Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Editorial : La crédibilité internationale de l’USFP




Editorial : La crédibilité internationale de l’USFP
Les résultats du 24ème Congrès de l’Internationale socialiste, tenu en fin de semaine à Cap Town en Afrique du Sud, ont confirmé la place de premier ordre qu’occupe l’USFP en tant qu’acteur principal au sein de cette importante organisation et en tant qu’interlocuteur crédible auprès de toutes les parties. Sachant que ce Congrès a débouché sur un cinglant revers essuyé par l’axe soutenant les ennemis de notre intégrité territoriale.
Le positionnement de l’USFP au sein de l’IS est dû au long travail accompli par le parti dans ce rassemblement politique considéré comme le plus grand aujourd’hui. L’apport de l’Union socialiste des forces populaires dans l’approche et la résolution de dossiers cruciaux fait que le parti de Mehdi Ben Barka est écouté  à travers le monde.
La question euro-méditerranéenne, celle du Moyen-Orient et en particulier la cause palestinienne, ainsi que la situation en Afrique sont autant de dossiers dont le traitement au niveau de l’IS  a été marqué par l’empreinte de l’USFP.  Le même dynamisme et la même mobilisation du parti ont été constatés lors de la défense de notre légitime cause nationale.
Les membres de l’Internationale socialiste ont tenu à saluer les efforts, les opinions et les propositions de l’USFP concernant le redressement interne de cette organisation. L’USFP ne veut pas des réformes formelles, tactiques et esthétiques, mais penche pour des réformes tenant compte, d’une part, du patrimoine européen à l’IS, et d’autre part, de la fusion entre le passé, le présent et l’avenir marqués par un aspect de multipolarité devant en principe maîtriser l’avenir du monde d’une façon générale et de l’organisation d’une manière particulière.
L’USFP a cumulé aujourd’hui un capital-confiance auprès des partis socialistes du monde via un travail de longue haleine visant le développement des relations Sud-Sud. Et ce, tout en mettant l’accent sur la vision maghrébine dans cette orientation en vue d’un changement de relation avec les pays du Nord, communément appelée relations Nord-Sud.
Autre point fort soulevé par l’USFP, c’est l’actualisation permanente de ses idées au sujet des relations économiques et les crises qui secouent les économies des pays. La thèse usfpéiste s’est distinguée par le fait de lier l’impact de la crise en Europe sur les pays riverains du Sud de la Méditerranée dont notre pays.
La plateforme intellectuelle, moderniste et progressiste de l’USFP a permis au parti d’avoir son empreinte en matière de défense des droits de la femme. Du fait que les militantes et militants usfpéistes parlent au nom de la défense des droits des femmes africaines et arabes, surtout dans ce contexte du Printemps arabe. Un Printemps qui se trouve, hélas, guetté par les prémices d’un retour en arrière, ce qui devrait porter un coup fatal aux acquis des femmes dans plusieurs pays arabes.
Comme meilleure preuve sur le rôle primordial joué par l’USFP dans la défense des causes justes est l’unanimité autour de Ouafaa Hajji portée à la présidence de l’Internationale socialiste des femmes, au moment où Nouzha Chekrouni a rempilé à la vice-présidence de l’IS.
L’USFP cumule ces triomphes au service du pays, l’intégrité territoriale en premier. La délégation usfpéiste a poussé les membres de l’IS à lier le dossier du Sahara dans deux sens complémentaires : le premier consiste en le soutien de l’ONU à trouver une solution, et le second réside dans le fait de veiller à ce que ce dossier reste à l’ordre du jour de la Commission méditerranéenne relevant de l’organisation. L’objectif étant politique puisque cette affaire se veut un conflit régional et non une question de décolonisation, comme le présentent les ennemis de notre intégrité territoriale.
La crédibilité et le capital-confiance accordés à l’USFP à l’issue des travaux du 24ème Congrès de l’IS sont des acquis pour le Maroc. Des réalisations qui émanent de l’adhésion forte et permanente des militantes et militants de l’Union socialiste des forces populaires aux causes de la Nation.

Libé
Mercredi 5 Septembre 2012

Lu 505 fois


1.Posté par boumehdi le 06/09/2012 09:30
Au moment où nous pouvons être fiers de ces succès de l'USFP en Afrique du Sud(diplomatie très hostile au Maroc,pays qui a été à la pointe du soutien de l'ANC depuis le début),il convient de donner au sein des instances dirigeantes de l'USFP toute leur place aux militantes chevronnées,pour les hisser au rang des Hillari Clinton,des Michelle Obama,des Martine Aubry,des Angela Davis,etc..Défendre les droits des femmes marocaines au libre choix de leur époux,à l'avortement,à l'application effective de la moudawana,au doit à l'instruction,au saliare égal à travail égal,à la fin du calvaire des filles violées et obligées de réparer "la gaffe" du violeur..en l'épousant.Notre place dans l'opposition constructive nous oblige à défendre à l'extérieur mais aussi à être exemplaire à l'intérieur des instances dirigeantes.La modernité du socialisme marocain doit se lire dans les actes et pas simplement rester un voeu pieux.La parité au gouvernement,au parlement,dans les grandes administrations,dans le privé ,l'exemple de la patronne de la CGEM ,est éloquant,la défense des femmes battues et violées dans la cellule familiale et à l'extérieur doivent être des marqueurs de l'USFP,et la dénonciation des slogans rétrogades vis à vis des femmes une idée au quotidien.Une nouvelle image de la femme marocaine s'impose d'abord par le retour immédiat de toutes immigrées qui bourlinguent dans les pays du Golfe comme "hôtesses" et autres call girls ,et qui sont l'objet de risées dans les feuilletons kowetiens TV et autres.Ce redressement est indispensable pour couper l'herbe sous les pieds de ceux qui préconisent chez nous, le retour de la femme au foyer,qui pensent que l'école et le travail sont des lieux de déperdition.La jeunesse du parti doit être mobilisée pour véhiculer les idées de progrès social qui passe par une émancipation réfléchie et moralement inattaquables par les faux dévots autoproclamés"imams et conducteurs de conscience",alors qu'ils ne sont que des avatars des pensées rétrogrades les plus abjectes venues d'ailleurs et sans lien avec le rôle émancipateur de l'Islam.Cette poussée d'extrême droite "islamiste" est perceptible en Tunisie,en Egypte,en Lybie,et hier en Algérie où les intellectuels ont été l'objet de d'assissinats ciblés,sous couvert de propager des idées impies.Les incubateurs de ces idées sont en branle chez nous sous couvert d'orientation salafiste et même des oragnismes comme le Mur,le journal Attajdid et autres adlistes ne se cachent plus.Pour cela ,il est demandé aux jeunes du mouvement du 20 février,à l'AMDH et autres organismes défenseurs des droits de l'Homme de s'exprimer avec netteté contre ces ferments qui visent à nous ramener au siècle des ténebres,c'est à dire à l"poque antéislamique.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs