Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Elections parlementaires de l’Union européenne : Démocratie ou hypocrisie ?




Elections parlementaires de l’Union européenne : Démocratie ou hypocrisie ?
Comparé aux élections législatives européennes, le scrutin présidentiel iranien avec son énorme taux de participation et la volonté des électeurs d’exprimer leur vote, a été édifiant. Les candidats sont intervenus avec passion, et leurs partisans se sont mobilisés en masse. Le contraste avec la campagne électorale dans l’Union européenne (UE), terne et peu disputée, ne pouvait pas être plus frappant. En Iran, la répression de la violence post-électorale est la preuve, si nécessaire, que la démocratie n’est pas toujours synonyme de plus de liberté. En Europe, le processus a été libre et juste, pacifique, mais la question demeure, à savoir si l’Union, fortement centralisée, est réellement le modèle démocratique qu’elle prétend être ?
En effet, depuis les premières élections directes (1979), moins de citoyens européens ont pris la peine d’exercer leur droit de vote. En 2009, le niveau de participation global a atteint un taux bas record : 43% en 2009 contre 62% en 1979. La Slovaquie avec un taux de 19,64% se situe au bas du tableau. En France, l’un des Etats fondateurs, 60% de l’électorat s’est abstenu. Pourtant, ce résultat abyssal n’a pas compromis l’esprit festif des partis politiques qui ont obtenu de meilleurs résultats (UMP 27,8%, Europe Ecologie 16,28%). Les bouchons de Champagne ont sauté en dépit du fait que les députés nouvellement élus (72 sur un total de 736) représentent le peuple avec une légitimité démocratique des plus faibles. Mais à vrai dire, les institutions de l’UE et les gouvernements nationaux ont déjà été validés avec un soupir de soulagement. Retour à la politique comme d’habitude.
En général, les hommes politiques ont éludé la question de ce déficit démocratique grandissant. La raison en est simple. « The UE-Show must go on ». De nombreux dirigeants ont régulièrement et ouvertement déclaré que « la démocratie et la politique complexe de l’UE ne sont pas vraiment compatibles ». La ratification du traité de Lisbonne a révélé une mentalité, profondément ancrée, de méfiance à l’égard des électeurs parmi l’élite.
D’où un sentiment croissant que les consultations démocratiques ne sont qu’une formalité bureaucratique, un coup de tampon de plus, alors que les affaires sérieuses de l’UE continuent à être traitées dans le secret des conclaves dissimulés de la politique consensuelle supranationale.
Désenchantés, les électeurs se sont retrouvés avec seulement deux options pour exprimer leur frustration et leur désaccord : l’abstention ou le vote pour les partis d’extrême (droite ou gauche). Pourtant, définir cette marée montante de sentiment négatif comme « anti-européen » est simpliste, bien que pratique pour une classe politique ayant l’intention de préserver le statu quo. Les résultats peuvent aussi être interprétés comme étant contre l’Europe telle qu’elle est menée actuellement et pro-liberté. Les institutions de l’UE ont saisi ces élections afin de promouvoir l’idée que le traité de Lisbonne va inaugurer une nouvelle ère : « une Europe plus démocratique et plus transparente ». Mais, comme l’universitaire d’Oxford Christopher Bickerton l’a fait remarquer, les tentatives pour remédier au manque de transparence ont déjà échoué parce que l’UE n’est pas une question de transparence. Sa fonction est de fournir l’espace pour l’élaboration des politiques qui substitue aux conflits politiques de principe une culture de compromis bureaucratiques (cf. The Manifesto Club study, “No” to the Politics of fait accompli”). La politique de l’UE est devenue une « zone interdite au public », à savoir la préservation de bureaucrates, politiciens et diplomates qui ne doivent rendre de compte à personne comme le correspondant du Daily Telegraph, Bruno Waterfield, l’a souligné. Même avec des pouvoirs accrus octroyés au Parlement, renverser des décennies d’une culture de prise de décision et de législation coupées du monde et non démocratiques pourrait se révéler être une mission impossible.
Le projet européen est censé renforcer notre liberté. L’essence de la liberté est le choix. Pourtant, si les choix des citoyens - le « non » au traité de Lisbonne, l’abstention pour exprimer le mécontentement – sont rejetés, si l’ « euroligarchie » ne peut penser à rien de mieux pour résoudre la crise de légitimité que d’épouvanter l’électorat pour faire avancer leur ordre du jour « éclairé » (« voter Oui ou subir les conséquences de l’extrémisme ou de la récession »), alors sans doute reste-t-il peu de démocratie digne de ce nom. Au contraire, ce qui émerge est une nouvelle forme d’autoritarisme supranational imposé par une nomenklatura, qui, d’une manière pas sensiblement différente de l’URSS, « sait mieux » que le peuple.
L’Union européenne est en zone de crise de légitimité. Le faible taux de participation (et les voix du « non » aux référendums) doivent être interprétés comme l’équivalent électoral de la « crise de la chaise vide » de 1965 (« le compromis de Luxembourg ») lorsque les fonctionnaires français furent retirés par Charles de Gaulle en raison de graves désaccords avec la Commission.
La responsabilité en incombe directement aux hommes politiques (des grands partis ou pas) qui n’ont pas réussi à articuler une vision pour l’avenir à laquelle une majorité des citoyens peut croire et soutenir.

Article publié en collaboration avec UnMondeLibre.org

Par Sophie Quintin Adali (Juriste)
Jeudi 23 Juillet 2009

Lu 207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs