Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

El Guerrouj, le ministre délégué qui court derrière un portefeuille

Des bureaux et tout un staff, reste à définir la mission




El Guerrouj, le ministre délégué qui court derrière un portefeuille
Abdelâdim El Guerrouj est nommé  officiellement ministre délégué auprès du ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle. Sauf que l’ancien responsable du département  de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration serait apparemment le seul à le savoir, même s’il ignore toujours en quoi consiste sa nouvelle mission.
Contrairement aux autres ministres délégués dont la mission a été spécifiée lors de leur nomination, le cousin du grand champion du demi-fond ne sait pas encore de quel département il s’occupera au ministère de l’Education nationale. Tout ce qu’il a fait de concret depuis sa toute dernière affectation, c’est que, flanqué de ses proches conseillers et collaborateurs de son ex-ministère, il a squatté des bureaux dépendant du MEN. Locaux qu’occupait l’ancienne secrétaire d’Etat, Latifa Laâbida.
Le problème est que les fonctionnaires de ce département continuent à se poser des questions quant à la nature exacte de sa fonction, et de quel ministre ils dépendront. Quelles sont les directions qui seront rattachées au ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, en l’occurrence Rachid Belmokhtar et quelles sont celles que dirigera le jeune Abdelâdim El Guerrouj du parti du Mouvement populaire qui  se fait particulièrement discret ?
Le ministre pour de vrai, c’est bel et bien Belmokhtar. Depuis la nomination de celui-ci, le MEN vit dans une ambiance d’attente. Pas de réunion avec le ministre délégué ni avec les directeurs de divisions. Un calme inquiétant plane sur ce ministère qui a connu lors du gouvernement Benkirane I un mouvement et une activité inhabituels. Pas de communiqué officiel sur tel ou tel problème de l’enseignement. Pas de directives pour les académies et les délégations. Aucune réunion avec les partenaires sociaux. Rien ! Le nouveau ministre de l’Education nationale ne semble pas pressé outre mesure.
Avec le discours Royal du 20 août et la relance du Conseil supérieur de l’éducation, il paraît que le nouveau ministre attend les recommandations de ce dernier pour entamer le programme de la réforme qui est devenue indispensable.
Il est fort probable que le MEN somnolera pendant tout ce temps et que le nouveau ministre se contentera de gérer les affaires courantes. Mais les syndicats ne se laisseront pas faire.  Ils se préparent à défendre l’école marocaine et à dénoncer cette léthargie et ce silence assourdissant du MEN.

Kamal Mountassir
Mercredi 23 Octobre 2013

Lu 962 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs