Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En Asie centrale, la fonte des glaciers a commencé

Inondations et tensions régionales




Tout a commencé par un grondement sourd. Puis la boue a déferlé et semé la destruction dans Barssem, un village à flanc de montagne du Tadjikistan, victime de la fonte des glaciers d'Asie centrale qui selon les scientifiques s'accélère dangereusement.
"La boue a tout emporté sur son passage : les maisons, les voitures...", se souvient Chakarbek Kourbonbekov, un villageois de 60 ans, plus d'un mois plus tard. "Ceux qui ont pu réagir se sont échappés vers des terrains en hauteur, on n'avait pas le temps de réfléchir", poursuit-il, joint au téléphone par l'AFP.
Le villageois tadjik en est persuadé : le 16 juillet, il ne doit sa survie qu'à sa propre chance. Au total, coulées de boues en série et inondations ont fait au moins 12 morts et détruit une centaine de maisons dans l'est de l'ex-république soviétique.
Le phénomène, conséquence d'une vague de chaleur qui a débuté ce jour-là, témoigne des bouleversements écologiques en cours en Asie centrale, une région pour laquelle les réserves d'eau apportées par les glaciers sont vitales.
Ces glaciers du massif du Pamir au Tadjikistan et des monts Tian au Kirghizstan alimentent les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria, qui jouent un rôle stratégique dans la région en permettant depuis des siècles l'irrigation des terres agricoles.
Mais selon une étude publiée récemment par le centre de recherches allemand GFZ, le volume des glaciers des monts Tian diminue actuellement quatre fois plus vite que la moyenne de ces dernières décennies. Pour ces experts, ces glaciers, après avoir fondu d'un quart depuis 1961, auront totalement disparu d'ici 2050.
Les signes de réchauffement de cette chaîne montagneuse au carrefour du Kirghizstan, du Kazakhstan, de l'Ouzbékistan et de la Chine, sont criants dans les stations de ski de la région, qui datent souvent de la période soviétique.
"La saison devient plus courte chaque année faute de neige et de températures assez froides", assure Oleg Tchernogorski, qui organise des voyages dans ces montagnes depuis 30 ans. Preuve "indéniable" selon lui du réchauffement climatique, la saison de sports d'hiver, qui commençait encore dans les années 1990 le 1er décembre, ne peut désormais être lancée qu'à l'approche du Nouvel An.
Au Kazakhstan, la fonte des glaces a conduit en juillet à la saturation d'un barrage, provoquant des inondations aux portes de la plus grande ville du pays, Almaty, et privant 3.000 personnes d'électricité.
Pour Piotr Plekhanov, ancien directeur de l'Institut d'hydrologie et de géo-écologie du Kazakhstan, l'Asie centrale doit se préparer à vivre ce genre de situations de plus en plus souvent. "Les plus riches comme le Kazakhstan seront capables de mieux y faire face. Les plus pauvres comme le Kirghizstan ou le Tadjikistan, avec de vastes montagnes et peu d'argent, sont plus vulnérables", prévient-il, interrogé par l'AFP.
A l'époque soviétique, le partage des eaux en Asie centrale était décidé à Moscou, mais le système a éclaté avec l'indépendance des cinq pays de la région en 1991, faisant craindre que la rivalité pour cette ressource ne dégénère en conflits.
Les zones frontalières sont d'ailleurs le théâtre de heurts sporadiques, comme entre le Kirghizstan et le Tadjikistan: un garde-frontière kirghiz a ainsi été tué cette année dans une vallée où les populations des deux pays se disputent l'usage de l'eau d'une rivière.
Ces deux Etats ruraux veulent par ailleurs construire des barrages pour limiter l'accès à l'eau de leurs voisins riches en hydrocarbures que sont le Kazakhstan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan.
En Ouzbékistan, un pays qui est un gros producteur de coton avec d'importants besoins en eau, le président Islam Karimov a déjà prévenu que de tels ouvrages risquaient de provoquer une guerre dans la région.
Pour certains experts, une meilleure gestion de la consommation en eau pourrait en partie compenser les pénuries redoutées. La revue scientifique Nature a estimé l'an dernier que le Turkménistan, désertique et riche en gaz, était le premier consommateur au monde d'eau par habitant, les autres pays de la région suivant non loin derrière.

Jeudi 10 Septembre 2015

Lu 619 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs