Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Elections au Kurdistan irakien sur fond de tensions avec Bagdad

Le pétrole au cœur du conflit entre l’Etat et les Kurdes




Elections au Kurdistan irakien sur fond de tensions avec Bagdad
La province autonome du Kurdistan irakien élit samedi son parlement local sur fond de frictions persistantes avec le pouvoir de Bagdad et d’inquiétudes pour leurs frères kurdes combattant en Syrie voisine.
Ce scrutin survient à un moment où les Kurdes de la région, qui habitent principalement en Irak, Syrie, Turquie et Iran, relancent le débat sur leur identité nationale, notamment à la lumière de la perte de contrôle par le régime de Bachar Al-Assad des territoires kurdes en Syrie, théâtre d’une guerre civile.
Les élections, les premières dans les trois provinces kurdes depuis quatre ans, devraient conforter la position du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) du président de la région Massoud Barzani, qui gouverne aux côtés de l’Union démocratique du Kurdistan du président irakien Jalal Talabani (UDK).
Le PDK devrait remporter une majorité de sièges, tandis que l’UDK pourrait perdre des voix au profit de la liste d’opposition Goran («Changement» en kurde) à un moment où son chef tutélaire, Jalal Talabani, est absent de la scène politique ayant souffert l‘an dernier d’une attaque cérébrale.
Ce scrutin se déroule surtout avec en toile de fond les velléités indépendantistes du Kurdistan irakien.
Cette région riche en pétrole cherche à construire un oléoduc pour relier directement son territoire aux marchés étrangers. En attendant, la province autonome exporte du pétrole brut, envoyé par camions vers la Turquie voisine, et a signé des accords de coopération avec des firmes étrangères, telles Exxon Mobil et Total.
Elle profite également d’un essor économique bien supérieur au reste du pays, qu’encourage un bon climat sécuritaire, pour faire appel aux investisseurs étrangers.
Ceci provoque l’ire de Bagdad qui estime que les exportations de pétrole par camions constituent de la contrebande, et que des contrats passés avec des pétroliers étrangers sans l’accord du ministère fédéral sont illégaux.
Kurdistan et Etat fédéral sont également à couteaux tirés sur la question de la souveraineté de la région de Kirkouk, riche en pétrole, que les Kurdes voudraient incorporer à leur territoire.
Le Kurdistan garde par ailleurs un œil sur le conflit en Syrie voisine, où des Kurdes sont engagés dans les combats qui font rage depuis plus de 30 mois.
Les affrontements dans le nord-est de la Syrie entre miliciens kurdes et jihadistes ont poussé des dizaines de milliers de Kurdes à fuir en Irak.
Près de trois millions de Kurdes irakiens sont appelés samedi à élire 111 membres d’une assemblée qui adopte ses propres lois.

Libé
Vendredi 20 Septembre 2013

Lu 350 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs