Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Emeutes de Taza : Des peines allant de 6 mois à 3 ans de prison ferme




Emeutes de Taza : Des peines allant de 6 mois à 3 ans de prison ferme
Le tribunal de première instance de Taza a prononcé, mardi matin, des peines allant de 4 mois de prison avec sursis à 8 mois de prison ferme à l’encontre de quatre individus poursuivis pour leur implication dans les actes de vandalisme survenus dernièrement dans la zone El Koucha, apprend-on de source judiciaire.
Un individu a été condamné à une peine de 4 mois de prison avec sursis, assortie d’une amende de 500 DH, alors que les trois autres ont écopé respectivement de 6 mois de prison ferme avec 500 DH d’amende, 8 mois ferme assortie de 1.000 DH d’amende et de 8 mois ferme avec une amende de 500 DH, précise-t-on de même source.
Les mis en cause sur fond de récents troubles ont été notamment poursuivis pour jets de pierre contre les forces de l’ordre, destruction de biens publics, vol et outrage à des fonctionnaires publics lors de l’exercice de leurs missions.
Le matin même, le tribunal de première instance de Taza a prononcé des peines allant de 5 mois de prison avec sursis à 10 mois de prison ferme à l’encontre de treize individus poursuivis pour leur implication dans les mêmes actes.
Des fauteurs de troubles avaient pris pour cible, dans la zone El Koucha, les forces de l’ordre en leur jetant des pierres, en brûlant des pneus et en détruisant des biens publics, selon les autorités locales.
Le tribunal de première instance de Taza a également condamné, lundi soir, à une peine de trois ans de prison ferme, assortie d’une amende de 10.000 DH, un individu poursuivi pour atteinte aux valeurs sacrées de la nation, apprend-on de source judiciaire.
Sur fond des derniers incidents survenus dans le quartier El Koucha, le mis en cause (A.H) est  apparu dans des vidéos attentatoires aux valeurs sacrées du royaume, diffusées sur internet, ajoute-on de même source.
Pour sa part, la Cour d’appel de Taza a décidé, hier matin, de reporter au 21 février courant le procès d’un individu poursuivi pour son implication présumée dans les actes de vandalisme survenus dernièrement dans la zone El Koucha. Ce report a été décidé pour permettre à la défense de préparer ses plaidoiries. Le mis en cause a été notamment poursuivi pour avoir mis le feu à une voiture de police et entravé la circulation sur la voie publique.

Libé
Mercredi 15 Février 2012

Lu 1581 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs