Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Hassan Bouod président de la Chambre de commerce marocaine en France : “Notre souhait est d’être une force de propositions de projets”




El Hassan Bouod président de la Chambre de commerce marocaine en France : “Notre souhait est d’être une force de propositions de projets”
Une réalisation dans le cadre
de la Semaine de la Méditerranée, officialise le
processus de l'installation d'une Chambre de commerce marocaine en France. Ses actions vont répondre aux besoins spécifiques des PME françaises et marocaines
souhaitant s'ouvrir sur les deux
marchés, que sont la France et le Maroc. Selon le président de l'Association franco-marocaine pour l'industrie, le commerce et les services, El Hassan Bouod, initiateur, cette création va participer à la fluidité
économique et entrepreneuriale entre les deux rives, faciliter, animer et promouvoir les échanges économiques. Il a ajouté  que  « l’honneur revient à Marseille de lancer cette
initiative et d'être la zone
expérimentale avec l'accord des  autorités marocaines.». 
 

Libe: Comment est arrivée l'idée de créer une Chambre de commerce marocaine en France?

El Hassan Bouod: J'ai tiré des conclusions de l'expérience de mon mandat d'élu à la Chambre de commerce de Marseille  et en tant qu’organisateur de « Maroc-Hexagone » à Marseille après les 1ère et 2ème éditions. Après ces rassemblements en présence d'intervenants de premier plan venus du Maroc on s’est trouvé dans la difficulté d'assurer le service après-vente .La question posée était : Que faire après l'événement ? Comment assurer la continuité de l'opération ? Ce n'est pas un attaché commercial à l'ambassade qui va assurer cela. Il a d'autres missions diplomatiques. Devant les problèmes que rencontrent les PME et PMI, il fallait créer une structure, car les interventions qu'on fait d'une façon personnelle ne se font plus maintenant. Comme il n'y avait aucune structure, aucune initiative n'était prise. Je me suis alors lancé avec le soutien de la Chambre de commerce de Marseille .On a créé une petite association qui allait porter le projet. On a eu le soutien de l'ancien ambassadeur, Fatthalah Sijilmassi, en se lancant dans cette aventure. Aujourd'hui on a posé la première pierre, on dispose de permanents et d’un bureau pour entamer la promotion nationale en France. On organise une grande manifestation à Paris au début de l'année.

Quels sont les objectifs prioritaires pour votre structure ?

Il s’agit de cerner les partenaires acteurs et leurs produits, recenser les événements concernant le Maroc organisés en France, animer un site Internet pour identifier les structures économiques tout en plaçant des délégués et leurs adjoints  dans les villes stratégiques en France. Notre souhait est d'avoir 150 délégués en France pour nous permettre d'être présents sur tout le territoire national, pour identifier les entrepreneurs franco- marocains ou autres et constituer une force de propositions de projets avec les instances marocaines. 

El Hassan Bouod président de la Chambre de commerce marocaine en France : “Notre souhait est d’être une force de propositions de projets”
Votre structure va-t-elle donner la priorité aux PME-PMI ou va-t-elle s'adresser à différentes structures ?

On n'exclut pas les grandes entreprises mais elles n'ont pas besoin de nous. Notre travail consiste à nous adresser plus aux petites et moyennes entreprises qui ont besoin d'être aiguillées pour leurs investissements et frapper à la bonne porte, ce qui leur permettrait de gagner du temps, de trouver la bonne orientation et d'éviter la désorientation qui décourage les entrepreneurs pour que les investissements réussissent.

Comment trouvez-vous l'ambiance de l'investissement au Maroc aujourd'hui?

Elle est plus que jamais accueillante. Au Maroc, aujourd'hui, chaque mois, il y a un plan stratégique. Il y en a 10 aujourd'hui, c'est une ambiance séduisante. Le seul problème qui reste à régler et le Roi Mohammed VI l'a souligné dans ses discours, c'est la question de la justice et de l'éducation. C’est surtout cela qui fait défaut mais les Marocains en sont conscients.
Certes, il y a le risque de corruption mais quand on investit dans d'autres pays, il y a des risques: climat, instabilité, sécurité, méconfiance. Bref, dans chaque région du monde il y a un risque..
En tout cas, on a beaucoup de facteurs positifs au Maroc. Mais il y a deux facteurs négatifs : la justice et l'éducation qu'il faut surmonter. Le Maroc aujourd'hui est conscient de tout cela et le traite sans complexe.

Après votre initiative à Marseille vos collègues à Paris ne sont-ils pas jaloux?

Quand on a pris cette initiative, on ne sous-estimait personne. On ne marche sur les plantelandes de personne .On n'a fait la concurrence à personne; on a juste pris l'initiative de lancer ce projet grâce au soutien de la Chambre de commerce de Marseille où je suis élu, Chambre la plus ancienne de France et du monde. Son président nous soutient pour l'agrément en France. Il le fait par amitié pour le Maroc et pour le porteur de projets. Pourquoi allons-nous  nous priver de cette assise et de cet outil et notre première activité démarrera l'année prochaine à Paris.

Est-ce que les solides relations franco-marocaines ont besoin de ce nouvel outil ?

Dans l'échange entre les deux pays, la France est la première, mais cette place n'est pas garantie. Il y a la concurrence d'autres pays comme l'Espagne. Aujourd'hui, il y a le Statut avancé avec l'Europe, l'accord de libre-échange avec les USA. Avec une Chambre de commerce marocaine en France, nous allons entreprendre ce que les autres ne peuvent faire. On va aussi aider les Marocains en France qui ont des projets d'investissement.

Avez-vous le soutien du Maroc pour cette initiative ?

On a reçu pour cet événement le soutien Royal et gouvernemental. On a une réunion dans les quinze jours à venir à Rabat pour examiner avec les responsables marocains les moyens de soutenir notre action. On espère rattraper le retard.

Propos recueillis par Youssef Lahlali
Jeudi 5 Novembre 2009

Lu 2318 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs