Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Jadida : Un citoyen demande à être protégé contre un commissaire ayant commis une faute professionnelle




El Jadida : Un citoyen demande à être protégé contre un commissaire ayant commis une faute professionnelle
«Moi, … Siba, commissaire principal au service provincial de la police judiciaire à El Jadida…., reconnais préférer que M. Noureddine Bentawa renonce à sa poursuite judiciaire, sachant que j’ai agi contre la loi et commis à son égard une faute professionnelle le 18 janvier 2012 à 3h30 au centre Sidi Bouzid». Ce sont des extraits de l’aveu signé et légalisé par un commissaire de police à El Jadida le 24 février 2012 suite à une plainte déposée par un citoyen pour abus de pouvoir, privation de liberté et menace.
Une affaire qui a défrayé la chronique à El Jadida. Malgré la Constitution de juillet 2011 comportant de solides garanties des droits et des libertés, un commissaire de police se permet encore d’user de méthodes appartenant aux années de plomb.
Les faits. Selon une plainte déposée par Noureddine Bentawa, titulaire de  la CIN n° M224509, ce dernier a été appréhendé par deux policiers à la sortie d’un hôtel. Après lui avoir demandé de les accompagner pour l’auditionner au sujet d’une plainte déposée contre lui, ils l’auraient embarqué, sous la menace, sur une moto (scooter) jusqu’à la sortie de la ville où les attendait une voiture de police.
«Arrivés au centre de police à 3h 30 du matin, ils m’ont retiré les clés de ma voiture et mon téléphone. Vers 3h38 mn, mon téléphone a sonné, le policier m’a demandé de répondre. C’était le commissaire Siba», raconte le plaignant qui, dans une autre plainte déposée auprès du procureur général du Roi près la Cour d’appel d’El Jadida, demande une protection juridique pour lui et sa famille, contre d’éventuels actes de vengeance de la part du commissaire en question ou de ses collaborateurs au service de la PJ. Il reconnaît avoir renoncé à toute poursuite judiciaire après avoir, toujours selon ses dires, fait l’objet de pression et de menaces de la part de Siba.
Le fait inédit, cependant, c’est qu’un commissaire de police se permet de reconnaître, signature légalisée à l’appui, ses abus et ses fautes professionnelles!
Qu’en disent le gouvernement Benkirane et le CNDH?

Abdelali Khallad
Jeudi 12 Avril 2012

Lu 1704 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs