Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Election des candidats républicains comme maires de New Jersey, Virginie et New York : Un sérieux revers pour Barack Obama




A la veille du premier anniversaire de son élection triomphale à la tête des Etats-Unis, Barack Obama rêvait sans doute d’un meilleur jour. Dans le New Jersey comme en Virginie, ce sont bien les républicains qui l’ont emporté lors d’élections locales considérées comme des tests pour la Maison-Blanche.
Dans le New Jersey d’abord, bastion démocrate où Obama s’était lui-même rendu dimanche pour la deuxième fois en quelques semaines pour soutenir le gouverneur sortant Jon Corzine, le républicain Chris Christie a remporté la bataille avec 49% des voix contre 44% à son adversaire. «Une victoire pour les républicains dans le New Jersey profondément démocrate enverrait des ondes de choc qui seraient ressenties jusque sur les marches de la Maison-Blanche», estimait mardi le site de commentaires républicain redstate.com.
Barack Obama avait également fait campagne en Virginie, un fief conservateur conquis pour la première fois par les démocrates l’an dernier. Mais là aussi, la victoire, conformément aux sondages, est revenue au social-conservateur Bob McDonnell, élu gouverneur avec une large avance sur le démocrate Creigh Deeds.
Et les efforts du porte-parole de la Maison-Blanche, Robert Gibbs, pour minimiser l’impact de ces consultations - «Je ne pense pas que le président croie qu’elles soient vraiment significatives pour l’avenir», a-t-il lancé mardi devant la presse - n’y changeront pas grand-chose : ces victoires républicaines sont bien un revers pour le président américain. Seule consolation pour les démocrates, la victoire de Bill Owens dans le 23e distict de New York - où le vice-président Joe Biden s’était rendu lundi - pour un siège à la chambre des Représentants.
Un an après ce raz de marée d’enthousiasme, de cet espoir démesuré qui a submergé l’Amérique et le monde, le 4 novembre 2008 à l’annonce de la victoire d’Obama, ces deux victoires républicaines ternissent l’aura du premier président noir des Etats-Unis. Comme au lendemain d’une fête trop réussie, les Américains ont la gueule de bois. Après avoir caracolé à 68% d’opinions favorables, la cote de popularité de Barack Obama a entamé une chute importante cet été lors du débat sur son projet santé, se stabilisant à quelque 52% d’opinions favorables..
Attaqué sur sa droite par un camp républicain qui l’accuse de mettre en péril la nature de la tradition américaine en accroissant de manière démesurée le rôle de l’État, il est aussi très critiqué sur sa gauche démocrate pour ses hésitations et son obsession du juste milieu. Le maintien d’une situation économique morose et la persistance d’un fort taux de chômage pourraient encore aggraver la tendance en 2010.
Le dossier de la réforme de la santé, qui progresse avec lenteur au Congrès est caractéristique des obstacles que doit affronter la nouvelle équipe pour mettre en œuvre ses promesses de campagne. L’espoir de parvenir à forger des consensus bipartisans s’est brisé sur la radicalisation du Parti républicain.

AFP, AP, Reuters
Jeudi 5 Novembre 2009

Lu 252 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs