Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Ouafa compte faire du neuf avec du vieux : Vers une réhabilitation de l’ancienne formule du Bac




El Ouafa compte faire du neuf avec du vieux : Vers une réhabilitation de l’ancienne formule du Bac
A quoi ressemblera le Bac version 2013? Revêtira-t-il un tout autre aspect et un tout autre look? On se  laisserait tenté de le croire si l’on prend en considération la détermination affichée par Mohamed El Ouafa depuis qu’il est à la tête du ministère de l’Education nationale. A moins que l’actuel patron du MEN ne préfère faire du neuf avec du vieux en réhabilitant l’ancienne formule du Bac. Il est certain que tout un chacun a remarqué le remue-ménage qui a été fait autour des différentes nouveautés dictées par le département d’El Ouafa. Innovations, restrictions et nouvelles notes concernant le déroulement des examens ont été les principaux changements lors de la version 2012 du baccalauréat. 
Au niveau de l’innovation, on doit signaler cette rupture avec l’ère  du tableau suspendu et les attroupements des candidats et leurs familles devant les établissements. C’est fini aussi avec le SMS payant pour connaître les résultats. C’est désormais révolu. Les nouvelles technologies  aidant grâce à une coopération avec des entreprises citoyennes les candidats au Bac n’avaient besoin que d’un clic pour s’enquérir des résultats des délibérations. 
D’autre part, la triche a été au cœur des débats et El Ouafa en a fait son cheval de bataille en interdisant aux candidats de se doter de moyens de communication susceptibles de favoriser des fraudes. Et de souligner sans ambages: « Nous avons interdit l'accès de ces moyens de communication au centre d'examen. Et si un contrevenant apporte ces moyens de communication, il sera considéré comme un tricheur conformément à la loi qui lutte contre la triche dans les établissements publics et qui date déjà de 1958 et qu'on va revoir pour l'année prochaine parce que les moyens de tricherie ont évolué avec l'être humain. » 
Le ministre est décidé à aller loin dans ce sens. Il n’en reste pas vrai que la triche a bel et bien été observée dans plusieurs classes en dehors des cas recensés. En la matière, le nombre de cas enregistrés est sensiblement inférieur à celui des cas réels de fraude. Il est vrai aussi que la question de l’aspect des notes et leur reconsidération sont mis en valeur. L’attribution des meilleures notes obtenues aux deux sessions a été appréciée et par les candidats et par les enseignants. «Il était illogique qu'on ne prenne pas en considération la meilleure note au niveau des matières scientifiques. Surtout que l'avenir du pays dépend des ingénieurs, un déficit énorme également pour ce qui est des architectes et des médecins», a réitéré le ministre, tout en promettant de ne pas s’arrêter là. 
La réforme est certes une entreprise de longue haleine. Mais osera a-t-il s’attaquer au calvaire des heures supplémentaires, à celui du contrôle continu, ou à la formation et la formation continue? Comment procédera t-il pour combattre l’abandon scolaire? Ira-t-il jusqu’à opérer un retour à l’ancienne version du Bac et abandonner l’actuelle formule qui a démontré ses tares et ses limites? Autant de questions, entre autres, dont dépend l’avenir de l’enseignement et de l’éducation de nos enfants. La réforme du système du baccalauréat et de l’enseignement en général n’est pas tributaire de la détermination d’une personne mais de toute une nation. Pour ce faire, il est inconcevable qu’on prenne notre enseignement pour un champ d’expérimentation en termes de pédagogie et de stratégie « périmée » ailleurs. Osons l’option marocaine. Et ce ne sont pas les compétences dans ce domaine qui font défaut.
 
 
 

Libé
Lundi 23 Juillet 2012

Lu 710 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs