Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Echéances électorales : Vendredi 9 mars 2012, une date ultime




Le discours Royal  du 9 mars 2011, répondant aux aspirations des citoyens, consacre la réforme constitutionnelle, basée sur sept fondements : Consécration de la pluralité de l’identité marocaine ; consolidation de l’Etat de droit ; indépendance de la justice et suprématie de la Loi ; séparation des pouvoirs ; renforcement des organes d’encadrement ; moralisation de la vie publique et constitutionnalisation des institutions de gouvernance, bonne gouvernance et protection des libertés.
Nous sommes donc à un moment historique dans notre marche de la consolidation d’un Etat moderne avec des institutions fortes, et nous n’avons pas le droit de rater ce nouveau rendez-vous avec l’Histoire. Il faut que nous soyons au niveau de la  portée et de la profondeur de la philosophie Royale en matière de réforme et la méthodologie de sa mise en œuvre.
Par la teneur de ce discours, la  philosophie de la nouvelle Constitution marocaine est presque conçue. La Commission en charge de la  rédaction  du projet des amendements formalise  leur contenu sur la base des grandes lignes tracées par Sa Majesté le Roi, et les propositions formulées par  les instances politiques et de la société civile. Elle rendra sa copie  probablement début juin.  La mouture définitive devra être analysée et discutée dans le cadre du mécanisme de suivi  politique  composé des chefs des partis politiques et des syndicats les plus représentatifs avant d’être soumise au référendum populaire fin juin ou début juillet.
Quatre mois pour la rédaction du texte, au mieux! Tout de suite après, nous entrerons dans la phase d’application. Les rumeurs concernant des élections anticipées en octobre 2011, si elles s’avéraient exactes, ne laisseraient matériellement pas le temps aux partis de se préparer à cette rencontre avec l’Histoire. Trois mois pour organiser les premières élections dans le cadre de la nouvelle Constitution, qui vont conduire à la nomination d’un nouveau gouvernement issu des urnes.
  Soyons, donc,  vigilants et gardons-nous de resservir au peuple, avide de réformes, aspirant à l’émergence de nouvelles élites, et à l’avènement de la morale et de l’intégrité,  les mêmes incongruences que celles des élections précédentes.
Nous devons prendre le temps nécessaire pour réussir la première mise en application de notre nouvelle Constitution, censée nous apporter quelque chose de vraiment nouveau. La précipitation risque plus d’inciter à la contestation que de l’endiguer et les différentes phases indispensables à la réussite de l’évolution véritable doivent s’enchaîner dans un processus incompressible, dont les tâches ne sont pas si simples :
  - Exprimer la suprématie de la loi et donner les moyens à la justice d’exercer son indépendance, dans le respect des libertés individuelles. La justice est le tissu conjonctif des différentes phases de notre évolution et doit intégrer prévention, formation, police et répression ; - Préparer les élites à l’exercice du pouvoir et à subir les contrecoups d’une justice indépendante, en structurant les organes d’encadrement, en particulier en permettant aux partis de redéfinir leur démocratie interne, renouveler leurs élites, mieux s’organiser et, probablement,  d’organiser leurs congrès… On connaît bien «les guerres» des sièges et des candidatures qui précèdent, au sein des formations politiques, chaque échéance électorale et débouchent dans pas mal de cas sur des scissions.
 L’élaboration des programmes électoraux par les partis politiques revêt une importance primordiale et  nécessite du  temps et des efforts. La désaffection des cadres que connaissent ces partis est connue de tout le monde.  La consultation des bases partisanes et des instances de décision et leur adhésion ne sont pas des tâches faciles.         
Il est primordial d’obtenir un consensus sur les lois et les processus électoraux, les découpages électoraux que la régionalisation ne manquera pas de corriger, et permettre aux partis de définir leur stratégie électorale, de négocier et de sceller leurs alliances pré-électorales.
Le gouvernement actuel doit présenter son bilan et le défendre. L’opposition a le droit de faire une lecture critique de l’action gouvernementale.
La mobilisation des citoyens pour participer aux élections est une tâche qui nous incombe. Prendre le temps nécessaire pour l’accomplir est primordial. On se rappelle bien le taux d’abstention et de bulletins nuls enregistrés en 2007 : 70%  des Marocains ne sont pas allés aux bureaux de vote.       
    Le 9 mars 2011, S.M le Roi a proposé à la Nation un projet de reconstruction de l’Etat sur de nouveaux  fondements, sans atteinte à nos constantes et sans négliger nos  acquis et  notre Histoire  riche de leçons.  Le vendredi 9 mars 2011, six mois après le référendum,  on fêtera une année de préparation de ce grand chantier qui s’étalerait sur des années. Ne serait-il pas idéal de le fêter en organisant des élections libres et transparentes à même de faire émerger une élite crédible, patriotique avec des idées modernes et novatrices ?

Par Saloua Karkri Belkeziz
Vendredi 27 Mai 2011

Lu 200 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs