Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Election présidentielle malienne sans incident majeur

Hollande salue le bon déroulement du scrutin




Election présidentielle malienne sans incident majeur
Le dépouillement des bulletins a débuté lundi au Mali au lendemain d'un scrutin présidentiel censé rétablir une certaine stabilité après seize mois de crise politique et militaire et marqué par une participation importante.
Les observateurs n'ont pas signalé d'incidents majeurs.
Les résultats provisoires sont attendus aujourd’hui. Un second tour aura lieu le 11 août si aucun candidat ne passe la barre des 50% de voix.
Avec cette élection, le Mali espère tourner la page du coup d'Etat de mars 2012 et de l'occupation du nord du pays par les islamistes radicaux, qui a pris fin avec l'intervention de l'armée française en janvier. Des milliers de soldats français et africains ont rétabli l'intégrité territoriale du pays et une mission de maintien de la paix des Nations unies, la Minusma, forte de 12.600 hommes, est en cours de déploiement pour stabiliser le pays. Une élection réussie constituerait une nouvelle étape de son redressement.
La France espère retirer une bonne partie de ses quelque 3.000 hommes sur place d'ici la fin de l'année. Les pays donateurs ont promis plus de 3 milliards d'euros d'aide à la reconstruction après l'élection.
Dans un communiqué diffusé par l'Elysée, François Hollande a salué "le bon déroulement du scrutin présidentiel malien, marqué par une mobilisation importante et une absence d'incident majeur, selon les premières observations de la mission de l'Union européenne".
Après quelques retards, les 6,8 millions d'électeurs maliens se sont pressés dans les 21.000 bureaux de vote gardés par des soldats maliens, français ou des casques bleus. Vingt-sept candidats étaient en lice dont deux anciens Premiers ministres, parmi les favoris, Ibrahim Boubacar Keita et Modibo Sidibé.
Le taux de participation dans une élection présidentielle au Mali n'a jamais dépassé jusqu'ici 40%. Seulement 25% des électeurs inscrits de Bamako ont pris part au dernier scrutin présidentiel en 2007.
A Tombouctou, occupée l'an dernier par les rebelles liés à Al Qaïda, des électeurs sont allés voter en nombre malgré la menace d'attentats djihadistes.

Libé
Mardi 30 Juillet 2013

Lu 48 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs