Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Houssaine Louardi ressasse les mêmes discours


Guérir la santé de ses maux n’est pas chose aisée



El Houssaine Louardi  ressasse les mêmes discours
El Houssaine Louardi, est un homme qui aime bien ressasser ses discours. Hier, encore, son intervention lors d’une table ronde organisée à Casablanca sur l’accès aux soins n’a pas dérogé à la règle. Le ministre de la Santé a tenu des propos identiques à ceux de sa première sortie médiatique à Casablanca  à l’occasion d’une  conférence-débat sur la politique de santé qu’il compte appliquer. Hier, l’auditoire composé des professionnels de la santé et des journalistes a eu droit au même diagnostic inquiétant du secteur : taux d'hospitalisation très réduit, ressources humaines en infirmières et en  médecins insuffisantes, lourdes dépenses médicales des ménages, entre autres.
L’audience a eu droit également aux mêmes propositions pour s'en sortir. Il s’agit des fameuses 55 mesures déjà engagées, des 13 programmes et d’une réforme en gestation. En termes simples,  le ministre a réitéré sa recette axée sur la réorganisation des urgences médicales, l’accès aux soins notamment dans les zones rurales et enclavées, l’amélioration de l'accueil et l'instauration d'une nouvelle politique des médicaments. Cette fois-ci, El Houssaine Louardi a, néanmoins, ajouté un nouvel élément, à savoir la santé mentale.
Pourtant, le discours de l’ancien responsable des services des urgences au CHU et professeur à la Faculté de médecine de Casablanca peine à changer le triste quotidien d’une grande majorité de malades. Selon une note d’information du Haut-commissariat au plan (HCP) relative à la perception des ménages sur la qualité des soins dispensés par les services de santé au cours du quatrième trimestre 2012, la détérioration des services de santé  perdure. En effet, moins d’un ménage sur quatre (23%) pense que les prestations sanitaires se sont améliorées (contre 27,4% en 2011),  28,3% qu’elles sont restées au même niveau (contre 25,9% en 2011) alors que 48,7% affirment qu’elles se sont plutôt détériorées (contre 46,7% en 2011). Le solde négatif de cet indicateur qui était de -19,3 points s’est creusé de 6,4 points durant cette période.
Un constat d’échec reconnu à demi-mot par le ministre qui a révélé que la tâche est lourde et qu’il faut donner du temps au temps. Selon lui, la réforme ne doit pas se faire dans la précipitation  mais s’opérer progressivement. En d’autres termes, il n’y a pas feu dans la maison et les Marocains sont appelés à attendre encore pour que la réforme initiée par le ministre donne ses fruits.

Hassan Bentaleb
Jeudi 14 Février 2013

Lu 433 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs