Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Jadida, Azemmour, Sidi Bouzid et Moulay Abdellah s’animent




El Jadida, Azemmour, Sidi Bouzid et Moulay Abdellah s’animent
Malgré les énormes potentialités culturelles, économiques et touristiques qu’elle recèle et les projets initiés par les acteurs de la société civile et les autorités locales, la province d’El Jadida n’en demeure pas moins une région peu valorisée.
Pourtant elle ne manque pas d’atouts. Outre ses monuments,
stations balnéaires et sites à haut intérêt touristique, El Jadida peut
se targuer d’avoir donné à la scène culturelle et artistique marocaine
d’illustres noms tels que Chaïbia, Talal et Driss Chraïbi, pour ne citer que ceux-là. Cet état de fait n’empêche toutefois pas de nouvelles
initiatives à l’image du Festival international Jawhara dont la province
abritera la première édition en juillet prochain.

Pour un dialogue des genres et des cultures : 500 artistes au Festival international Jawhara


Les villes atlantiques d’El Jadida, Azemmour, Sidi Bouzid et Moulay Abdellah accueilleront du 20 au 24 juillet prochain la première édition du Festival international Jawhara.
Œuvre de l’Association Doukkala et la province d’El Jadida, ce nouveau rendez-vous culturel et artistique s’articule autour de trois axes principaux : Jawhara Talents, le Moussem de Moulay Abdellah et Malhouniyat. Trois actions culturelles dont les festivités se dérouleront durant la saison estivale, de juillet jusqu’au Ramadan.
L’idée structurante du Festival international Jawhara «est la consolidation de l’espace civil comme vecteur de participation et de réflexion sur la responsabilité citoyenne. Le Festival veut mettre en valeur la diversité qui caractérise notre pays. Et ce, à travers la convergence de la communauté autour de l’exercice citoyen d’assumer et de promouvoir la richesse culturelle, créative et sociale millénaire du Royaume et ses causes sacrées », a déclaré Mohamed Cheikh Lahlou, président du Festival, lors d’un point de presse tenu vendredi 15 à El Jadida. Et animé par le gouverneur de la province d’El Jadida, Mouâd Jamaï.
Plus de 500 artistes venant du Brésil, Colombie, Liban, Portugal, Espagne, Venezuela, Uruguay, Cuba, Algérie et du Maroc participeront à ce qui s’annonce comme un des rendez-vous majeurs de la saison estivale qui pointe à l’horizon. Cinq jours durant, ces artistes viendront égayer rues, places publiques, monuments historiques, stations balnéaires, centres d’accueil et orphelinats à travers diverses activités. Qui gratifieront ainsi la province d’un été très animé. Avec au programme :  danse, chant, musique, théâtre conventionnel et pour enfants, parades, ateliers, installation d’art vidéo et expositions. Le public appréciera aussi la musique populaire, fusion, rap, malhoune, andaloussi, flamenco, samba, reggae, fado, salsa brava, latin jazz, rai et chaabi.
La démarche des organisateurs consiste à « travailler  avec les outils de la culture pour la promotion nationale et internationale de la province d’El Jadida. C’est pour cela que nous avons intégré dans la structure du Festival international Jawhara trois villes: Azemmour, El Jadida et Sidi Bousid et c’est pour cela même que nous avons opté pour un modèle de festival basé sur le dialogue des genres et des cultures », a souligné El Arbi El Harti, directeur du Festival. Et d’ajouter qu’ « une scène spéciale (sera mise) pour mettre en valeur les jeunes talents artistiques de la province, à travers une compétition baptisée Jawhara Talents », a-t-il dit.
Des activités qui visent à promouvoir et dynamiser le développement économique et social durable de la province, ont souligné au cours de cette rencontre les organisateurs. «L’objectif du Festival est de sensibiliser et fidéliser davantage la société doukkalie, marocaine et internationale sur le Royaume et ses causes sacrées », a ajouté le directeur du Festival.
Avec 50 concerts, 15 spectacles de rue, 5 pièces de théâtre et une grande exposition d’arts plastiques, on peut dire sans risque de se tromper que la saison estivale sera véritablement animée. Et de bon augure pour cette province qui a bien besoin qu’on la découvre sous d’autres atours.
«On ne peut avoir un défi économique si on n’a pas de défi culturel », a conclu le gouverneur, rassurant que des dispositions ont été prises pour accueillir dans de bonnes conditions les milliers de festivaliers attendus à cette manifestation.
Soulignons aussi que la province a adjoint des architectes et professionnels pour réhabiliter le théâtre municipal ainsi que d’autres lieux devant accueillir les concerts.
Le Festival Jawhara est organisé en partenariat avec la province, le conseil municipal et le conseil provincial d’El Jadida, la commune Moulay Abdellah, le conseil municipal d’Azemmour ainsi que le conseil régional de Doukkala-Abda.

Concours national de Tbourida : Un spectacle de Fantasia haut en couleur

Egalement appelée «jeu de la poudre» (laâb el-baroud) ou «jeu des chevaux» (laâb el-kheil), la fantasia désigne un spectacle équestre traditionnel dont la pratique remonte à plusieurs siècles.
La tbourida, désignation locale (marocaine), était à l’honneur samedi 16, à El Jadida. En cette fin de matinée, coups de fusil à poudre noire, cavaliers superbement vêtus et montures richement harnachées offraient un spectacle de fantasia d’une grande beauté devant des autorités de la province très impressionnées et des curieux attirés par une pratique très présente dans cette région et le spectacle qu’elle offre.
Depuis quelques minutes, l’ambiance est électrique. Normal, s’y déroule le concours régional de tbourida d’El Jadida qui voit s’affronter, cette année, 13 troupes composées chacune de 15 cavaliers âgés de 17 ans et plus. Et représentant les provinces d’El Jadida et de Sidi Bennour.
Organisée par la Société Royale d’encouragement du cheval en partenariat avec la Fédération Royale marocaine des sports équestres, cette compétition compte parmi les épreuves qualificatives pour le Trophée Hassan II (arts équestres traditionnels) qui se tient en juin prochain à Dar Es Salam.
Pour prétendre représenter la région et remporter les prix mis à disposition (entre 8000 et 15000 DH), les troupes ont dû travailler dur sur plusieurs points. Face à un jury venu spécialement de Rabat, elles devaient offrir un spectacle digne du titre de représentant de la région qu’elles convoitaient et surtout se distinguer sur bien de points. En effet, la compétition se joue sur plusieurs critères portant sur les chevaux, le harnachement de la monture, la richesse et la splendeur de l’habillement du cavalier, l’évolution, l’animation et la salve de la troupe.
Dans une ambiance joyeuse, les différentes troupes se sont distinguées de belle manière, offrant au public de véritables parades simulant une charge de cavalerie.
Mais le clou de ce spectacle aura été sans doute la phase des salves des armes à feu qui perçaient la sérénité des lieux et provoquaient maints applaudissements. Surtout quand les coups de fusil sont à l’unisson. Un élément important dans la qualification des troupes.
«Les jeunes sont très attirés par ce spectacle, il n’y a qu’à voir l’âge moyen de la relève. Nous avons des jeunes âgés de 7 à 20 ans. Mais aujourd’hui, la compétition met aux prises les seniors seulement», a confié Mohammed Zahidi, président du Conseil provincial d’El Jadida. Et de préciser que cela fait  trois ans qu’on ne présente pas les minimes alors qu’ils ont remporté de l’or de 2005 à 2010 », observe-t-il.
Si ce spectacle est un formidable levier pour le tourisme, la pratique de la fantasia n’est pas sans danger. Une simple maladresse peut être fatale. Ce week-end, on aura évité le pire avec la chute d’un cavalier et sa monture qui heureusement s’en est sorti avec une simple fracture.


Ambiance conviviale à la capitanerie d’Azemmour

Outre le vernissage des jeunes talents d’Azemmour organisé dans un hôtel de la place, la province d’El Jadida a connu aussi ce week-end une rencontre  avec les Aissaoua d’Azemmour dans le cadre très convivial de la Capitanerie de la ville et au lancement du Festival Estevanico. Le public convié a eu aussi la chance d’assister, à un merveilleux spectacle « Qawl nsa ». Ce show a été longuement applaudi par une assistance réceptive à la spectacle présenté.


ALAIN BOUITHY
Mardi 19 Avril 2011

Lu 807 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs