Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Editorial : Les leçons d’une marche




Le succès sur tous les plans enregistré par la Marche de la dignité décidée sur une initiative syndicale responsable, indépendante et unie, doit déboucher sur une réflexion positive concernant les différentes questions du nouveau Maroc et  son avenir proche et lointain.
En parvenant à mobiliser des centaines de milliers de militants et de sympathisants et après avoir eu autant d’impact et esquissé tant de perspectives, ladite décision adresse de ce fait des messages forts et sans précédent. Des enseignements qui ne peuvent échapper à tout observateur objectif, encore moins à tout militant engagé.
Tout un chacun aura constaté que le syndicat vient par là de reprendre l’initiative qui est la sienne en créant l’événement au niveau social, en prenant la décision qui répond aux préoccupations sociales et traduit  les aspirations à une justice sociale à travers des revendications syndicales indispensables à la réalisation du Maroc de la solidarité, du progrès et de la justice.
La Marche a, par ailleurs, démontré que la classe ouvrière et les forces du peuple disposent du relais syndical à même de faire valoir leurs revendications et que représentent la FDT et la CDT ainsi que les autres secteurs syndicaux qui ont  fait part de manière claire de leur soutien à l’initiative de ces deux centrales.
L’appel syndical conjoint a, en outre, suscité l’intérêt et l’adhésion de bien d’autres catégories à l’instar des diplômés au chômage et du Mouvement du 20 février ainsi que de tous les citoyens qui sont aujourd’hui conscients que le Maroc va dans le sens d’un recul manifeste par rapport aux acquis  et de celui de l’adoption d’un discours populiste dénué de toute portée sociale.
L’autre enseignement servi par le Maroc concerne la présence remarquée et la forte participation des forces de gauche, toutes tendances, mouvances et organisations confondues, ce qui doit servir de base pour toute étude ou analyse dans la perspective de l’édification d’un courant progressiste à même de consolider la démocratie et sa dimension sociale à  travers les forces ouvrières et de production et autres couches sociales dans toutes leurs composantes. Ces forces de gauche ont une histoire commune faite d’un militantisme sans faille pour la démocratie, et ce à l’opposé de ceux qui cherchent à limiter l’action politique aux seuls résultats arithmétiques obtenus un certain 25 novembre. Les forces de gauche puisent dans ces valeurs léguées et inspirées par toutes ces générations militantes de la gauche et de la démocratie, et par une histoire ponctuée de sang, de bagne et d’exil.
L’objectif étant de voir la société embrasser une ère de liberté, de dignité et d’égalité.
En adhérant à ce rapprochement syndical, la gauche y apporte son soutien inconditionnel, prouvant par là une prise de conscience confirmée quant à l’approche concernant la conjoncture actuelle et les initiatives qui doivent s’ensuivre.
Il ne serait pas inutile, cependant, de rappeler que la Marche constitue un message adressé à qui de droit et que les forces vives et militantes de ce pays de même qu’un large courant de la société ne peuvent accepter de rester liées par des choix qui ne donnent sur aucun horizon d’ouverture et de démocratie.
Autrement dit, nous ne sommes aucunement tenus de choisir entre une aile conservatrice dans la société et une autre connue officiant au sein des rouages de l’Etat.
Non. Pour la société, il y a bel et bien une option démocratique universelle. Il faut s’unir tout autour. L’adhésion des nationalistes, des démocrates et des progressistes à l’initiative FDT/CDT s’inscrit dans ce cadre.
L’histoire des forces de gauche et de l’école ittihadie, en particulier, relate une présence active dans la vie politique visant l’ennoblissement de l’action politique et la proposition d’alternatives progressistes.
Une histoire qui constitue un patrimoine pour les forces du progrès, de la démocratie et du nationalisme pour aller de l’avant.
Il n’est nullement permis, aujourd’hui, de décevoir ces vagues humaines qui ont déferlé de toutes les provinces, toutes les campagnes et villes du Maroc pour prendre part à la Marche de la dignité avec le ferme espoir de voir cette initiative sociale se refléter à travers une action politique qui permet au Maroc de s’ouvrir sur des espérances et des horizons prometteurs.

Libération
Mardi 29 Mai 2012

Lu 608 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs