Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Effondrement des maisons menaçant ruine




Effondrement des maisons menaçant ruine
L’année 2012 a été pénible pour les habitants de l’ancienne Médina à Casablanca. Plusieurs drames se sont succédé provoquant la mort de plusieurs personnes et des dizaines de blessés. C’est le cas de l’effondrement d’une maison de trois étages le 21 juin à Sidi Fateh dans l'ancienne Médina faisant cinq morts. Il s'agit d'une septuagénaire, de deux enfants et d’un jeune homme.
Moins d’un mois après, une autre maison de deux étages s’est écroulée sur ses habitants faisant trois morts et plus de cinq blessés. C’était le samedi 9 juin à Derb Maîzi à Casablanca dans l’ancienne Médina exta-muros.
Et comme un malheur n’arrive jamais seul, les sinistrés de ces drames ont été relogés, faute de mieux, dans des écoles publiques. Il s’agit de près de 30 familles qui ont pris place dans les écoles Ziraoui et El Hansali ainsi que dans l’enceinte du stade Larbi Ben M'barek. Une solution qui ne semble pas faire l'unanimité, ni le bonheur de ceux auxquels elle s'adresse.
Le  dossier des maisons menaçant ruine a fait irruption également sur l’agenda des travaux du Conseil de la ville de Casablanca. Les édiles semblent en avoir ras le bol du laxisme et de l’indifférence du maire et de sa majorité  face à ce problème qui n’a que trop duré.
Intervenant lors de la session extraordinaire du Conseil de la ville tenue au cours de cette année, Kamal Daissaoui, président de la commune de Sidi Belyout, a précisé que le retard enregistré dans le traitement de ce dossier par le Conseil de la ville révèle le manque d’une politique et d’une vision claire relative à la gestion de ce dossier. Selon lui, le président du Conseil et sa majorité se sont contentés  de renvoyer ce dossier vers d’autres intervenants alors que la Charte communale leur impute la responsabilité de la gestion de ce problème.   Même son de cloche de cet autre édile de la ville qui a jugé que cette question a été assez discutée depuis l’année dernière et que la commission d’urbanisme a pris des engagements qui n’ont jamais été mis en application une année après. Pire, cet édile pense que même le gouvernement s’est désengagé de ses promesses. 

Libé
Mardi 1 Janvier 2013

Lu 385 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs