Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En RDC, la nostalgie des langues perdues




"En 62 ans de vie à Kinshasa, faute de locuteurs, je n'ai plus parlé ma langue maternelle, le kilokele. Mes neuf enfants ne la parlent pas", regrette Charles Tongohala, craignant la disparition de cette langue de la République démocratique du Congo avec l'extinction de sa génération. Retraité de la société publique de transport fluvial, M. Tongohala raconte avoir quitté jeune son village du Nord-Est de la RDC, où tout le monde parlait la langue des Lokele, peuple pêcheur des rives du Moyen-Congo.
Autre habitant de Kinshasa, la capitale congolaise de 10 millions d'habitants en constante expansion, Daniel Mukebayi, fonctionnaire retraité, dit avoir éduqué avec son épouse leurs dix enfants en tshiluba, la langue des Luba, parlée dans le centre de la RDC - principalement dans la région du Kasaï. En 1974, se souvient ce sexagénaire, son fils "Michel parlait parfaitement le tshiluba alors qu'il n'avait que 4 ans". "Mais depuis qu'il s'est marié et qu'il a fondé sa propre famille, il ne parle plus sa langue maternelle et ses enfants ne parlent plus que le français et le lingala", déplore-t-il.
Les cas des familles Tongohala et Mukebayi sont loin d'être isolés en RDC, un Etat où l'on recense quelque 450 langues vivantes, la plupart non écrites, soit environ 9% des 5.000 langues en usage sur la planète. A son indépendance, en 1960, l'ex-Congo belge a choisi le français comme langue officielle, bien qu'il soit loin d'être compris par l'ensemble de la population (aujourd'hui plus de 71 millions d'habitants). Dans une période de "recours à l'authenticité", les autorités ont ensuite promu quatre langues dites "nationales" dans lesquelles peuvent être dispensé l'enseignement primaire: lingala (langue de l'armée, parlée à Kinshasa et dans le Nord-Ouest), kikongo (Ouest), tshiluba (Centre) et swahili (Est).
Ces langues ont aussi droit de cité dans les tribunaux, selon les régions, et cohabitent avec le français dans les grands médias, mais aujourd'hui, lingala et swahili (parlés aussi dans des pays riverains) ont nettement pris l'ascendant sur les deux autres.
En 2000 déjà, dans un livre mettant en garde contre "la mort des langues", le linguiste français Claude Hagège notait "la pression politique" exercée en Afrique par des langues régionales sur de "petites langues". "La promotion d'une langue africaine, étant envisagée par le pouvoir comme un acte d'affirmation nationale, met en péril les idiomes minoritaires, qui ne sont pas en mesure de rivaliser avec elle puisqu'elle reçoit le renfort des mesures scolaires et des médias", écrivait-il.
Chez les Mukebayi, la femme de Michel, Cocotte Kolo, membre comme lui de l'ethnie Luba, regrette de ne pas parler le tshiluba et donc de ne pouvoir le transmettre à ses enfants, alors qu'elle "maîtrise le swahili, le kinyarwanda [langue parlée au Rwanda et dans l'Est du Congo, NDLR], le lingala et le français" : paradoxe du Congo où le multilinguisme est une réalité quotidienne mais où l'on peut ignorer ou oublier sa langue maternelle.

Samedi 29 Avril 2017

Lu 288 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs