Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En Ukraine, une deuxième vie pour des ours maltraités




En Ukraine, une deuxième vie pour des ours maltraités
Poisson frais, soins dentaires, enclos à l'air libre: pour les ours bruns exploités jusque-là dans des cirques ou des restaurants d'Ukraine et sauvés par des bénévoles, la vie a radicalement changé. A Jytomyr, dans le nord-ouest de l'Ukraine, le refuge Quatre Pattes est devenu l'une des principales attractions depuis son ouverture en 2012.
Venue avec ses camarades de classe, Miroslava, 10 ans, observe avec attention une ourse appelée Macha, couverte de cicatrices, sauvée d'un centre d'entraînement de chiens de chasse auxquels elle servait de proie.
Macha a été découverte "dans un état terrible, les poils de sa nuque avaient été arrachés par son collier, sa queue était toute tordue, son nez était couvert d'égratignures", raconte à l'AFP Oleksandr Leonov, le responsable du refuge.
"Cela ne me plaît pas qu'elle ait été gravement battue et qu'elle ait des cicatrices", confie Miroslava.
"Cela me rend triste pour elle". La petite fille a déjà vu des ours dans des zoos de Kiev "mais ils étaient beaucoup plus tristes qu'ici", raconte-t-elle. "Ici, ils sont heureux."
A l'origine, le refuge ne devait accueillir qu'une seule ourse, Nastia. Enlevée à sa mère alors qu'elle n'avait que trois mois, l'oursonne avait été vendue à un zoo privé. Au bout de deux mois, des bénévoles ont retrouvé sa trace et l'ont ramenée à sa mère, qui l'a rejetée. Ils ont alors créé ce refuge pour pouvoir l'héberger.
Après avoir été un temps seule, elle doit désormais partager son enclos avec quatre autres ours, dont Macha. Le plus âgé d'entre eux, l'ourse Olia, est aveugle. "On lui a certainement ôté la vue volontairement", suppose M. Leonov. "Et ses dents étaient dans un très mauvais état.
L'année dernière, des dentistes sont venus pour les soigner et tout va beaucoup mieux maintenant".
Les volontaires, qui se fient au bouche-à-oreille pour retrouver la piste d'ours maltraités, travaillent en coopération avec des vétérinaires en provenance d'Autriche et d'Allemagne. Ensemble, ils examinent l'animal maltraité et procèdent aux vaccinations nécessaires. L'animal est ensuite relâché dans le vaste enclos de Quatre Pattes et commence sa nouvelle vie.
Depuis qu'une loi, votée en 2015, interdit d'entraîner des chiens de chasse avec un ours pour proie, le travail des bénévoles de Quatre Pattes est devenu beaucoup plus facile, assurent-ils. Mais la maltraîtance de ces plantigrades n'a pas pour autant cessé en Ukraine, signale Taras Boïko, responsable du département "Animaux sauvages" à Quatre Pattes.
"C'est considéré comme à la mode d'avoir un ours à la maison ou dans un restaurant, ou bien de gagner de l'argent en amusant les gens avec un ours enchaîné", regrette-t-il. "C'est complexe et enraciné dans la mentalité de notre peuple".

Mercredi 19 Avril 2017

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs