaires générales n’ont pas d’importance puisqu’ils n’émanent pas d’un responsable politique.  Louafa ne fait plus partie de la direction de l’Istiqlal et ses propos n’engagent que lui. Sa déclaration aurait néanmoins pris une autre dimension s’il faisait encore partie  du parti de la Balance.  
Une évaluation que ne partagent pas d’autres analystes comme Said Khomri, professeur de droit public et de sciences politiques à la Faculté de droit de Mohammedia. D’après lui, la déclaration en question est irresponsable et injustifiée. Pis, elle appelle à une mobilisation des instances concernées puisqu’elle remet en cause le prochain scrutin et, du coup, le processus démocratique dans son ensemble. «C’est absurde que de tels propos  émanent d’un responsable gouvernemental  qui travaille sous l’autorité d’un chef du gouvernement chargé de superviser les élections. S’il y a des partis qui comptent dominer la scène politique via la fraude électorale, qu’il en  dévoile les noms», nous a-t-il déclaré.
«Prévoir une telle fraude électorale est injustifié puisque tout le monde sait qu’il y a eu dernièrement une entente  entre les partis de la majorité et ceux de l’opposition concernant les préparatifs des prochaines élections comme en atteste le récent accord sur la baisse du seuil et le prochain accord sur les listes nationales. Ceci d’autant plus que  le ministère  de l’Intérieur a entamé des discussions avec l’ensemble des partis. A cela, il faut ajouter le fait que le CNDH  sera de la partie et aura la charge de suivre et d’observer le scrutin qui sera, à l’instar des précédents, ouvert aux observateurs étrangers», nous a-t-il expliqué. Et d’ajouter : «Aujourd’hui, il n’est plus question de fraude électorale, mais plutôt de rapports de force. Et cela ne peut pas remettre en cause le processus démocratique dans notre pays».
Pour notre source, les propos du ministre font allusion au PAM. «  Aujourd’hui, le terme domination  est souvent utilisé par le PJD  pour accuser  le PAM qui est actuellement  son véritable concurrent, de vouloir dominer la scène politique nationale », nous a-t-elle précisé.  Une  mise à l’index qui ne devrait pas avoir lieu au Maroc, estime notre source. «  Aujourd’hui, nos acteurs politiques  qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, doivent être constructifs et non pas le contraire. La critique ne doit pas consister uniquement en  des accusations gratuites ou  adressées à des personnes physiques, on a besoin plutôt d’alternatives. Un responsable gouvernemental doit faire le bilan de ses actions positives et évoquer les contraintes qui l’ont empêché d’atteindre les  résultats escomptés. Il ne doit pas lancer des accusations gratuites. On a besoin de réinstaurer la confiance dans la politique et pas le contraire», a-t-elle conclu.

Hassan Bentaleb
Jeudi 12 Mai 2016

Lu 1161 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs